Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mauritanie

L'ex-président mauritanien Aziz à nouveau interrogé par la police

L'ex président Mohamed Ould Abdel Aziz de la Mauritanie à New Delhi, en Inde, le 28 octobre 2015. (AP Photo/Saurabh Das)

L'ancien chef de l'Etat mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, sous le coup d'une enquête sur des soupçons de corruption sous sa présidence, était à nouveau entendu lundi par la police, d'après une source policière et son avocat.

L'ancien président, qui a dirigé de 2008 à 2019 ce pays sahélien en grande majorité désertique, avait déjà été interrogé pendant une semaine en août. Il a été "convoqué au commissariat dimanche", a indiqué lundi une source policière ayant requis l'anonymat.

Comme lors de ses premières auditions, l'ancien homme fort de la Mauritanie "a refusé de répondre aux questions des enquêteurs, conformément à sa ligne de défense", a déclaré l'un de ses avocats, Taghioullah Aïda, selon qui l'interrogatoire était toujours en cours lundi.

Selon des médias mauritaniens, l'ancien président, tombé en disgrâce depuis l'accession au pouvoir de Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, élu en août 2019 et dont M. Aziz a été le mentor, a cette fois été confronté à plusieurs de ses ex-collaborateurs, dont un ancien Premier ministre.

Son avocat n'a pas confirmé qu'une telle confrontation a eu lieu mais estimé que celle-ci serait en tout état de cause "inutile".

Le parquet mauritanien a accusé vendredi M. Aziz de "retarder" par son silence la procédure, déclenchée à la suite d'une commission d'enquête parlementaire chargée de se pencher sur plusieurs dossiers de ses années au pouvoir: gestion des revenus pétroliers, vente de domaines de l'Etat, liquidation d'une société publique ou encore activités d'une société chinoise de pêche.

Au terme de son interrogatoire en août, il n'a pas été inculpé, mais son passeport a été retenu et il lui a été interdit de quitter le secteur ouest de Nouakchott, où il a sa résidence. Ces restrictions ont été renouvelées vendredi par le parquet, selon le communiqué.

L'ex-président avait dénoncé à l'issue de son premier interrogatoire "un règlement de compte" et "une détention arbitraire". Il est toujours "victime d'une violation flagrante de ses droits fondamentaux, dont celui de circuler, alors qu'il n'est ni accusé, ni mis en examen", a dit lundi son conseil.

"Il jouit de son immunité de président qui le protège de ces tracasseries. Seule la Haute Cour de Justice peut le convoquer et le juger. Il est prêt à répondre à cette cour et à se soumettre à son verdict", a ajouté Me Aïda.

Toutes les actualités

Minute Eco: Le taux de croissance du Congo sera de 4,6% en 2020 et celui du Tchad de 5,5% en 2020

Minute Eco: Le taux de croissance du Congo sera de 4,6% en 2020 et celui du Tchad de 5,5% en 2020
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:27 0:00

Plus de 12 millions d'enfants non scolarisés dans le Sahel en 2019-2020

Plus de 12 millions d'enfants non scolarisés dans le Sahel en 2019-2020
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

Même la mort ne freine pas la ruée vers l’Europe

Même la mort ne freine pas la ruée vers l’Europe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Le Mali pourrait-être un exemple pour la paix au Sahel?

Le Mali pourrait-être un exemple pour la paix au Sahel?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:08 0:00

Une militante mauritanienne distinguée par un prix pour les droits humains

Des femmes attendent de charger leurs chariots avec des sacs de riz et des bouteilles d'huile de cuisson dans un centre de distribution alimentaire géré par "Action contre la faim" à Tarenguel, région du Gorgol, en Mauritanie le 30 mai 2012. REUTERS / Susana Vera

Une militante mauritanienne des droits des femmes et des minorités, Mekfoula Mint Brahim, a reçu jeudi le prix pour l'Afrique décerné par l'ONG internationale Front Line Defenders pour les défenseurs des droits humains en danger.

Dans un communiqué, l'organisation salue "son travail de promotion des droits des femmes, de soutien au développement communautaire et de protection des droits des minorités".

"Mekfoula est une défenseuse des droits humains courageuse qui s'attaque à certains des problèmes les plus épineux de la société mauritanienne et le fait avec dignité et grâce", affirme le directeur exécutif de l'ONG, Andrew Anderson, cité dans le texte. "Elle est un modèle pour toute une génération de jeunes Mauritaniens", selon lui.

Dans une interview à l'AFP à Nouakchott jeudi, Mekfoula Mint Brahim a dit se sentir en danger et s'inquiéter de "l'évolution islamiste de la société". Elle a appelé à la séparation de la religion et de l'Etat et "un Etat laïc".

Mekfoula Mint Brahim est "la présidente de +Pour une Mauritanie verte et démocratique+, une organisation de défense des droits humains fondée en 2009, qui mène des projets pour l'autonomisation des femmes dans les zones rurales", rappelle l'ONG.

Elle fait également partie de l'Alliance pour la refondation de l'État mauritanien (Arem), créée en début d'année, qui prône la bonne gouvernance et la lutte contre l'impunité.

Elle a été arrêtée et détenue deux fois en février, avec d'autres militants des droits humains, "pour avoir organisé chez elle une réunion de +Pour une Mauritanie verte et démocratique+ et d'Arem", souligne Front Line Defenders.

Après avoir travaillé pendant 10 ans pour la Société nationale industrielle et minière (Snim), elle a démissionné, au moment où elle éprouvait le besoin d'affronter les forces qui restreignent les libertés des femmes, a-t-elle expliqué à l'AFP.

"J'étais révoltée contre la société, ses dogmes, les rôles qu'elle donne à la femme, son mode de vie étouffant", a-t-elle dit, citant "la privation du choix de son mari ou la limitation de ses déplacements, suivant une lecture erronée de la charia", la loi islamique, sur laquelle est fondée le droit mauritanien.

Sur ce plan, elle a croisé le fer avec les oulémas locaux, leur reprochant "leur lecture de la charia, appliquant de vieux concepts".

Voir plus

XS
SM
MD
LG