Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Etat d'urgence au lendemain de la démission du Premier ministre en Ethiopie


Le Premier ministre démissionnaire éthiopien Hailemariam Desalegn, lors d'une conférence de presse à Addis Abeba, Ethiopie, 15 février 2018.

Le gouvernement éthiopien a décrété vendredi l'état d'urgence avec effet immédiat, au lendemain de la démission du Premier ministre Hailemariam Desalegn, a rapporté la télévision publique.

"Au terme d'une réunion du conseil des ministres ce jour, l'état d'urgence a été décrété à compter de maintenant", a déclaré le présentateur du journal de la télévision publique EBC, lisant un communiqué officiel du gouvernement.

On ignorait vendredi soir pour combien de temps l'état d'urgence était instauré.

>> Lire aussi : L'opposition éthiopienne attend peu de changements après la démission du Premier ministre

"Afin d'être en mesure de protéger le système constitutionnel, l'instauration de l'état d'urgence est devenue nécessaire", a poursuivi le présentateur, lisant toujours le communiqué du gouvernement.

Cette annonce intervient au lendemain de la démission surprise du Premier ministre Hailemariam qui doit toutefois rester en place jusqu'à la désignation de son successeur, à une date pour le moment inconnue.

En 2015 et 2016, l'Ethiopie a été le théâtre des plus importantes manifestations antigouvernementales depuis 25 ans. Leur répression a fait au moins 940 morts, selon la Commission éthiopienne des droits de l'Homme, liée au gouvernement.

>> Lire aussi : Démission surprise du Premier ministre en Ethiopie

Le calme n'était revenu qu'avec l'instauration d'un état d'urgence entre octobre 2016 et août 2017, même si d'occasionnelles manifestations ont encore lieu.

Ces manifestations étaient avant tout l'expression d'une frustration des Oromo (sud et ouest) et des Amhara (nord), les deux principales ethnies du pays, face à ce qu'ils perçoivent comme une surreprésentation de la minorité des Tigréens au sein de l'EPRDF, qui règne sans partage depuis 1991, et plus largement une limitation des libertés individuelles et un déséquilibre dans le partage des richesses.

Ces dernières semaines, les autorités éthiopiennes ont toutefois libéré des centaines de prisonniers - dont des opposants et des journalistes - et abandonné des poursuites, à la suite de la promesse du Premier ministre, le 3 janvier, de libérer un certain nombre d'hommes politiques pour "améliorer le consensus national".

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG