Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Donald Trump constate les dégâts de l'ouragan Michael en Floride

Melania et Donald Trump descendent d'Air Force One sur la base d' Eglin, Floride, le 15 octobre 2018

Donald Trump se rend en Floride et en Géorgie, près d'une semaine après le passage de l'ouragan Michael qui a durement touché ces deux Etats du sud du pays où des milliers d'habitants tentent de survivre sans eau courante ni électricité.

La tempête de catégorie 4, avait violemment frappé mercredi les côtes du golfe du Mexique en Floride, charriant alors des vents à 250 km/h, avant de remonter dans les terres et toucher la Géorgie, la Caroline du Nord --qui a subi l'ouragan Florence le mois dernier-- et la Virginie, faisant au moins 17 morts.

La Maison Blanche n'a pas donné de détails sur cette visite d'une journée. La Première dame américaine, Melania Trump accompagnait son mari, le couple ayant quitté ensemble Washington dans la matinée.

En Floride, la ville de Panama City et la petite station balnéaire de Mexico Beach ont subi d'énormes dégâts: des milliers de maisons et commerces ont été détruits, les lignes électriques et le réseau téléphonique sont hors service dans la plupart des quartiers, et seuls les grands axes routiers ont été dégagés.

Les secours, arrivés sur place dès le lendemain de la catastrophe, ont mis en place des centres de distribution d'eau et de nourriture. Les organisations caritatives comme l'Armée du Salut, ou les nombreuses congrégations religieuses ont elles aussi installé des points de distribution. Quelques grands magasins ont rouvert leurs portes mais sans électricité, de nombreuses stations service restent fermées et dès le début de matinée, de longues queues de voitures se forment devant celles qui ont de l'essence.

Survie et entraide

"Maintenant, c'est juste de la survie", a expliqué à l'AFP Daniel Fraga, qui habite dans un quartier modeste de St. Andrew, à Panama City, où l'entraide joue à plein. "Nous nous sommes rassemblés, on s'est entraidé et tout le monde prend soin des autres, et ceux qui ne participent pas, ils sont foutus car on sait qui ils sont", a affirmé ce jeune électricien qui survit sans générateur électrique.

Plus de la moitié du comté de Bay, qui englobe Panama City, était encore sans électricité lundi matin, alors que plusieurs comtés à l'intérieur des terres étaient à plus de 80% coupés du monde, selon la division de gestion des urgences pour la Floride.

L'armée américaine, la garde nationale et les forces de l'ordre quadrillent également Panama City, plongée dans le noir à la tombée de la nuit.

La base militaire aérienne de Tyndall, située entre Panama City et Mexico Beach et dont les infrastructures ont aussi subi de gros dégâts, faisait l'objet de nombreuses spéculations. Certains de ses hangars gravement endommagés pourraient abriter des avions de chasse furtifs F-22 Raptors, réputés pour leur coût unitaire faramineux.

"Visuellement, ils étaient tous intact et semblaient en bien meilleur état, si on tient compte des dégâts subis par les bâtiments", a indiqué l'armée dans un communiqué à l'issue d'une visite dimanche.

"Nos professionnels de la maintenance vont faire un rapport détaillé sur les F-22 Raptors et d'autres avions avant que nous puissions établir avec certitude quel avion endommagé peut être réparé et renvoyé dans le ciel", a ajouté l'Air Force.

Avec AFP

Toutes les actualités

Covid-19: La CDC autorise le recours à un traitement expérimental aux anticorps

Covid-19: La CDC autorise le recours à un traitement expérimental aux anticorps
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Transition américaine: les démocrates de plus en plus frustrés

Transition américaine: les démocrates de plus en plus frustrés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:01 0:00

Donald Trump conteste toujours les résultats des élections du 3 novembre

Donald Trump conteste toujours les résultats des élections du 3 novembre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:04 0:00

Coronavirus: "La fatigue pandémique" fait craindre les autorités sanitaires

Coronavirus: "La fatigue pandémique" fait craindre les autorités sanitaires
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:03 0:00

Vaccin anti-coronavirus: le G20 promet "un accès abordable et équitable pour tous"

Des flacons avec un autocollant indiquant "COVID-19 / Vaccin contre le coronavirus / Injection uniquement" et une seringue médicale, le 31 janvier 2020. REUTERS / Dado Ruvic

En quelques jours, les annonces sur l'efficacité de projets de vaccin contre la maladie Covid-19 se sont enchaînées. Avec la vaccination à portée de main, les enjeux financiers de cette course planétaire sont énormes. L'OMS reste prudente.

Lors de leur sommet virtuel qui s'est achevé dimanche, les leaders du G20 se sont engagés à garantir "un accès abordable et équitable pour tous" aux vaccins.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déjà recensé 48 candidats vaccins dont 11 qui en sont au dernier stade des essais sur des dizaines de milliers de volontaires à travers le monde.

L'alliance américano-allemande Pfizer/BioNTech a affirmé en premier, le 9 novembre, que son vaccin est efficace à 90%. Deux jours plus tard, les Russes de l'institut Gamaleïa ont renchéri, avec 92% d'efficacité.

Puis c'est au tour d'une autre société américaine, Moderna, d'assurer que l'efficacité de son produit est de 94,5%. Deux jours après, Pfizer/BioNTech révise à la hausse les résultats de ses essais cliniques avec une efficacité annoncée a 95%.

La pandémie de Covid-19 était à l'ordre du jour du sommet virtuel du G20 ce week-end. L'Arabie Saoudite était le pays hôte. Photo prise le samedi 21 novembre 2020.
La pandémie de Covid-19 était à l'ordre du jour du sommet virtuel du G20 ce week-end. L'Arabie Saoudite était le pays hôte. Photo prise le samedi 21 novembre 2020.

L’espoir est donc permis, mais des questions restent en suspens: ces vaccins empêchent-ils carrément la transmission du coronavirus? Pendant combien de temps durera la protection qu'ils accordent? Quels sont leurs effets secondaires?

Aux États-Unis, des sénateurs se sont portés volontaires pour participer aux essais cliniques dans l'espoir de rassurer le public dont une grande partie, les "anti-vaxxers", reste méfiante à l'égard des vaccins.

C'est le cas par exemple du sénateur Rob Portman, un républicain qui représente l'État de l'Ohio. Il a participé aux essais cliniques menés par l'équipe de la multinationale Johnson & Johnson.

Un autre sénateur républicain, Steve Daines du Montana, a choisi de participer aux essais de Pfizer. "Il s'agit de restaurer l'espoir. Il s'agit de rétablir la normalité dans notre mode de vie", a-t-il confié à Fox News.

Toutefois, le responsable des situations d'urgence de l'OMS, Michael Ryan, a prévenu mercredi que les vaccins n'arriveront pas à temps pour lutter contre la deuxième vague de la pandémie, et beaucoup de pays devraient s'apprêter à " l'affronter sans vaccins".

Selon l'expert, il faudra "au moins quatre à six mois" avant qu'il y ait des niveaux suffisants de vaccination.

Voir plus

XS
SM
MD
LG