Liens d'accessibilité

Kabila : le cap vers les élections est définitivement fixé mais les défis restent énormes


Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo (RDC) prononce son discours devant l’Assemblée générale des Nations unies, à New York, 23 septembre 2017.

Le président de la République démocratique du Congo (RDC) a, dans son discours samedi devant l’Assemblée générale des Nations unies, évoqué entre autres la question cruciale de la tenue des élections et la situation sécuritaire incluant les turbulences dans le Kasaï où plusieurs milliers de personnes ont été tuées, y compris deux experts onusiens.

Joseph Kabila a énuméré un certain nombre de progrès accomplis dans le processus en vue de la tenue des élections en RDC, s’est félicitant entre autres que déjà 42 millions d’électeurs aient été enrôlés.

"Vues toutes ces avancées, j’affirme que le cap vers les élections crédibles, transparentes et apaisées est définitivement fixé et notre marche dans cette direction est irréversible, " a-t-il indiqué.

Il a cependant mis en garde contre toute "ingérence extérieure" et appelé les "vrais amis du Congo à soutenir le processus en cours".

"Le tout, sans ingérence extérieure ni dictat quelconque, " a souligné M. Kabila.

Le président congolais n’a pourtant pas évoqué son sort bien que la Constitution lui interdise de se représenter pour avoir totalisé plus de deux mandats à la tête du pays.

-Justice pour le Kasaï-

Concernant le Kasaï où des violences entre miliciens et forces de l’ordre ont fait 3.000 morts, selon l'Eglise catholique, et 1,4 million de déplacés, selon les Nations unies, M. Kabila a affirmé que la lumière sera faite sur ces exactions. Deux experts onusiens ont été parmi les victimes, tués en mars derniers dans la région, en pleines investigations.

"C’est dans ces circonstances que je déplore la barbarie dont les deux experts de notre organisation ont été victimes en mars 2017. Notre détermination est que la lumière sur les circonstances exactes de ce crime soit clarifiée afin que cet acte ignoble, ainsi que ceux dont nos compatriotes ont été victimes, ne restent pas impunis," a précisé M. Kabila.

Pour lui, son pays est depuis une année "victime d’attaques terroristes menées par certains groupes armés, notamment dans les provinces du Kasaï, voire dans la capitale, et dont l’objectif est d’anéantir la paix si chèrement acquise, de contrarier la dynamique des solutions consensuelles obtenues au niveau national et de miner nos efforts de développement", a-t-il affirmé.

Le chef de l'Etat congolais s’est réjoui des efforts faits pour ramener la paix et la réconciliation dans la région. Mais il a insisté pour que justice soit faite.

Parmi ces efforts, il a cités la Conférence sur la paix, la réconciliation et le développement qui vient de se tenir à Kananga avec entre autres pour objectif, a-t-il soutenu, d’établir la vérité.

Cette conférence devait, selon lui, "affirmer la conviction que toute réconciliation passe nécessairement par la justice et qu’il n’y a pas de paix véritable et durable sans justice".

"Mon pays reste ouvert à toutes formes de collaboration à ce sujet, " a-t-il insisté.

Les Nations unies et Etats-Unis exigent une enquête indépendante et complète sur les violences au Kasaï et le meurtre de deux experts onusiens dont l’un était un Américain.

La RDC s’y oppose et leur demande de joindre les enquêtes déjà menées par la justice congolaise qui ont donné lieu à des procès dans lesquels de présumés assassins de deux experts onusiens comparaissent.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG