Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Dr Mukwege dénonce le manque d'amour des dirigeants congolais


Le Docteur Denis Mukwege à Strasbourg, France, 26 novembre 2014.

"Nous sommes dirigés par des gens qui ne nous aiment pas" s'est emporté samedi le célèbre gynécologue congolais Denis Mukwege qui soigne les femmes violées dans l'est de la République démocratique du Congo, en dénonçant le refus de Kinshasa de participer à une conférence des donateurs.

"Quand on voit l'état des malades que nous soignons ici, et que le gouvernement congolais refuse de participer à une conférence pour lever des fonds en faveur des déplacés en RDC, je considère que c'est un nouveau scandale", a-t-il déclaré à la presse dans son hôpital Panzi de Bukavu (est) où il a reçu le commissaire européen à l'Aide humanitaire Christos Stylianides.

>> Lire aussi : La RDC refuse de participer à la conférence des donateurs à Genève

Une conférence sous l'égide de l'UE et de l'ONU est annoncée le 13 avril à Genève pour lever 1,7 milliard de dollar en faveur de l'action humanitaire en RDC.

Kinshasa a refusé d'y participer, estimant que le niveau de la crise humanitaire en RDC n'est pas aussi "excessif" que le prétend l'ONU, qui a classé la RDC parmi ses urgences absolues, a déclaré vendredi le Premier ministre par interim, José Makila.

"Quand on sait que nos frères du Kasaï ont tout perdu, et qu'une famine est annoncée, avec des dizaines de milliers d'enfants qui vont mourir de faim s'il n'y a pas d'aide humanitaire; quand on voit tous les villages détruits en Ituri (...) sans soutien du gouvernement congolais; si le gouvernement congolais en plus de cela refuse à la communauté internationale de lever des fonds pour aider sa population, c'est tout à fait criminel", s'est emporté le docteur Mukwege, l'une des voix de la société civile congolaise.

>> Lire aussi : L'ONU alarme sur la situation humanitaire "aux niveaux catastrophiques" en RDC

Son hôpital à Bukavu peut recevoir jusqu'à 450 patientes, dont 200 femmes victimes de viols perpétrés par des particuliers et des miliciens actifs dans les deux provinces du Kivu.

"En 2015, on avait observé une diminution sensible des violences sexuelles. Malheureusement, depuis fin 2016-2017, il y a une augmentation. Le profil des victimes a changé. Le pourcentage d'enfants violées a augmenté et cela nous inquiète beaucoup", a-t-il dit.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG