Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Burundi

L'armée burundaise opposée au rapatriement de 1.000 soldats de Somalie

Des soldats burundais de l'AMISOM patrouillent dans la banlieue de Mogadiscio, en Somalie, le 22 mai 2012.

L'armée burundaise a indiqué dimanche être opposée au rapatriement d'ici au 28 février de 1.000 de ses soldats déployés en Somalie pour la force de l'Union africaine dans ce pays (Amisom) et demandé à son gouvernement de plaider sa cause auprès de l'UA.

Selon un communiqué du porte-parole de l'armée burundaise, le colonel Floribert Biyerke, l'armée conteste la décision de la Commission de l'UA de ne rapatrier que des soldats burundais au lieu de rapatrier des soldats de chaque pays contributeur au prorata du nombre de soldats déployés.

A cet égard, elle estime que la décision n'est pas conforme aux conclusions de la dernière réunion du comité de coordination des opérations militaires de l'Amisom le 30 novembre à Addis Abeba. Or, une note verbale consultée par l'AFP indique que la Commission de l'UA s'est appuyée sur ces conclusions pour prendre sa décision.

Le communiqué ne l'évoque pas, mais la diminution du contingent burundais devrait entraîner un manque-à-gagner pour les finances publiques burundaises. D'après un responsable de l'UA, l'organisation envoie tous les trois mois environ 18 millions de dollars (15,7 millions d'euros) à la banque centrale du Burundi pour payer les soldes et la location du matériel militaire burundais.

Cette somme est devenue l'une des principales sources de devises du pays, sous sanctions de l'UE et de ses pays membres depuis 2016.

Les soldats burundais sont par ailleurs beaucoup moins payés une fois rentrés au pays que lorsqu'ils servent pour l'Amisom.

La décision de la Commission de l'UA de rapatrier 1.000 soldats burundais n'étant selon elle "pas conforme", l'armée burundaise "demande à l'autorité compétente de plaider auprès des instances habilitées pour que cette décision soir reconsidérée", a déclaré le colonel Floribert Biyerke.

Selon un haut responsable de l'UA, la décision de ne rapatrier que des soldats burundais est motivée par le fait que "le contingent burundais a un problème aigu de matériel (militaire)".

Actuellement, quelque 5.400 militaires burundais sont déployés en Somalie, soit le deuxième plus gros contingent des 21.500 soldats de l'Amisom, derrière l'Ouganda (6.200 hommes).

Le réduction des effectifs de l'Amisom à environ 20.000 soldats s'inscrit d'un désengagement progressif des troupes africaines, appelées à être remplacées par une armée somalienne encore embryonnaire.

Déployée en 2007 pour lutter contre les insurgés islamistes radicaux somaliens, les shebab, l'Amisom est composée de troupes venant d'Ouganda, du Burundi, d'Ethiopie, du Kenya et de Djibouti.

Les relations entre l'UA et le Burundi se sont récemment dégradées: le bloc continental a appelé Bujumbura à la modération et à discuter avec son opposition en exil. En retour, Bujumbura a organisé des manifestations pour dénoncer l'UA et le président de sa Commission, Moussa Faki, accusés de soutenir l'opposition.

Toutes les actualités

Du camp de réfugiés à l'atelier d'art

Du camp de réfugiés à l'atelier d'art
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Flambée de paludisme au Burundi

Flambée de paludisme au Burundi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Le Burundi confronté à une flambée de paludisme

Une femme avec son enfant dans un dispensaire à Bujumbura, au Burundi, le 18 avril 2006.

Une agence onusienne évoque "des proportions épidémiques" de la maladie depuis début mai, mais le gouvernement burundais a refusé jusqu'ici de déclarer une épidémie de paludisme.

Le Burundi est confronté à une flambée de paludisme atteignant des "proportions épidémiques" qui a fait plus 1.800 victimes depuis le début de l'année, selon l'ONU, soit autant que le nombre de victimes d'Ebola en un an dans la République démocratique du Congo voisine.

Du 1er janvier au 21 juillet 2019, "un total cumulé de 5.738.661 cas et de 1.801 décès a été signalé", selon un rapport du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA). Le Burundi compte 11,5 millions d'habitants.

Les auteurs du rapport évoquent "des proportions épidémiques" de la maladie depuis début mai, mais le gouvernement burundais a refusé jusqu'ici de déclarer une épidémie de paludisme, malgré des demandes des organisations internationales en ce sens depuis la mi-avril.

"Au cours de la semaine 29 (du 15 au 21 juillet 2019), 152.243 cas, dont 65 décès, ont été signalés dans 39 districts (sanitaires) sur (les) 46" que comptent le Burundi, a annoncé OCHA, parlant d'"une augmentation de 164% du nombre de cas signalés" par rapport à la semaine 29 de 2018.

Un faible recours aux mesures préventives comme les moustiquaires ou "le manque de ressources humaines, de ressources logistiques et financières pour une réponse efficace" sont les principaux facteurs expliquant cette flambée de cas de paludisme.

Une source au sein de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), sollicitée par l'AFP, a expliqué ne pas être en mesure de commenter ces chiffres, précisant que "la décision de déclarer une épidémie relève de la souveraineté de l'Etat burundais".

Mi-mars 2017, le gouvernement avait déclaré une épidémie de paludisme alors que le pays venait de recenser quelque 1,8 million de cas et 700 décès en à peine trois mois. Il semble plus réticent à le faire cette année.

"Nous sommes à moins d'une année de la présidentielle, le pouvoir de (Pierre) Nkurunziza qui fait face à de nombreuses crises ne veut pas reconnaître ce qui pourrait être considéré comme un échec de sa politique en matière de santé", a justifié un haute cadre du régime sous couvert d'anonymat.

Le Burundi, qui traverse une grave crise socio-économique depuis 2015, a déclaré une épidémie de choléra dans le pays depuis avril et fait face à de nombreuses pénuries sur les carburants ou les médicaments et plus généralement la plupart des biens importés, faute de devises.

Selon l'OMS, quelque 219 millions de cas de paludisme ont été recensés dans le monde en 2017, entraînant 435.000 décès dont 93% sont survenus en Afrique.

Six militaires de l'AMISOM tués dans une attaque

Six militaires de l'AMISOM tués dans une attaque
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:48 0:00

Une nouvelle crise politique guette le Burundi

Une nouvelle crise politique guette le Burundi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:08 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG