Liens d'accessibilité

L'armée et l'opposition confirment un cessez-le-feu à partir de minuit en Syrie


Une vue générale de la ville d'Alep, en Syrie, le 13 décembre 2016.

L'armée syrienne a annoncé jeudi "un arrêt total des opérations militaires" qui doit entrer en vigueur à minuit sur tout le territoire syrien, une initiative confirmée par la principale formation de l'opposition en exil.

L'accord "exclut" toutefois les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ainsi que ceux du Front al-Nosra, l'ex-branche syrienne d'al-Qaïda rebaptisée Fateh al-Cham, selon le communiqué de l'armée syrienne publié par l'agence de presse officielle Sana.

L'accord est parrainé par la Russie et la Turquie, deux pays très impliqués dans le conflit en Syrie où ils soutiennent des parties adverses: Ankara appuie les rebelles tandis que Moscou, tout comme Téhéran, est un proche allié de Damas.

"Le commandement général de l'armée annonce un arrêt total des opérations militaires sur tout le territoire syrien, à partir de minuit", selon le communiqué de l'armée syrienne.

Le cessez-le-feu a également été annoncé à Moscou par le président russe Vladimir Poutine.

"Trois documents ont été signés: le premier est entre le gouvernement syrien et l'opposition armée sur le cessez-le-feu sur l'ensemble du territoire syrien", a notamment déclaré M. Poutine, en précisant qu'un autre document portait sur des négociations de paix.

La Coalition nationale syrienne (CNS), principale formation de l'opposition en exil, a apporté son soutien au cessez-le-feu, selon son porte-parole Ahmad Ramadan.

M. Ramadan a indiqué que l'accord concernait également les puissants groupes rebelles islamistes Ahrar al-Cham et Jaich al-Islam. Cette participation n'a pas été confirmée par ces deux organisations.

Selon M. Ramadan, "l'accord prévoit un cessez-le-feu dans toutes les régions où se trouve l'opposition modérée, mais aussi les régions où se trouvent l'opposition modéré avec des éléments de Fateh al-Cham, comme à Idleb", une province du nord-ouest de la Syrie qui est en passe de devenir le dernier bastion de la rébellion.

Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, plusieurs accords sur un cessez-le-feu global, parrainés par la Russie et les Etats-Unis, ont été conclus mais n'avaient duré que quelques jours sur le terrain.

Le dernier en date remonte à septembre dernier et avait duré une semaine.

Tous les accords de trêve avaient exclu les groupes jihadistes EI et Fateh al-Cham.

Le nouvel accord, annoncé par Moscou et qui doit entrer en vigueur à minuit, a été négocié en outre pour la première fois avec la Turquie, sans la participation des Etats-Unis.

Moscou et Ankara semblent ainsi avoir repris la main sur le dossier syrien, après la reprise la semaine dernière de la ville d'Alep où le régime a obtenu sa plus grande victoire contre la rébellion depuis le début du conflit, grâce à l'aide russe.

La guerre en Syrie a été déclenchée en mars 2011 par la répression dans le sang de manifestations pacifiques pro-démocratie. Le conflit s'est complexifié avec l'entrée en jeu de puissances étrangères, de milices et de groupes jihadistes. La guerre a fait plus de 310.000 morts et poussé des millions de Syriens à l'exil.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG