Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Égypte

Huit policiers tués en Egypte dans une attaque revendiquée par l'EI

Des policiers égyptiens à Al-Arich, chef-lieu du Nord-Sinaï, le 26 juillet 2018.

Huit policiers égyptiens ont été tués mercredi dans une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique (EI) dans le nord de la péninsule du Sinaï, où les jihadistes affrontent depuis plusieurs années les forces de l'ordre.

L'attaque a eu lieu au début de la fête musulmane du Fitr, marquant la fin du mois de jeûne du ramadan.

Elle est également survenue à deux semaines du coup d'envoi de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN/21 juin-19 juillet) dans un pays qui entend démontrer qu'il est de nouveau sûr après des années d'instabilité.

Selon le ministère de l'Intérieur, l'attaque a visé le matin un barrage de la police à l'ouest d'Al-Arich, chef-lieu du Nord-Sinaï, et "a fait huit martyrs" parmi les policiers. Trois autres membres des forces de sécurité ont été blessés et hospitalisés, a rapporté une source médicale.

Cinq "terroristes" ont été tués et certains ont pris la fuite, a ajouté le ministère dans un communiqué, précisant que les forces de sécurité étaient aux trousses de ces derniers.

D'après une source de sécurité, deux des cinq assaillants avaient réussi à prendre le contrôle de deux chars de la police avant d'être abattus, l'un par des tirs en provenance d'un avion militaire et l'autre par les forces de sécurité au sol.

- Insurrection -

Actifs depuis plusieurs années dans le Nord-Sinaï, les djihadistes sont passés d'attaques sporadiques à une véritable insurrection après la destitution par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi en 2013.

Depuis, des centaines de soldats et policiers ont été tués dans des attaques attribuées à des djihadistes.

L'armée annonce régulièrement la mort de djihadistes présumés sans donner de détails. Au total, environ 650 d'entre eux ont été tués, ainsi que près d'une cinquantaine de militaires égyptiens, depuis février 2018, selon les chiffres officiels.

Aucun bilan de source indépendante n'est disponible. Le Nord-Sinaï est bouclé par l'armée, la presse indépendante n'étant autorisée à y accéder que lors de rares visites organisées par les autorités.

Avec la perte par l'EI de l'intégralité de son "califat" en Irak et en Syrie en début d'année, l'Egypte soupçonne le principal groupe djihadiste actif dans la région, "Ansar Beit al-Maqdis", de vouloir établir un nouveau fief dans le Sinaï.

Il n'existe pas de chiffres fiables, mais de nombreux experts estiment le nombre actuel de combattants à un millier.

"Ansar Beit al-Maqdis" était lié à Al-Qaïda avant de devenir la "Province du Sinaï" de l'EI, lorsqu'il a prêté allégeance à cette organisation ultra radicale en 2014.

Ces dernières années, les attentats se sont multipliés contre les forces de sécurité, mais aussi les civils, notamment les chrétiens, tuant des centaines de personnes.

Certains attentats sont menés de manière anonyme, comme ce fut le cas de l'attaque la plus meurtrière de l'histoire récente de l'Egypte, ayant tué plus de 300 fidèles d'une mosquée du Sinaï fin 2017 et qui n'a pas été revendiquée.

L'attaque de mercredi a eu lieu au début de la fête musulmane du Fitr, marquant la fin du mois de jeûne du ramadan, célébrée mercredi en Egypte.

Frontalière de la bande de Gaza, la région du Nord-Sinaï est défavorisée et essentiellement peuplée de familles bédouines dont les relations avec le pouvoir central sont historiquement tendues.


Toutes les actualités

CAN 2019: les Egyptiens célèbrent leur première victoire

L'équipe du Zimbabwe à l'entrainement avant le match contre l'Egypte le 21 juin 2019.

A la 41e minute, une bruyante euphorie s'empare de supporters égyptiens jusqu'alors très circonspects. Dans un quartier de Guizeh, des jeunes et des familles célèbrent la première victoire des Pharaons lors du match d'ouverture de la Coupe d'Afrique des Nations vendredi.

Le but de Mahmoud Trezeguet a redonné de l'espoir à des supporters qui semblaient craindre le match nul face au Zimbabwe. Au coup de sifflet final, trompettes et drapeaux en mains, le sentiment de joie est décuplé: 1-0 pour l'Egypte.

L'Egypte de Mohamed Salah, champion d'Europe avec Liverpool, fait figure de grande favorite de son groupe A et plus généralement de la CAN que le pays accueille à partir de vendredi jusqu'au 19 juillet.

"C'est un très beau but, d'une grande habileté", se réjouit Fateh Mohamed, un étudiant de 19 ans, un drapeau noué autour du cou.

"Je suis très content de ce but mais j'aurais aimé qu'il y en ait un autre ou deux de plus. J'ai tellement envie que l'on remporte la compétition", espère le jeune homme aux lunettes rondes.

"J'espère que les prochains matches seront meilleurs mais le plus important c'est la victoire au match d'ouverture, pour donner envie aux joueurs de poursuivre sur cette voie", analyse ce passionné venu regarder le match avec ses amis.

- "Dieu et Salah" -

Dans un quartier familial de Guizeh, le grand gouvernorat voisin du Caire, plusieurs cafés ont installé des écrans pour leur clientèle autour d'une grande place "rouge, blanche et noire" de monde. Des groupes de jeunes filles, de jeunes garçons ou des familles avec enfants sont aux couleurs de l'Egypte.

Certains portent des maillots, des chapeaux, d'autres soufflent dans des trompettes en plastique achetées à des vendeurs à la sauvette, qui ont déambulé toute la journée dans les rues de la capitale pour écouler leur marchandise.

Au milieu de la foule assise, un enfant debout sur une chaise, portant fièrement le maillot de Mohamed Salah, tente de faire flotter un petit drapeau du bout de ses bras.

De jeunes filles portent des voiles noirs, rouges ou blanc, pour se mettre au diapason. D'autres ont peint le drapeau national sur leurs joues et se prennent en selfies "pour partager avec leurs amis ou comme souvenir", dit l'une d'entre elles. "Je soutiens toute équipe où il y a Mohamed Salah", lance son amie.

Si tous les supporters encensent le but de Mahmoud Trezeguet, la plupart n'ont d'yeux que pour Mohamed Salah.

"C'est un immense honneur de l'avoir parmi nous aujourd'hui", lance Yasser Ahmed, un drapeau peint sur la joue droite, qui regrette toutefois un match "beau mais sans actions".

Adulé en Egypte, Mohamed Salah a encore gagné en popularité en permettant le mois dernier à son club britannique de Liverpool de rafler le titre de champion d'Europe.

"Je suis heureuse pour l'Egypte, ça fait 10 ans qu'on attend cela", se félicite Nourhan Fouad, 23 ans, en référence à la dernière fois où l'Egypte a remporté la compétition en 2010.

"Ce n'est que le premier match mais nous avons avec nous Dieu et Salah pour remporter" la CAN, lance-t-elle avant de crier son amour pour la star de Premier League.

Finalistes de la dernière édition en 2017, remportée par le Cameroun (2-1), les Pharaons ont déjà sept trophées africains au compteur.

Le Journal de la CAN du 21 juin avec Yacouba Ouédrago

Le Journal de la CAN du 21 juin avec Yacouba Ouédrago
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:09:38 0:00

CAN-2019: liesse populaire et double verrou de sécurité pour le match d'ouverture

Vente de masques du joueur égyptien Mohammed Salah avant le match d'ouverture entre la Egypte et le Zimbabwe de la Coupe d'Afrique des Nations au Caire, en Egypte, vendredi 21 juin 2019.

Un très imposant dispositif de sécurité a encadré des dizaines de milliers de supporters durant les heures précédant le match d'ouverture de la CAN entre l'Egypte et le Zimbabwe vendredi au Caire, dans une ambiance populaire mais verrouilée à double tour.

Dès le début de l'après-midi, de longues queues de fans habillés en rouge se sont dessinées devant les portes d'entrée du Stade international, sous la chaleur, bien avant le coup d'envoi de la rencontre prévu à 22h00, une fois la nuit tombée.

Les tribunes de l'enceinte, pouvant contenir 75.000 personnes, étaient déjà pleines aux alentours de 18h00, quand s'est lancée une "ola" qui traduisait bien l'impatience des spectateurs de voir les Pharaons de Mohamed Salah.

Pour atteindre leur siège, les supporters, tous dotés d'une "Fan ID", un document officiel permettant leur identification rapide, ont dû franchir un important dispositif de police.

Selon des médias locaux, citant des sources sécuritaires, 15.000 personnes ont été affectées pour assurer la sécurité de la compétition, à travers les six stades et quatre villes où auront lieu la CAN jusqu'au 19 juillet.

Ces derniers jours, la télévision égyptienne a diffusé des images des forces de l'ordre verrouillant l'accès au stade, avec des véhicules blindés et du personnel lourdement armé.

De fortes tensions, après notamment des attentats récents ayant visé des touristes étrangers et la communauté copte orthodoxe, ainsi que le décès lundi de l'ancien président Mohamed Morsi issu de l'organisation interdite des Frères musulmans, ont précédé la tenue de la plus grande CAN de l'histoire, à 24 pays.

La page des sports du 19 juin 2019 avec Yacouba Ouédraogo

La page des sports du 19 juin 2019 avec Yacouba Ouédraogo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:05:05 0:00

L'ONU réclame une enquête sur la mort du président déchu Mohamed Morsi

L'ONU réclame une enquête sur la mort du président déchu Mohamed Morsi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:14 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG