Liens d'accessibilité

Ankara annonce un cessez-le-feu en Syrie


Le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov (à g.) et son homologue turc Mevlut Cavusoglu (20 déc. 2016)

Syrie: Ankara affirme avoir négocié un cessez-le-feu avec Moscou

L'agence progouvernementale turque a annoncé mercredi que la Turquie et la Russie avaient trouvé un accord de cessez-le-feu pour l'ensemble de la Syrie, une entente que ni Moscou ni Damas ni les rebelles syriens n'ont confirmée.

Selon Anadolu, qui citait mercredi matin "des sources fiables", le plan vise à étendre à l'ensemble du pays le cessez-le-feu instauré il y a deux semaines à Alep, grâce à des négociations parrainées par Moscou et Ankara ayant permis l'évacuation des civils des quartiers rebelles de la deuxième ville de Syrie.

Un responsable du Haut comité des négociations (HCN), principale coalition de l'opposition et des rebelles, a affirmé ne disposer d'aucune information sur le sujet.

Labib Al Nahhas, qui gère les relations extérieures du puissant groupe islamiste rebelle Ahrar al-Cham, a également affirmé sur Twitter dans l'après-midi que les groupes révolutionnaires armés n'avaient pas reçu "de proposition officielle à propos d'un cessez-le-feu". "Dire qu'ils ont approuvé ce cessez-le-feu est incorrect", estime-t-il.

A Alep en ruines les forces pro-Damas ont le contrôle de la situation...
A Alep en ruines les forces pro-Damas ont le contrôle de la situation...

Aucune mention de l'accord n'a été faite non plus dans les médias officiels syriens.

Prudence aussi au Kremlin, dont le porte-parole Dmitri Peskov a affirmé ne pas avoir "assez d'informations" pour confirmer cet accord. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui prononçait un discours dans la matinée, n'a pas abordé le sujet.

Anadolu a précisé néanmoins que Moscou et Ankara s'efforçaient de faire entrer en vigueur le cessez-le-feu à minuit, sans donner plus de détails. Tout comme de précédents accords négociés par les Etats-Unis et la Russie, celui-ci exclut les "groupes terroristes" (selon l'acception générale, cette expression désigne le groupe Etat islamique et le groupe Fateh al-Cham - ex-Front al-Nosra -).

En cas de succès, cet accord devrait être la base des négociations politiques entre le régime et l'opposition que Moscou et Ankara veulent organiser en janvier à Astana, au Kazakhstan, selon Anadolu.

L'agence n'a pas précisé quand et comment l'accord a été conclu, mais des pourparlers se sont tenus ces dernières semaines à Ankara entre la Russie, la Turquie et l'opposition syrienne.

Une nouvelle réunion entre des représentants russes, turcs et de l'opposition syrienne armée devrait avoir lieu jeudi, toujours à Ankara, selon la chaîne qatarie Al-Jazeera.

La Russie et la Turquie sont très actives dans le conflit syrien, où elles soutiennent des parties adverses, Ankara appuyant les rebelles tandis que Moscou, tout comme l'Iran, est un proche allié du régime de Damas.

Mais les deux pays se sont engagés dans une coopération étroite en Syrie ces derniers mois, après une crise due à la destruction d'un avion russe par la Turquie à la frontière turco-syrienne fin 2015.

La Turquie est ainsi restée silencieuse lorsque le président Bachar al-Assad a obtenu sa plus grande victoire contre la rébellion depuis le début du conflit en reprenant la totalité d'Alep la semaine dernière, grâce à l'aide russe.

Le président Vladimir Poutine (23 déc. 2016)
Le président Vladimir Poutine (23 déc. 2016)

Aucune date précise n'a été annoncée pour les réunions d'Astana, mais la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a insisté mardi sur le fait que cette réunion n'en est encore qu'au stade de "l'élaboration" et qu'elle ne remplacerait pas le processus de paix de Genève, où doivent se tenir des négociations sous l'égide de l'ONU en février.

Les précédents accords de cessez-le-feu en Syrie, négociés par Washington et Moscou, ont rapidement achoppé.

Le président turc avait lancé mardi l'une de ses plus virulentes attaques à l'encontre des politiques occidentales en Syrie, marquées selon lui par des promesses non tenues.

Il a alors accusé la coalition internationale menée par les Etats-Unis de soutenir, outre les milices kurdes que la Turquie considère comme terroristes, le groupe EI lui-même.

"Les affirmations selon lesquelles le gouvernement américain soutient Daech sont fausses", a répondu mercredi l'ambassade américaine à Ankara, qui a évoqué dans un communiqué une "désinformation considérable" des médias turcs à propos de la position américaine en Syrie.

M. Erdogan a reproché aux Occidentaux de ne pas soutenir les opérations militaires engagées par l'armée turque dans le nord de la Syrie, et qui subit des pertes de plus en plus nombreuses ces dernières semaines.

Le conflit syrien a fait plus de 310.000 morts depuis 2011.

Mercredi matin encore, 22 civils, dont dix enfants ont péri dans des raids aériens menés par des avions inconnus sur un village tenu par l'EI dans l'est de la Syrie, dans la province de Deir Ezzor, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG