Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Halilhodzic en contact avec la fédération algérienne de football


Vahid Halilhodzic, lors d'une conference de presse à Porto Alegre, Brésil le 29 juin 2014.

La Fédération algérienne de football (FAF) a proposé à l'entraîneur franco-bosnien Vahid Halilhodzic, qui avait emmené les Fennecs en 8e de finale du Mondial-2014, de reprendre la tête de la sélection en grande difficulté mais celui-ci a indiqué n'avoir pas encore pris de décision.

"Je confirme des contacts mais il n'y a rien de fait", a déclaré Halilhodzic à l'AFP alors que plusieurs médias algériens faisaient état de négociations "avancées", voire d'un "accord" de l'intéressé pour redevenir sélectionneur de l'Algérie.

"Ce sont des mensonges. Je démens catégoriquement: rien n'est fait. Je confirme des contacts mais il n'y a rien de fait", a expliqué l'ancien entraîneur du PSG.

>> Lire aussi : L'ex-sélectionneur Halilhodzic réclame des explications au Japon

Interrogé par l'AFP, Vahid Halilhodzic n'a rien voulu dire de l'état d'avancée des négociations, pas plus qu'il n'a précisé si un retour en Algérie l'intéressait.

Dans une interview au média spécialisé Compétition, il aurait fait part dimanche de son intérêt pour la proposition de la FAF, tout en ne cachant pas ses hésitations face à "un énorme chantier".

"J'ai décidé de revoir les quatre derniers matches disputés par l'Algérie au cours de ces derniers mois et, le moins qu'on puisse dire, c'est que ce n'est pas trop la joie", a-t-il confié à Compétition, il y "a beaucoup de travail à faire pour bâtir une équipe solide et (...) ce n'est pas aussi évident qu'on peut le penser".

>> Lire aussi : L'ancien sélectionneur de l'Algérie réclame le paiement de son salaire

L'Algérie a usé cinq sélectionneurs en trois ans depuis le départ de Vahid Halilhodzic à l'issue de l'élimination des Fennecs en huitièmes de finale du Mondial-2014, le meilleur parcours de leur histoire.

Présente lors des deux derniers Mondiaux, l'équipe nationale algérienne a été incapable de se qualifier pour le Mondial russe, après une campagne de qualification pour le Mondial-2018 sans la moindre victoire sur le terrain (un match remporté sur tapis vert).

Ancien attaquant vedette de l'Algérie, Rabah Madjer (87 sél.) avait succédé en octobre à quatre entraîneurs étrangers - le Français Christian Gourcuff (resté moins de deux ans), le Serbe Milovan Rajevac (trois mois), le Belge George Leekens (trois mois) et l'Espagnol Lucas Alcaraz (six mois). Il n'aura tenu que huit mois.

>> Lire aussi : Rabah Madjer nouveau sélectionneur de l'Algérie

Incapable de redresser une équipe descendue à la 66e place au classement Fifa (12e équipe africaine), l'ancien Ballon d'or africain a été limogé fin juin par la FAF, qui lui cherche désormais un successeur alors que se profilent en septembre la suite des matches de qualifications pour la Coupe d'Afrique des Nations (CAN-2019).


Avec AFP

XS
SM
MD
LG