Liens d'accessibilité

L’enquête avance à grande vitesse après l'attentat de Londres

  • VOA Afrique

Une femme pose une affiche sur le London Bridge, après l'attaque à Londres, le 4 juin 2017.

Sept personnes ont été tuées et 36 restaient hospitalisées lundi après un attentat commis dans le centre de Londres samedi soir et revendiqué par le groupe Etat islamique (EI), le deuxième en moins de trois mois dans la capitale britannique.

Ses trois auteurs ont été abattus sur place. La police a procédé à deux vagues d'arrestations dans l'est de la capitale britannique dimanche et lundi. Voici ce que l'on sait de cette attaque.

Les faits

Les services de secours ont été appelés à 22H08 heure locale (21H08 GMT) à la suite de témoignages faisant état d'une camionnette fonçant dans la foule sur le London Bridge puis d'attaques au couteau dans le quartier voisin branché de Borough Market, sur la rive sud de la Tamise.

La camionnette blanche qui roulait à vive allure a fini sa course dans une clôture de la cathédrale de Southwark. Les trois assaillants, armés de couteaux, se sont alors précipités dans des bars proches et ont poignardé fêtards et passants.

La police a tué les trois suspects dans les huit minutes qui ont suivi le premier appel d'urgence, tirant une cinquantaine de balles. Les assaillants portaient de faux gilets explosifs pour accroître la panique, a déclaré la Première ministre Theresa May.

Plusieurs témoins ont raconté avoir entendu les agresseurs crier "C'est pour Allah !".

Les victimes

Sept personnes ont été tuées, dont une Canadienne de 30 ans et un Français. Trente-six victimes restaient hospitalisées lundi, dont 18 dans un état "critique", d'après le service de santé NHS. Un policier intervenu alors qu'il n'était pas en service et un membre de la police des Transports britannique accouru sur les lieux figurent parmi les blessés graves.

Les services ambulanciers ont aussi soigné des blessés plus légers sur les lieux de l'attentat.

Parmi les blessés figurent sept Français, dont quatre grièvement touchés, ainsi que deux Allemands, deux Australiens, un Bulgare, un Grec, un Néo-Zélandais et un Espagnol. Un autre Français est porté disparu.

Le quartier

Le London Bridge est l'un des principaux axes desservant le quartier des affaires de Londres, la City.

Borough Market, situé dans le prolongement de ce pont, est connu pour son marché de produits alimentaires. C'est un lieu couru de la vie nocturne londonienne et ses cafés, bars et restaurants sont remplis le samedi soir.

Non loin se trouve la gare fréquentée de London Bridge et le gratte-ciel The Shard, le plus haut du Royaume-Uni.

L'attentat s'est produit quelques minutes après la fin de la finale de la Ligue des champions, dans un quartier où beaucoup de spectateurs s'étaient rassemblés pour suivre le match dans les bars.

L'enquête

L'attentat a été revendiqué dans la nuit de lundi par le groupe Etat islamique (EI), via un communiqué de son agence de propagande Amaq, à Beyrouth.

La police a assuré qu'elle dévoilerait l'identité des assaillants dès que cela serait "opérationnellement possible".

La priorité des enquêteurs est de s'assurer que les trois suspects abattus n'aient pas des complices prêts à agir. "Nous ne pensons pas qu'il y ait quelqu'un d'autre, mais nous devons en être absolument certains", a souligné lundi la patronne de la police londonienne, Cressida Dick.

Scotland Yard a arrêté dimanche sept femmes et quatre hommes, âgés de 19 à 60 ans, à Barking, un quartier multiethnique de la banlieue est de Londres. Une douzième personne interpellée a été relâchée.

Les forces de l'ordre ont procédé à une nouvelle vague d'arrestations lundi à l'aube à Barking et à Newham, une autre commune de l'Est londonien.

La chaîne de télévision publique irlandaise RTE, citant des sources policières, a affirmé lundi que l'un des trois assaillants était un Marocain qui a vécu à Dublin.

La police britannique a également révélé l'identité et publié les photos de deux des trois assaillants qui ont fait 7 morts à Londres samedi, Khuram Butt et Rachid Redouane.

Le commandant de l'unité antiterroriste, Mark Rowley, a précisé que Butt, un Britannique de 27 ans né au Pakistan, était connu des services de sécurité, qui n'avaient pas d'éléments laissant penser qu'il préparait un attentat.

Redouane, 30 ans, avait, lui, prétendu être de nationalité marocaine et libyenne et était inconnu des services, selon le responsable.

Redouane utilisait également une autre identité, Rachid Elkhdar, âge de 25 ans.

Les deux hommes habitaient le quartier de Barking, dans l'est de Londres, où la police a arrêté plusieurs personnes ces derniers jours.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG