Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Le seuil des 1.000 d'Ebola cas franchi en RDC

Un centre de traitement d'Ebola à Itav, Butembo, Nord-Kivu, 28 février 2019. (VOA/Ericas Mwisi)

Plus de 1.000 personnes ont été contaminées par le virus Ebola (fièvre hémorragique) depuis le début de l'épidémie qui frappe l'Est de la République démocratique du Congo, la plus grave après celle en Afrique de l'Ouest en 2014.

Depuis le début de l’épidémie déclarée le 1er août 2018, "le cumul des cas est de 1.009, dont 944 confirmés et 65 probables", a annoncé le ministère de la Santé dans son bulletin épidémiologique diffusé dimanche soir.

"Au total, il y a eu 629 décès (564 confirmés et 65 probables) et 321 personnes guéries", ajoute cette source.

La dixième épidémie d'Ebola en RDC touche les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri, des régions en proie à l'insécurité depuis plus de deux décennies.

Il s'agit de la plus grave épidémie d'Ebola après celle qui a fait plus de 10.000 morts en 2014 en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

"Avant d’être une urgence de santé publique, une épidémie d’Ebola est avant tout un drame humain et social", note le Dr Oly Ilunga Kalenga, ministre de la Santé.

"Derrière ces chiffres, se trouvent plusieurs centaines de familles congolaises directement touchées par le virus et des centaines d’orphelins", ajoute-t-il.

Formation des agents engagés dans la lutte contre Ebola en RDC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

Il s'est néanmoins félicité du fait que la riposte conduite par le ministère de la Santé en collaboration avec ses partenaires ait "permis de limiter l’extension géographique de l’épidémie pendant plus de huit mois".

La riposte est cependant compliquée par des attaques armées en mars contre des Centres de traitement (CTE) à Butembo. Au sein des communautés, des membres résistent aux actions de prévention, soins, et enterrements sécurisés.

Le Dr Oly Ilunga Kalenga a estimé qu'"au-delà des avancées médicales, seule l’appropriation de la riposte contre Ebola par la communauté peut conduire à la fin définitive de l’épidémie d’Ebola la plus meurtrière de l’histoire de notre pays".

See all News Updates of the Day

Une pionière de la santé mentale

Une pionière de la santé mentale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

La cour de cassation révoque la condamnation de Katumbi

La cour de cassation révoque la condamnation de Katumbi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

Premières tensions à l’Assemblée Nationale

Premières tensions à l’Assemblée Nationale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Naufrage d'un bateau en RDC: des poursuites judiciaires annoncées

Naufrage d'un bateau en RDC: des poursuites judiciaires annoncées
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Deuil national décrété après un naufrage en RDC

Le président de la RDC, Felix Tshisekedi, arrive le 16 avril 2019 dans un centre de traitement Ebola de l'hôpital général de Beni.

Treize personnes sont mortes et 114 sont portées disparues après le naufrage d'une embarcation sur le lac Kivu dans l'est de la RDC où le président Félix Tshisekedi a décrété une journée de deuil national, a indiqué jeudi la présidence.

"Le président de la République a décrété un jour de deuil national (vendredi) à la suite du naufrage d'un bateau" dont le bilan est de 13 morts et de "114 personnes qui manquent à l'appel", indique la présidence congolaise dans un communiqué.

Le président Tshisekedi a fait cette annonce dans la région du Kivu où il se trouve depuis dimanche. Le chef de l’État a aussi décidé du port obligatoire de bouées de sauvetage par des passagers voyageant sur le lac Kivu.

Mardi, la présidence congolaise avait avancé dans un tweet le chiffre de "150 disparus", repris par des grands médias et le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, qui a proposé son aide à la RDC, avait évoqué de "nombreux disparus".

Ce bateau avait embarqué dans la nuit de lundi à mardi "49 adultes et sept enfants", selon le "manifeste" (liste des passagers) établi par le commissaire fluvial de Kalehe, consulté par l'AFP. Cette liste omet souvent des passagers clandestins.

En RDC, les naufrages se soldent souvent par des bilans très lourds en raison de la surcharge et de la vétusté des embarcations, de l'absence de gilets de sauvetage à bord et du fait que beaucoup de passagers ne savent pas nager.

Voir plus

XS
SM
MD
LG