Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

Droits humains : des voyants "au rouge" selon Amnesty

Les membres du FNDC à Conakry avant la marche funèbre, Guinée, le 4 novembre 2019. (VOA/Zakaria Camara)

Manifestants tués par dizaines, opposition réprimée, impunité policière... les violations des droits humains se multiplient ces dernières années en Guinée et menacent de s'aggraver avec la prochaine présidentielle, s'alarme Amnesty International.

"Nous demandons au gouvernement du président Alpha Condé de mettre fin au règne de la peur et de la répression" en modifiant les lois sur l'usage de la force et en cessant de recourir à l'armée lors des manifestations, dit Amnesty à l'occasion de la publication d'un rapport intitulé "Guinée: les voyants au rouge à l'approche de l'élection présidentielle de 2020".

Soixante-dix manifestants ou passants, dont un enfant de sept ans atteint par une balle perdue, ont été tués depuis janvier 2015 lors de rassemblements; les témoignages et les munitions employées désignent les policiers ou les gendarmes, dit l'ONG. Trois membres des forces de l'ordre sont également morts, ajoute-t-elle.

Malgré des dizaines de plaintes, "l'impunité continue d'être la règle en Guinée" pour les forces de sécurité, dit le rapport portant sur 2015-2019.

Il note qu'après des décennies de régimes autoritaires et militaires, le gouvernement de M. Condé, élu en 2010 et réélu en 2015, a vu des progrès, comme l'abolition de la peine de mort en 2017, l'incrimination de la torture en 2016 ou l'adoption d'une loi sur le maintien de l'ordre en 2015.

Mais il dénonce l'usage excessif de la force, les interdictions de manifestations pacifiques, les arrestations "massives" et "arbitraires", notamment de dizaines de journalistes et de défenseurs des droits humains.

Malgré la loi de 2016, "des cas de torture et autres mauvais traitements sont encore signalés". Quant aux prisons, surpeuplées, les conditions y sont "déplorables", et 109 détenus y sont morts, selon une estimation très prudente, de maladie infectieuse, de malnutrition aiguë et de violence.

Le rapport est publié alors que ce petit pays pauvre de 13 millions d'habitants, coutumier des protestations et des répressions brutales, est à nouveau agité par la contestation depuis qu'un collectif a appelé à la mobilisation pour faire barrage à un éventuel troisième mandat du président Condé.

Au moins 17 civils et un gendarme ont trouvé la mort depuis le 14 octobre. Des dizaines de personnes ont été arrêtées et jugées.

"Ce cycle de la violence pourrait déraper avec l'intensification des tensions politiques" à l'approche de la présidentielle de 2020, s'inquiète Amnesty.

Amnesty tire aussi la sonnette d'alarme sur les droits des femmes et des homosexuels.

La Guinée a confirmé l'interdiction des mutilations génitales féminines en 2016, dit l'ONG. "Toutefois, cette pratique demeure courante et peu d'enquêtes et de poursuites ont été engagées". Même si le taux a baissé, une enquête démographique et sanitaire de 2018 indique que 94,5 % des femmes âgées de 15-49 ans ont subi des mutilations génitales, dit-elle.

Toutes les actualités

Les législatives prévues le 16 février

Les législatives prévues le 16 février
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:21 0:00

Lancement à minuit de la campagne pour les législatives

Lancement à minuit de la campagne pour les législatives
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Violences politiques : Paris appelle à "l'apaisement"

Violences politiques : Paris appelle à "l'apaisement"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

L'opposition suspend ses manifestations anti-Condé

Le chef de l'opposition Cellou Dalein Diallo à Conakry, Guinée, samedi 28 septembre 2013. (AP Photo / Idrissa Soumare)

L'opposition guinéenne a annoncé mercredi une suspension de ses manifestations contre un projet de troisième mandat attribué au président Alpha Condé, après trois jours de protestations ayant fait au moins trois morts.

Par ailleurs, la campagne pour les élections législatives prévues le 16 février va débuter "jeudi à minuit" jusqu'au 14 février, selon un décret présidentiel lu mercredi soir sur les médias d'Etat.

L'opposition, qui voit en ces législatives une manoeuvre du président Condé pour renforcer son pouvoir, a annoncé qu'elle boycotterait le scrutin et en empêcherait sa tenue, à cause de divergences avec le pouvoir sur son organisation.

Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), le collectif de partis, de syndicats et de membres de la société civile qui mène la protestation depuis trois mois contre un éventuel troisième mandat de M. Condé, "suspend à partir de ce jour 15 janvier 2020 les manifestations", selon un communiqué publié mercredi soir.

Le Front vise à travers cette suspension à "procéder dans le calme à l'enterrement de nos victimes et permettre aux Guinéens de se réapprovisionner" en produits de consommation.

Il avait appelé à une mobilisation "massive" et "illimitée" à travers le pays à partir de lundi.

La mobilisation a fait depuis lundi au moins trois morts, dont un à Conakry et deux à Labé (nord), selon les familles des victimes, des sources médicales et de sécurité.

Depuis la mi-octobre, le FNDC a fait descendre dans la rue à plusieurs reprises des dizaines ou des centaines de milliers de Guinéens dans ce petit pays de 13 millions d'habitants. Plus de 20 civils ont été tués, ainsi qu'un gendarme, et des dizaines de personnes arrêtées.

L'opposition est convaincue que le chef de l'Etat, élu en 2010 et réélu en 2015, entend se représenter fin 2020 alors que la Constitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels.

Elle a été confortée dans ses craintes en décembre quand M. Condé, 81 ans, a indiqué qu'il comptait soumettre aux Guinéens un projet de nouvelle Constitution, même s'il ne s'est pas exprimé sur ses intentions personnelles.

Retour du calme après 2 jours de violences à Conakry

Retour du calme après 2 jours de violences à Conakry
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG