Liens d'accessibilité

Les Etats-Unis sanctionnent des officiels syriens et des banquiers russes


Le président américain Barack Obama s’adressant à la nation sur la situation en Syrie le 10 septembre 2013.

Les Etats-Unis ont annoncé avoir placé sur leur liste noire économique six ministres syriens, dont celui des Finances Mamun Hamdan, et des responsables de la banque russe Tempbank pour leur rôle dans les "violences" commises par le régime de Bachar al-Assad.

Le gouverneur de la banque centrale syrienne Dureid Durgham, le ministre syrien du pétrole Ali Ghanem ainsi que la compagnie aérienne syrienne Cham Wings sont également visés par ces sanctions du Trésor américain qui gèlent leurs éventuels avoirs aux Etats-Unis et les isolent financièrement.

Le Trésor a également ciblé deux entreprises contrôlées par le milliardaire et cousin du président Bachar al-Assad, Rami Makhlouf, qui figure lui-même sur la liste noire américaine depuis 2008.

Ces nouvelles sanctions sont annoncées alors que le régime syrien vient d'annoncer avoir repris la ville d'Alep après une intense campagne de bombardements, signant sa plus grande victoire depuis le début de la guerre qui a fait plus de 310.000 morts en cinq ans dans le pays.

"Les attaques quotidiennes menées contre les civils par le gouvernement de Bachar al-Assad sont répréhensibles et le gouvernement comme ses collaborateurs doivent être isolés et répondre de leurs actes barbares", a affirmé Adam Szubin, sous-secrétaire au Trésor en charge des sanctions financières.

Selon les autorités américaines, les personnes et entreprises sanctionnées ont apporté leur soutien au gouvernement syrien, agi en son nom ou facilité le programme "d'armes de destruction massive" qui serait développé par Damas.

Au cours des récentes années, Européens et Américains ont multiplié les sanctions contre le régime de Bachar al-Assad pour avoir réprimé dans le sang un soulèvement qui s'est transformé en conflit à grande échelle.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG