Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Athlétisme

Le fils de Lamine Diack évoque le soupçon du racisme

Papa Massata Diack lors d'une interview à Dakar, Sénégal, le 6 mars 2017.

Papa Massata Diack, fils de l'ancien patron de l'athlétisme mondial Lamine Diack, a vitupéré lundi à Dakar contre sa condamnation en France pour son implication présumée dans un réseau de corruption voué à cacher des cas de dopage en Russie.

Papa Massata Diack, qui dirigeait le marketing à l'IAAF, a été condamné le 16 septembre à Paris à cinq ans ferme et un million d'euros d'amende dans un procès dont il était l'un des grands absents parmi les six prévenus. Le tribunal a maintenu le mandat d'arrêt à son encontre. Lamine Diack, présent pour sa part, a été condamné à quatre ans de prison, dont deux ferme, et 500.000 euros d'amende.

Papa Massata Diack, qui dirigeait le marketing de la fédération internationale d'athlétisme (IAAF), s'est insurgé devant la presse contre un "procès à charge" et une "condamnation annoncée", proclamant son innocence de tous les faits reprochés et soupçonnant que lui et son père étaient les victimes de racisme.

"Ce qu'on a vu à Paris est un déni de justice, c'est une farce", a expliqué celui qui vit au Sénégal et a toujours refusé de se présenter devant les magistrats français.

Il s'est défendu d'avoir tenté d'extorquer de l'argent à des athlètes accusés de dopage, d'avoir essayé d'utiliser les soupçons de dopage dans des négociations de contrats commerciaux ou d'avoir indûment touché de l'argent qui aurait dû échoir à l'IAAF.

"On dit Massata a détourné des sommes, mais ces sommes ont fait l'objet de contrats", a-t-il déclaré dans un monologue de près d'une heure. "A aucun moment l'intégrité ou les finances de l'IAAF n'ont été mises (à) mal. Papa Massata Diack n'a jamais facturé au nom de l'IAAF", a-t-il insisté.

Il a réagi vivement à l'interdiction de dix ans de toute activité dans le domaine sportif, et non pas seulement dans l'athlétisme.

"Ils ont une compétence universelle ? Ils peuvent faire ce qu'ils veulent ?", a-t-il demandé. "Je n'ai plus peur de dire qu'il y a du racisme dans cette histoire, il y a une volonté de faire de la morale", a-t-il ajouté sans qu'apparaisse clairement s'il s'en prenait aux juges, aux cadres de l'IAAF ou à ses détracteurs en général.

Il a estimé que ses revenus et ses dépenses avaient été instrumentalisés contre lui et son père.

"J'ai l'impression que les Africains, vous pouvez gagner de l'argent, mais vous ne devez pas le dépenser", a-t-il dit, "si c'est un Anglais, ou un Américain ou un Français qui avait gagné cet argent, ils ne l'auraient jamais mentionné".

Le Sénégal a refusé d'extrader M. Diack comme le réclamait la justice française. La justice sénégalaise mène en revanche ses propres investigations et il est inculpé sous des chefs équivalents et placé sous contrôle judiciaire.

Toutes les actualités

Sport avec Yacouba Ouédraogo: polémique à la CAF

Sport avec Yacouba Ouédraogo: polémique à la CAF
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:03 0:00

Hyperandrogénie: Caster Semenya saisit la Cour européenne des droits de l'Homme

Caster Semenya pose après avoir décroché la médaille d’or à la finale du 800 m aux Jeux du Commonwealth, Gold Coast, 13 avril 2018.

L'athlète sud-africaine Caster Semenya, empêchée de participer à certaines courses parce qu'elle refuse un traitement pour faire baisser son taux de testostérone, a saisi la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH), ont déclaré jeudi ses avocats.

"Le combat permanent de Semenya pour la dignité, l'égalité et les droits fondamentaux des femmes dans le sport a franchi une étape cruciale avec le dépôt d'une requête" auprès de la CEDH, ont déclaré ses avocats dans un communiqué.

La sportive de 29 ans présente un excès naturel d'hormones sexuelles mâles. Elle mène depuis plus de dix ans un bras de fer avec la Fédération internationale d'athlétisme, World Athletics (ex-IAAF).

Expertise à l'appui, la fédération a défini en avril 2018 un seuil maximal de testostérone (5 nmol/L de sang) pour concourir avec les femmes sur des distances allant du 400 mètres au mile (1609 m), et englobant donc le 800 mètres où la Sud-Africaine excelle.

La double championne olympique a déjà perdu plusieurs recours.

La Cour suprême suisse a confirmé en août, au nom de "l'équité sportive", la décision l'an dernier du Tribunal arbitral du sport (TAS), validant donc la réglementation de World Athletics qui définit un seuil maximal de testostérone.

Le 19 février, elle a donc décidé de porter l'affaire devant la CEDH à Strasbourg.

Ses avocats estiment que la justice Suisse a "manqué à ses obligations de la protéger contre la violation de ses droits en vertu de la Convention européenne des droits de l'homme".

"Tout ce que nous voulons, c'est être autorisées une fois pour toutes à courir librement, comme les femmes fortes et courageuses que nous sommes et avons toujours été", explique Caster Semenya dans le communiqué.

Aucune date n'a encore été fixée par la Cour.

L'athlète, qui tente de se qualifier pour les Jeux olympiques de Tokyo, a décidé de participer au 200m.

JO de Tokyo: le Kenya reconduit l'équipe de marathon annoncée l'année dernière

Le Kényan Eliud Kipchoge remporte le marathon de Londres, le 22 avril 2018.

L'équipe du Kenya qui courra le marathon des jeux Olympiques de Tokyo cet été sera celle qui avait été annoncée l'an dernier avant le report des JO en raison du coronavirus, a annoncé jeudi un responsable de la fédération kényane d'athlétisme.

L'équipe, emmenée par le tenant du titre Eliud Kipchoge et la détentrice du record du monde de la discipline Brigid Kosgei, débutera sa préparation le 3 mars dans une "bulle" sanitaire d'entraînement à Kaptagat, dans le nord-ouest du Kenya.

"Nous reconduisons la même équipe sélectionnée pour le marathon avant que les jeux Olympiques de Tokyo aient été reportés en raison de la pandémie. Les athlètes retenus sont au meilleur de leur forme et prêts à concourir après une année d'inactivité. Il n'y a pas besoin de changer une équipe qui gagne", a déclaré à l'AFP un des responsables de la Fédération kényane d'athlétisme, Barnabas Korir.

Chez les hommes, on retrouve notamment le vainqueur des marathons de Boston et Chicago, Lawrence Cherono, et le médaillé de bronze des derniers Mondiaux à Doha, Amos Kipruto.

Chez les femmes, Brigid Kosgei sera accompagnée de la championne du monde Ruth Chepngetich et de l'ancienne championne du monde du 5.000 et 10.000 m, Vivian Cheruiyot.

Initialement prévus du 24 juillet au 9 août 2020, les jeux Olympiques de Tokyo ont été reportés au 23 juillet au 8 août 2021 en raison de la pandémie de coronavirus.

Le Kenya avait terminé les JO-2016 de Rio à la 15e place du classement des nations, et première nation africaine, avec un total de 13 médailles (six d'or, six d'argent et une de bronze).

Grand pays d'athlétisme, notamment dans les épreuves de fond et demi-fond, le Kenya avait terminé pour la première fois de son histoire en tête du classement des médailles des Mondiaux de Pékin en 2015, avec sept médailles d'or, six d'argent et trois de bronze.

Sport avec Yacouba: Les athlètes éthiopiens se préparent pour Tokyo

Sport avec Yacouba: Les athlètes éthiopiens se préparent pour Tokyo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:07 0:00

Sport avec Yacouba: Record mondial pour Gudaf Tsegay

Sport avec Yacouba: Record mondial pour Gudaf Tsegay
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:58 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG