Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

GB: le premier ministre va dissoudre le parlement, promettre de "réaliser le Brexit"

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le jeudi 31 octobre 2019. (Aaron Chown / Pool Photo via AP)

Boris Johnson va formellement annoncer la tenue d'élections anticipées le 12 décembre et dissoudre le parlement mercredi, avant de mener un meeting de campagne du Parti conservateur durant lequel il répétera sa promesse de "réaliser le Brexit" dans les prochaines semaines.

Boris Johnson a obtenu la semaine dernière le feu vert de la Chambre des communes pour des législatives anticipées, appelant les électeurs britanniques aux urnes en décembre pour la première fois depuis 1923.

Le scrutin doit permettre au Royaume-Uni de sortir de l'impasse sur le Brexit, alors que le dirigeant conservateur a réussi à obtenir le mois dernier un nouvel accord auprès des Européens mais a dû accepter que Bruxelles repousse la date du divorce de trois mois, au 31 janvier 2020.

L'issue du scrutin apparaît imprévisible: la question du Brexit a brouillé les appartenances partisanes, et donne aux petits partis l'occasion de venir bousculer les Tories de Boris Johnson et l'opposition travailliste menée par Jeremy Corbyn.

Après avoir dissout le parlement et rendu une visite formelle à la reine Elizabeth mercredi, le chef du gouvernement sortant annoncera officiellement depuis sa résidence du 10 Downing Street la tenue d'élections anticipées. Il prendra part ensuite à un meeting de campagne.

"Je ne veux pas d'élections. Aucun Premier ministre ne veut d'élections anticipées, surtout pas en décembre. Mais en l'état nous n'avons tout simplement pas le choix - parce que c'est seulement en réalisant le Brexit dans les prochaines semaines que nous pourrons nous concentrer sur l'ensemble des priorités du peuple britannique", dira Johnson, selon des extraits de son discours fournis à l'avance.

Les enquêtes d'opinion créditent le Parti conservateur d'une avance confortable sur le Labour, mais les sondeurs préviennent que l'opinion est inhabituellement volatile. Johnson espère obtenir une majorité suffisante au Parlement de Westminster pour faire ratifier l'accord de Brexit qu'il a négocié avec l'UE et sortir le Royaume-Uni du bloc à la fin décembre ou en janvier.

La campagne du dirigeant conservateur veut faire passer le message que Corbyn cherche à bloquer le processus du Brexit en organisant un nouveau référendum, plus de trois ans après que les Britanniques se sont majoritairement prononcés pour une sortie de l'UE, et que le chef du Labour menace ainsi l'avenir du Royaume-Uni.

Corbyn a accusé mardi Johnson de chercher à tirer parti du Brexit pour imposer un "thatchérisme sous stéroïdes" qui nuirait à l'économie et aux droits des salariés britanniques. Il a dit vouloir négocier un nouvel accord de sortie avec l'UE et laisser ensuite les électeurs se prononcer sur cet accord.

Avec Reuters

Toutes les actualités

Arrivée à l'OMC de Ngozi Okonjo-Iweala, nouvelle directrice générale

Arrivée à l'OMC de Ngozi Okonjo-Iweala, nouvelle directrice générale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:32 0:00

Belgique: des étudiants crient leur ras-le-bol de l'isolement et de la précarité

Des policiers belges contrôlant un chauffeur à la frontière belgo-néerlandaise lors du confinement du imposé par le gouvernement belge pour tenter de ralentir la propagation du COVID-19.

Plusieurs centaines d'étudiants ont manifesté lundi à Bruxelles pour interpeller les autorités sur leur situation d'isolement et de précarité avec la crise sanitaire, a constaté l'AFP.

Le rassemblement se tenait alors que le Premier ministre belge Alexander De Croo a exclu vendredi tout assouplissement des restrictions anti-Covid en vigueur, maintenant notamment les cours entièrement à distance dans l'enseignement supérieur (sauf rares exceptions comme pour des travaux pratiques en sciences).

Valérie Glatigny, ministre de l'Enseignement supérieur en Belgique francophone --ce domaine est une compétence des communautés linguistiques--, plaidait pour un retour partiel dans les amphithéâtres ce mois-ci, "à hauteur de 20%" selon son cabinet.

"Avoir 21 ans en 2021, c'est être seul et avoir faim", "On est là pour reprendre en présentiel et pour un peu plus d'oseille", ont scandé les manifestants.

Réunis à l'appel notamment de la Fédération des étudiants francophones (FEF) et de l'Union syndicale étudiante (affiliée au syndicat socialiste FGTB), ils étaient "entre 200 et 300" près du siège historique de l'Université libre de Bruxelles (ULB), selon un décompte de la police.

Nell, 19 ans, a expliqué à l'AFP être "fatiguée" de devoir suivre ses cours en ligne dans une colocation dont la connexion internet "rame" parce qu'elle est trop sollicitée.

"Si ça recommence comme ça l'année prochaine, je ne pourrai pas continuer et je ne sais pas ce que je ferai", a lâché cette étudiante de première année.

Beaucoup ont déploré la disparition de leur petit job dans les cafés ou restaurants, qui ont dû de nouveau fermer il y a quatre mois en pleine deuxième vague de la pandémie.

Selon une étude récente de la FEF, environ un tiers des étudiants belges francophones ont récemment perdu leur source de revenu et éprouvent désormais des difficultés à payer leurs études.

"On se retrouve réduits à une précarité assez dangereuse", a regretté Slim, 25 ans, étudiant en théâtre au Conservatoire royal de Bruxelles.

Il s'est dit "inquiet" sur l'avenir de son secteur, alors que les salles de spectacles sont actuellement fermées, sans perspective de réouverture.

La Fédération Wallonie-Bruxelles (communauté francophone) a assuré avoir mobilisé depuis le début de la crise sanitaire, il y a un an, près de 13 millions d'euros d'aides supplémentaires pour les étudiants (soutien au paiement d'un loyer, d'une connexion internet, aide alimentaire etc).

L'ONG Sea-Watch sauve des centaines de migrants en Méditerranée

L'ONG Sea-Watch sauve des centaines de migrants en Méditerranée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:49 0:00

Croatie: l'ancien sélectionneur Zlatko Kranjcar est décédé

L'entraîneur croate Zlatko Kranjcar lors du match de football du groupe F durant la Coupe du monde 2006, Brésil contre Croatie, au stade de Berlin, le 13 juin 2006 .

L'ancien sélectionneur de la Croatie et star du Dinamo Zagreb, Zlatko "Cico" Kranjcar, est décédé lundi à l'âge de 64 ans, a annoncé la Fédération croate de football (HNS).


"Kranjcar, le légendaire footballeur et entraîneur croate ... est mort à Zagreb", a affirmé la Fédération dans un communiqué sans donner plus de détails.

Le natif de Zagreb avait été hospitalisé le mois dernier en raison de problèmes au foie, selon l'agence de presse croate HINA.

Brillant attaquant, Kranjcar a joué pour le Dinamo Zagreb de 1973 à 1983 avant de rejoindre en 1984 le Rapid Vienne, avec lequel il a remporté deux fois le championnat d'Autriche.

Après avoir pris sa retraite de joueur, Kranjcar est revenu à la tête du Dinamo, qu'il a mené au doublé championnat-coupe en 1996 et 1998.

Il a été sélectionneur de l'équipe nationale de 2004 à 2006, mais a été licencié après l'échec de la Croatie lors de la phase de groupes de la Coupe du monde en Allemagne.

Kranjcar a ensuite passé 18 mois à la tête du Monténégro puis a notamment travaillé pour les clubs iraniens du Persepolis Teheran et Sepahan Ispahan et qatarien d'Al Ahli.

Il a brièvement repris le Dinamo en 2016, avant d'achever sa carrière d'entraîneur à la tête de l'équipe d'Iran des moins de 23 ans entre 2018 et 2019.

Son fils Niko, 36 ans, est également un ancien footballeur international, qu'il a eu sous ses ordres au Mondial-2006.

Italie: l'entraineur de Crotone Giovanni Stroppa démis de ses fonctions

L'entraîneur italien de Crotone, Giovanni Stroppa, réagit lors du match de football italien de série A AC Milan contre Crotone le 7 février 2021

L'entraîneur de Crotone Giovanni Stroppa a été démis de ses fonctions lundi, a annoncé le club calabrais, dernier de Serie A, le championnat italien de première division.

La défaite dimanche face à Cagliari (2-0), la sixième de rang en championnat, aura été celle de trop pour Giovanni Stroppa, à la tête de l'équipe depuis 2018.

Il avait offert à Crotone la deuxième montée de son histoire en Serie A la saison dernière, en terminant deuxième de Serie B (2e div.).

"C'est la fin d'un beau et intense voyage qui a duré près de trois ans, non sans moments difficiles mais qui a culminé lors de l'extraordinaire maintien (en Serie B en 2019, ndlr), et plus encore lors de la deuxième promotion historique en Serie A", affirme le club sur son site internet.

"Le président et l'ensemble du club souhaitent le meilleur à M. Stroppa et son équipe pour la poursuite de leur carrière", ajoute le communiqué.

Voir plus

XS
SM
MD
LG