Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

Ethiopie: 32 tués dans un "massacre" de civils

Des Éthiopiens lancent des slogans contre le gouvernement lors de leur marche à Bishoftu, en Éthiopie, le dimanche 2 octobre 2016, (Photo AP)

Au moins 32 civils ont été tués dimanche dans la région de l'Oromia, dans l'Ouest de l'Ethiopie, lors d'une attaque menée par un groupe armé, a indiqué lundi la Commission éthiopienne des droits humains, qui parle d'un "massacre".

Ces violences interviennent dans un contexte de violences ethniques croissantes qui mettent sous pression le Premier ministre Abiy Ahmed, lauréat en 2019 du prix Nobel de la paix et originaire de cette même région de l'Oromia.

"Les chiffres officiels font état de la mort de 32 civils, mais les premiers indices obtenus par l'EHRC laissent penser qu'il est fort probable que le bilan excède ce comptage" initial, a écrit la Commission éthiopienne des droits humains (EHRC) dans un communiqué.

Selon l'EHRC, "les assaillants ont ciblé les membres de l'ethnie amhara", la plus importante d'Ethiopie après les Oromos.

Les autorités régionales d'Oromia avaient accusé plus tôt un groupe armé, l'Armée de libération oromo (OLA), d'avoir mené cette attaque, dans la zone de Wollega.

"Des citoyens pacifiques ont été tués (...) de manière horrible", avaient-elles indiqué dans un communiqué, sans donner de bilan.

Un survivant, joint lundi par l'AFP au téléphone, a indiqué que l'attaque avait fait des dizaines de morts. Il a expliqué que les assaillants avaient attaqué peu après le retrait, soudain et inexpliqué, des soldats stationnant dans la zone.

"Après nous avoir rassemblés, ils ont ouvert le feu sur nous, avant de piller le bétail et brûler des maisons", a raconté ce témoin sous le couvert de l'anonymat pour des raisons de sécurité: "J'ai compté plus de 50 corps et je sais que d'autres (personnes) ont été touchées par des balles".

L'EHRC "exhorte les autorités fédérales et régionales à ouvrir rapidement une enquête indépendante sur cette tuerie et faire la lumière sur les raisons du retrait des militaires de cette zone connue depuis longtemps pour être vulnérable aux attaques".

L'OLA, qui compterait quelques milliers de membres, a fait scission du Front de libération oromo (OLF), un groupe d'opposition qui a renoncé à la lutte armée depuis le retour d'exil de ses dirigeants après l'arrivée au pouvoir de M. Abiy en 2018.

Le gouvernement a imputé à l'OLA une série d'assassinats, attentats à la bombe, braquages de banques et enlèvements en Oromia.

Dans un communiqué sibyllin publié lundi, M. Abiy a accusé des "forces destructrices, leurs chefs étrangers et leurs courtisans (infiltrés) au sein du gouvernement" de mener des attaques dans le pays, sans autre détail.

"Les forces armées ont été déployées sur le lieu de l'attaque et sont en train de prendre des mesures", a-t-il ajouté, faisant apparemment référence à Wollega.

Toutes les actualités

Fusillade dans un lycée américain: les parents du tireur inculpés

Fusillade dans un lycée dans l'Etat du Michigan, dans le nord des Etats-Unis.

Les parents de l'adolescent qui a ouvert le feu mardi dans un lycée du nord des Etats-Unis, faisant quatre morts, ont été inculpés vendredi d'homicides involontaires, a annoncé la procureure du comté d'Oakland Karen McDonald.

Ethan Crumbley, âgé de 15 ans "est celui qui est entré dans le lycée et a appuyé sur la détente", mais "d'autres personnes ont contribué à cet évènement et j'ai l'intention de leur faire rendre des comptes", a-t-elle dit en annonçant les poursuites contre James et Jennifer Crumbley.

James Crumbley avait acheté quelques jours plus tôt le pistolet semi-automatique utilisé par son fils.

Quatre élèves du lycée d'Oxford, une petite ville du Michigan, sont morts et six autres ont été blessés, ainsi qu'un enseignant.

Le tireur a été arrêté sur les lieux. Il a été inculpé pour "acte terroriste" et "assassinats", et risque la prison à vie car il est poursuivi comme s'il était majeur.

Deux militaires béninois tués dans une attaque jihadiste

Une rue déserte de la ville de Save, au lendemain de troubles dans le Bénin, un pays d'Afrique de l'Ouest, le 15 juin 2019.

Deux militaires béninois ont été tués dans la nuit dans une attaque jihadiste à Porga, dans le nord du Bénin, proche de la frontière avec le Burkina Faso, ont affirmé jeudi à l'AFP deux officiers de l'armée.

"Des jihadistes ont attaqué, en riposte à la mort de l'un des leurs, des militaires béninois dans la nuit du 1er au 2 décembre dans la région de Porga, dans le département de l'Atacora", a déclaré à l'AFP un proche du chef d'Etat major général de l'armée.

"Nous avons perdu deux des nôtres. Nous avons également des soldats blessés qui sont actuellement soignés", a confirmé à l'AFP un officier de l'armée de terre.

Un autre responsable militaire a donné à l'AFP le même bilan.

La veille, des jihadistes avaient attaqué une position de l'armée béninoise dans le département voisin de l'Alibori.

"Dans la matinée du mardi 30 novembre 2021, une de nos patrouilles a été attaquée dans le lit du fleuve Mékrou au Pont Kérémou dans le département de l'Alibori. Un jihadiste a été abattu par nos forces", précise un message du colonel Fructueux Gbaguidi, chef d'état-major de l'armée de terre, adressé aux officiers béninois dont l'AFP s'est procuré une copie.

"Le lendemain, une autre position de l'armée de terre a été attaquée dans la nuit dans la région de Porga dans le département de l'Atacora par des jihadistes", ajoute le colonel dans son message.

"Cette nouvelle épreuve de feu nous rappelle dans le sang et dans la douleur que le danger est réel sur le terrain", poursuit-il.

Les autorités n'ont pas encore confirmé officiellement ces attaques.

A ce jour, une seule attaque jihadiste au Bénin a été rendue publique: en mai 2019, deux touristes français avaient été enlevés par des bandits dans le parc de la Pendjari, dans l'extrême Nord, avant d'être revendus à des groupes jihadistes au Burkina Faso voisin. Leur guide avait lui été assassiné.

Selon un rapport publié en juin par le centre de réflexion néerlandais Clingendael, les groupes extrémistes "ne sont pas présents de manière permanente dans le nord du Bénin" mais "certains traversent cependant régulièrement les trois régions" du Nord - l'Alibori, le Borgou et l'Atacora - frontalières avec le Niger, le Burkina Faso et le Nigeria.

Les conflits liés à l'accès aux ressources dans le nord du Bénin se sont récemment accentués et risquent d'être exploités par ces groupes extrémistes, selon ce même rapport.

Des rebelles tuent une trentaine de civils et deux militaires en Centrafrique

Des rebelles tuent une trentaine de civils et deux militaires en Centrafrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

Fusillade dans un lycée américain: au moins trois morts et six blessés

La police dans le parking d'une épicerie où des élèves du lycée d'Oxford ont été placés en attendant leurs parents à Oxford, Michigan, mardi 30 novembre 2021.

Un élève de 15 ans en classe de seconde a ouvert le feu dans son lycée du Michigan mardi, tuant trois élèves et blessant six autres personnes, dont un enseignant, selon les autorités.

Le sous-chef du comté d'Oakland, Mike McCabe, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il ne savait pas quels étaient les motifs de l'assaillant pour cette attaque au lycée d'Oxford Township, une communauté d'environ 22 000 habitants située à 48 kilomètres au nord de Detroit.

Les agents ont répondu vers 12 h 55 à un grand nombre d'appels au numéro des urgences 911 concernant un tireur actif dans l'école, a déclaré M. McCabe. Les autorités ont arrêté le suspect à l'école et ont récupéré une arme de poing semi-automatique et plusieurs chargeurs.

Le suspect n'a pas été blessé lorsqu'il a été placé en garde à vue et il a refusé de dire comment il s'était procuré l'arme dans l'école.

Les autorités n'ont pas immédiatement communiqué les noms du suspect ou des victimes.

L'école a été placée en confinement après l'attaque, certains enfants s'étant réfugiés dans des salles de classe fermées à clé pendant que les agents fouillaient les lieux. Ils ont ensuite été emmenés dans une épicerie voisine pour être récupérés par leurs parents.

"Des pirates" tuent trois agents d'une compagnie pétrolière au Nigeria

Une fille marche sur un gazoduc traversant la communauté d'Okrika, près de la ville de Port Harcourt, centre pétrolier du Nigeria, le 4 décembre 2012.

Deux employés d'une branche locale du groupe italien ENI et un agent de sécurité ont été tués dans une attaque dans le delta du Niger (sud-est), le coeur de l'exploitation pétrolière du Nigeria, ont annoncé lundi un responsable sécuritaire et ENI.

Selon Ogbere Solomon, porte-parole local du Corps nigérian de défense et de sécurité civile (NSCDC), des hommes armés ont tué dimanche deux employés de la Nigerian Agip Oil Company, la branche locale du groupe italien ENI, et un fonctionnaire du NSCDC.

"Nos officiers sont tombés dans une embuscade et ont été attaqués par des pirates alors qu'ils protégeaient des travailleurs pétroliers d'Agip à Okoroma", a-t-il déclaré.

Dans un communiqué, ENI a déclaré que ses contractants travaillaient sur un projet de restauration de la mangrove quand ils ont été attaqués par un groupe armé. Trois personnes ont été tuées et deux blessées, ajoute le groupe.

Le delta du Niger est depuis des années le théâtre de graves troubles, avec des groupes armés qui percent les oléoducs pour piller du brut, provoquant des désastres écologiques, et multiplient les enlèvements contre rançons.

Ces attaques avaient considérablement diminué après une amnistie en 2009, qui a permis de rétablir un semblant de calme, mais les tensions ont refait surface en 2016 avec de nouvelles attaques alors que les communautés locales intentaient des procès aux compagnies pétrolières étrangères pour être dédommagées.

Voir plus

XS
SM
MD
LG