Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Grande Bretagne: Premier débat télévisé équilibré entre Johnson et Corbyn

Le leader conservateur Boris Johnson et le chef de file des travaillistes Jeremy Corbyn, avant leur débat télévisé à Londres, le 19 novembre 2019.

Boris Johnson et Jeremy Corbyn n'ont pas réussi à se départager mardi lors de leur premier face-à-face télévisé en vue des élections législatives du 12 décembre en Grande-Bretagne, d'après un sondage réalisé à l'issue du débat.

Selon cette enquête réalisée par l'institut YouGov, 51% des téléspectateurs ont jugé que le Premier ministre conservateur s'était montré le plus convaincant, mais 49% ont pensé la même chose de son adversaire travailliste. Ces chiffres excluent ceux qui ne se prononcent pas.

"Au final, c'est probablement mieux pour le chef du Labour. Parce qu'un match nul quand vous êtes largement derrière dans les sondages, c'est une meilleure nouvelle que quand vous êtes devant", a commenté Chris Curtis, un chercheur de l'institut.

Il a toutefois estimé que les premières réactions indiquaient que le débat ne bouleverserait pas la donne à l'approche des élections. Les conservateurs sont donnés favoris du scrutin, avec jusqu'à 18 points d'avance sur le Labour selon les enquêtes, mais le résultat reste difficile à prédire en raison des diverses alliances conclues par les deux partis sur le Brexit et du vote de plus en plus imprévisible des électeurs.

Le débat entre les deux hommes, qui avait lieu à Manchester, retransmis par la chaîne ITV, a été dominé par la question du retrait britannique de l'UE. Pour marquer sa différence, Boris Johnson a insisté sur le fait qu'il sortirait comme convenu le Royaume-Uni de l'Union européenne le 31 janvier prochain et assuré qu'il obtiendrait un traité de libre échange avec les Européens d'ici la fin 2020.

Contrairement au Premier ministre conservateur, Jeremy Corbyn s'est engagé, si son parti remporte les élections législatives du 12 décembre, à renégocier un traité de divorce avec Bruxelles et de le soumettre ensuite à référendum, avec la possibilité de voter pour un maintien dans l'UE.

A l'invitation de la présentatrice d'ITV Julie Etchingham, les deux hommes se sont serré la main en promettant d'améliorer la qualité du débat politique en Grande-Bretagne, qui s'est fortement dégradée depuis le référendum sur la sortie de l'UE en 2016.

Avec Reuters

Toutes les actualités

Covid-19: coup dur pour l'économie de l'Europe

Covid-19: coup dur pour l'économie de l'Europe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:13 0:00

Le Premier ministre britannique Boris Johnson atteint du coronavirus

Le Premier ministre britannique Boris Johnson lors d'une conférence de presse à Downing Street, Londres, Royaume-Uni, le 3 mars 2020. (Photo: AP)

Le Premier ministre britannique a annoncé vendredi qu'il avait été testé positif au coronavirus et qu'il s'isolait à sa résidence officielle au No. 10 Downing Street à Londres.

La nouvelle, qui a d'abord été relayée par nos confrères de la British Broadcasting Corporation, s'est rapidement répandue comme une traînée de poudre sur la toile.

Malgré l’isolement, M. Johnson, 55 ans, va continuer à diriger la riposte gouvernementale face à la pandémie.

Selon l’agence Reuters, M. Johnson a ressenti de légers symptômes jeudi suite à la séance hebdomadaire de questions-réponses dans la salle de la Chambre des Communes du parlement britannique.

On apprend aussi que le premier ministre aurait rencontré la Reine Elizabeth le 11 mars mais la monarque, âgée de 93 ans, reste en bonne santé, selon une déclaration du Palais de Buckingham.

Le prince Charles, 71 ans, héritier du trône, a été testé positif au coronavirus en début de semaine. Il serait en bonne santé et s'isole dans sa résidence en Ecosse.

A ce jour, le coronavirus a fait près de 600 morts au Royaume-Uni, où le nombre de cas confirmés se situe désormais à 11 658, selon le dernier décompte de l’université Johns Hopkins.

La Norvège extrade un prédicateur islamiste irakien vers l'Italie

La Norvège a annoncé jeudi avoir extradé vers l'Italie, malgré l'épidémie de coronavirus qui y sévit, le mollah Krekar, un prédicateur irakien condamné par la justice italienne pour avoir dirigé un réseau jihadiste.

"Krekar n'est plus en Norvège. Krekar a aujourd'hui (jeudi) été extradé en Italie", a déclaré la ministre norvégienne de la Justice, Monica Maeland, lors d'une conférence de presse.

Résidant depuis 1991 en Norvège qui l'a accueilli avec sa famille en tant que réfugié, Najumuddin Faraj Ahmad --son vrai nom-- a été condamné en son absence en 2019 à 12 ans de prison en Italie.

Le tribunal de Bolzano a, en première instance, reconnu le Kurde irakien, aujourd'hui âgé de 63 ans, coupable d'avoir dirigé le réseau jihadiste kurde Rawti Shax, présumé lié à l'organisation État islamique (EI). Démantelé en 2015, ce réseau aurait projeté des attentats en Occident.

Considéré comme une menace à la sécurité nationale en Norvège où il a purgé plusieurs années de prison, le mollah Krekar est depuis 2003 sous le coup d'une procédure d'expulsion du pays nordique.

Mais cette décision n'avait jusqu'à présent pas pu être mise en oeuvre faute de garanties suffisantes pour sa sécurité en cas de retour en Irak où il risquait la peine de mort.

Auprès de l'AFP, son avocat Brynjar Meling a dénoncé "un jour de honte" pour les autorités norvégiennes et "un déni de justice".

L'expulsion vers l'Italie, après épuisement de tous les recours judiciaires en Norvège, survient alors que ce pays est le plus durement touché au monde par la pandémie de nouveau coronavirus qui y a provoqué plus de 7.500 décès.

Or, selon M. Meling, son client fait partie du "groupe à hauts risques". "Les autorités ont choisi de l'expulser en dépit de son diabète élevé, de sa pression sanguine élevée, de son âge élevé", a-t-il dit.

"Tant la Norvège que l'Italie sont dans une situation marquée par le coronavirus", a, de son côté, noté Mme Maeland. "Et nous avons reçu l'assurance que Krekar sera pris en charge d'une manière satisfaisante et responsable en Italie", a-t-elle affirmé.

Le mollah Krekar a cofondé en Irak le groupe islamiste Ansar al-Islam, qu'il affirme ne plus diriger depuis 2002.

Ce groupe et lui-même figurent sur la liste des personnes et organisations terroristes des États-Unis et de l'ONU.

Coronavirus: saisie de masques de protection volés en Italie

Coronavirus: saisie de masques de protection volés en Italie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:40 0:00

Cours du pétrole: l'Arabie Saoudite et la Russie indexées

Cours du pétrole: l'Arabie Saoudite et la Russie indexées
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:38 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG