Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Hausse du trafic du port d'Abidjan en 2017


Le port d'Abidjan, le 11 janvier 2018.

Le trafic au port d'Abidjan, représentant 90% des échanges extérieurs de la Côte d'Ivoire, a augmenté en 2017, dénotant la "vitalité de l'économie ivoirienne", a annoncé lundi son directeur général, Hien Sié.

"Malgré les quelques difficultés qui ont émaillé l’année 2017, nous avons enregistré un bon résultat commercial. Le trafic global du port d'Abidjan s'est établi à 22,5 millions de tonnes contre 21,7 MT en 2016, soit une hausse significative de 3,8%", a déclaré M. Sié lors de la rentrée commerciale du port leader en Afrique de l'Ouest.

Ce bon résultat est tiré par le trafic national qui s'est élevé à 19,33 millions de tonnes en 2017, en hausse de 5,5%.

Ce trafic est tiré par les exportations de cacao (+32%) de la Côte d'Ivoire, premier producteur mondial, et du manganèse (+149%), en raison du boom minier lié à l'augmentation des cours sur le marché international.

"Ces chiffres traduisent bien la vitalité de l’économie ivoirienne dont le PIB a augmenté de 7,6% en 2017", a souligné le directeur du port.

Le trafic vers les pays de l'hinterland dépourvus de façade maritime (Burkina Faso, Mali, Niger) et dont les marchandises transitent par le port d'Abidjan, a également progressé de 3% dans l'ensemble.

Toutefois le directeur du Conseil burkinabè des chargeurs et porte-parole des pays de l'hinterland, Jean Noël Kaboré, a dénoncé "la persistance des tracasseries routières et le niveau de dégradation avancé des routes par endroits", qui selon lui, "impactent négativement le trafic".

Pour 2018, les autorités du port ont promis des actions commerciales en direction de ces pays afin de faire face à ces difficultés.

>> Lire aussi : La Côte d'Ivoire et la Belgique signent une série d'accords économiques

Début février, la Banque mondiale avait appelé les autorités ivoiriennes à investir pour "abaisser les coûts de transport", soulignant le besoin d'améliorer la performance des ports ivoiriens.

Comparé au Ghana, le coût au port d'Abidjan est 59% plus élevé à l’export et 44% plus élevé à l’import d’un conteneur, pointait la Banque mondiale, qui estimait que le port souffrait d'un "manque de concurrence dans l'exploitation de ses terminaux".

Le groupe français Bolloré, qui assure depuis 2004 la gestion et l'exploitation du terminal à conteneurs du port d'Abidjan, a inauguré mercredi dernier un nouvel entrepôt destiné à accroître le stockage des matières premières agricoles dont le groupe assure l'exportation.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG