Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Un juge accorde un délai à l'administration Trump pour réunir les familles

Sirley Silveira Paixao, une immigrante brésilienne, demandeuse d'asile, embrasse son fils de dix ans, Diego Magalhaes, après la libération de Diego de sa détention à Chicago, le 05 juillet 2018.

Un juge de Californie a accordé lundi un délai au gouvernement de Donald Trump pour réunir les jeunes enfants de migrants avec leurs parents arrêtés à la frontière après que les autorités ont reconnu manquer de temps.

Le juge Dana Sabraw avait ordonné que 102 enfants de moins de cinq ans soient réunis avant mardi avec leurs parents et d'ici le 26 juillet pour les autres.

Mais, à l'occasion d'une audience ce lundi à San Diego, l'avocate du ministère de la Justice américain, Sarah Fabian, a indiqué que seule la moitié de la centaine d'enfants de moins de cinq ans concernés auraient retrouvé leur famille avant la date limite de mardi.

Le gouvernement américain avait demandé un délai vendredi au prétexte de manquer de temps pour confirmer les identités, à l'aide notamment de tests ADN.

Le juge Sabraw a estimé lundi avoir constaté un "progrès réel" et admis que certains cas nécessitaient "plus de temps".

"J'ai bon espoir que la plupart de ces familles soient réunies demain (mardi) et nous aurons alors une idée plus claire de qui n'aura pas été réuni, pourquoi et de combien de temps il faudra", a-t-il déclaré.

L'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) s'est dite "extrêmement déçue que le gouvernement ne respecte pas complètement la décision de justice".

"Mais le juge est intervenu pour s'occuper de ce désastre de l'administration", a déclaré Lee Gelernt, avocat de l'ACLU. "La justice maintient la pression sur Trump pour qu'il réunisse ces enfants avec leurs parents."

Plus de 2.300 enfants ont été, en quelques semaines, séparés de leurs parents et hébergés dans des centres d'accueil gérés par le ministère de la Santé américain. Le résultat de la politique de "tolérance zéro" du président Donald Trump à l'encontre de l'immigration illégale.

Plusieurs centaines d'entre eux ont été depuis réunis avec leurs parents. Le ministère de la Santé américain a reconnu avoir recours à des tests ADN afin de vérifier l'identité de ceux restant.

Au total, quelque 11.800 mineurs sont encore retenus par les autorités américaines après avoir traversé illégalement la frontière avec le Mexique. Près de 80% d'entre eux sont des adolescents arrivés sans leurs parents.

Face à l'indignation mondiale provoquée par sa politique de "tolérance zéro", Donald Trump a annoncé le 20 juin mettre fin aux séparations des familles à la frontière.

Avec AFP

Toutes les actualités

Affaire George Floyd: rage, émeutes et revendications à travers le monde

Un manifestant à Minneapolis proteste la mort de George Floyd à Minneapolis, Minnesota, le 29 mai 2020. (Photo CHANDAN KHANNA / AFP)

Des manifestations empreintes de violence ont secoué plusieurs villes des États-Unis et d'autres pays après la mort de George Floyd aux mains de la police dans l'État du Minnesota. Cliquer sur le lien ci-dessous pour revivre ces événements: images des manifestations >>

La capsule de SpaceX avec deux astronautes à bord s'est amarrée à l'ISS

Décollage de la fusée SpaceX Falcon 9 au Centre spatial Kennedy de la NASA à Cape Canaveral, en Floride (États-Unis), le 30 mai 2020. (Photo REUTERS/Steve Nesius)

La capsule de SpaceX Crew Dragon s'est amarrée dimanche sans encombre à la Station spatiale internationale, en avance de quelques minutes sur l'horaire prévu, avec deux astronautes de la Nasa à bord, une étape cruciale pour cette mission historique.

Bob Behnken et Doug Hurley, qui ont décollé à bord d'une fusée Falcon 9 la veille depuis la Floride, sont les premiers astronautes à rejoindre l'ISS, à 400 km de la Terre, grâce à un véhicule d'une société privée.

La capsule Crew Dragon s'est amarrée à l'ISS à 14H16 GMT. "Amarrage confirmé", ont confirmé la société créée par Elon Musk et la Nasa.

Le sas entre Dragon et la station spatiale doit maintenant être dépressurisé avant que l'écoutille de la capsule ne soit ouverte.

Depuis la fin des navettes spatiales en 2011, ce sont des fusées russes qui envoyaient les Américains vers l'ISS.

La Nasa a chargé SpaceX de développer un nouveau taxi spatial, et si cette mission --qui pourrait durer jusqu'en août-- est certifiée sûre, les Américains ne dépendront plus des Russes pour accéder à l'espace. Pour trois milliards de dollars, SpaceX a promis à la Nasa six allers-retours vers l'ISS, avec quatre astronautes à bord.

Le policier impliqué dans la mort de George Floyd inculpé, couvre-feu à Minneapolis

Des agents de police se tiennent à l'extérieur du domicile en Floride de l'ancien officier de police de Minneapolis, Derek Chauvin, accusé du meurtre de George Floyd  en Floride. (REUTERS / Scott Audette)

Le policier mis en cause dans la mort de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, lors d'une interpellation létale en début de semaine à Minneapolis a été arrêté et inculpé d'homicide involontaire ont annoncé vendredi les autorités locales. Un couvre-feu a été décrété vendredi à Minneapolis.

"L'ancien officier de police de Minneapolis Derek Chauvin a été inculpé par le bureau du procureur du comté de Hennepin de meurtre (au 3ème degré) et d'homicide involontaire", a annoncé vendredi le procureur Mike Freeman du comté de Hennepin, où se trouve la ville de Minneapolis.

La famille de cet homme de 46 ans, à qui le président Donald Trump a annoncé avoir parlé, a salué l'arrestation du policier comme un premier pas sur "la voie de la justice", mais l'a jugée "tardive" et insuffisante.

"Nous voulons une inculpation pour homicide volontaire avec préméditation. Et nous voulons voir les autres agents (impliqués) arrêtés", a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Quelques instants plus tôt, les autorités locales avaient annoncé l'arrestation de M. Chauvin, qui avait été démis de ses fonctions.

Pour l'instant, seul le policier Derek Chauvin "a été placé en détention", a déclaré le commissaire John Harrington, du département de la Sécurité civile du Minnesota.

Une vidéo devenue virale montre ce policier blanc plaquer au sol George Floyd et maintenir son genou sur son cou pendant de longues minutes, alors que M. Floyd disait ne plus pouvoir respirer.

Depuis la diffusion de cette vidéo des manifestations tournant à l'émeute ont éclaté à Minneapolis, notamment aux abords du commissariat où travaillaient les quatre policiers impliqués dans cette affaire, et dans d'autres villes de la région.

Des enquêtes fédérales et locales ont été ouvertes pour établir leurs responsabilités.

Ce drame rappelle la mort d'Eric Garner, un homme noir décédé en 2014 à New York après avoir été asphyxié lors de son arrestation par des policiers blancs.

Lui aussi avait dit "Je ne peux pas respirer", une phrase devenue un cri de ralliement du mouvement Black Lives Matter ("La vie des Noirs compte").

Décès de George Floyd: un commissariat de Minneapolis incendié lors de manifestations

Décès de George Floyd: un commissariat de Minneapolis incendié lors de manifestations
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:45 0:00

Cinq cents soldats de la Garde nationale ont été mobilisés ce matin à Minneapolis

Cinq cents soldats de la Garde nationale ont été mobilisés ce matin à Minneapolis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG