Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Donald Trump: caisses vides et mauvais sondages

Le milliardaire a suggéré la possibilité de financer lui-même sa campagne, s’il n’arrive pas à mobiliser la machine financière du parti républicain en sa faveur.

Pour gagner une élection présidentielle aux Etats-Unis, il faut de l’argent, beaucoup d’argent. Certains analystes pensent que la campagne de 2016 pourrait couter plusieurs milliards de dollars aux deux grands partis nationaux, le parti démocrate et le parti républicain.

Selon des documents publiés mardi, Hillary Clinton dépasse de loin son rival républicain Donald Trump dans la quantité d’argent collectée et économisée. Les groupes politiques indépendants soutenant Mme Clinton (les Super Pac) ont reçu des dizaines de millions de dollars plus que ceux appuyant M. Trump.

Le milliardaire, qui a révoqué cette semaine son directeur de campagne, a suggéré la possibilité de financer lui-même sa campagne, s’il n’arrive pas à mobiliser la machine financière du parti en sa faveur.

A moins de cinq mois de l'élection présidentielle américaine, l'expérience politique de la candidate démocrate Hillary Clinton, plus disciplinée et mieux financée, porte ses fruits.

Le candidat républicain à la Maison Blanche accumule les mauvaises Unes depuis plusieurs semaines. Ce n'est pas la première fois qu'il se retrouve ainsi sur la défensive dans son aventure électorale. Mais le milliardaire populiste donne une impression de cafouillage au moment où il est censé regonfler le moral de la droite américaine, et mettre en place l'infrastructure sans laquelle aucun candidat n'a jamais réussi à se faire élire à la Maison Blanche.

Les chiffres de levée de fonds pour le mois de mai sont tombés lundi, affolant un peu plus son camp. Donald Trump a récolté 3,1 millions de dollars (59 millions depuis l'an dernier), contre 26,4 millions pour Hillary Clinton (212 millions).

Hillary Clinton
Hillary Clinton

La démocrate dépense plus que son rival en salariés (elle en a plus de 700 contre environ 70 pour Trump) et en publicités, mais sa trésorerie est impressionnante: 42,4 millions au 1er juin, contre 1,3 millions pour Donald Trump.

En 2012, le républicain Mitt Romney attaquait l'été avec un trésor de guerre de 17 millions.

Certes, Donald Trump n'a pas activement levé des fonds comme Hillary Clinton, dont c'est une partie importante de son agenda. Elle a encore participé à trois réceptions lundi à New York, auxquelles environ 135 personnes ont contribué un minimum de 33.400 dollars chacune au profit de sa campagne et du parti démocrate.

Le républicain a commencé seulement à la fin mai à activement solliciter des contributions, avec l'aide de grands donateurs du parti. Et il est bien sûr capable de puiser dans sa propre fortune personnelle.

"S'il le faut, il pourrait y avoir une trésorerie illimitée car je mettrais l'argent de ma poche, comme je l'ai fait aux primaires à hauteur de plus de 50 millions de dollars", a déclaré Donald Trump dans un communiqué.

L'ordre de grandeur des dépenses habituelles pour la présidentielle est d'environ dix fois plus que ce montant. Barack Obama avait récolté 745 millions en 2008.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le casse-tête de la désinformation à l'approche de la présidentielle américaine

Le casse-tête de la désinformation à l'approche de la présidentielle américaine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:05 0:00

Donald Trump salue la confirmation par le Sénat de la juge Amy Coney Barrett

Donald Trump salue la confirmation par le Sénat de la juge Amy Coney Barrett
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:18 0:00

La juge Amy Coney Barrett confirmée à la Cour suprême américaine

La juge Amy Coney Barrett, candidate du président Donald Trump à la Cour suprême des États-Unis, au Capitole à Washington, DC, États-Unis, le 21 octobre 2020. Leigh Vogel/Pool via REUTERS

Le Sénat américain a voté lundi soir pour confirmer la juge Amy Coney Barrett à la Cour suprême, donnant ainsi une immense victoire au président Donald Trump, à huit jours des élections.

Mme Barrett, 48 ans, est une fervente catholique qui est mère de sept enfants.

Malgré l'opposition des démocrates face à un processus jugé "illégitime" si près du scrutin présidentiel, les élus républicains, majoritaires à la Chambre haute, ont tous, à une seule exception, voté pour la candidate choisie par le président.

Parmi les républicains, seule la sénatrice Susan Collins du Maine a dit non, alors que tous ses pairs ont validé le choix du président Trump. Aucun démocrate n'a vote en sa faveur.

Mme Barrett devrait prêter serment lundi soir même à la Maison blanche, ce qui veut dire qu'elle pourrait rejoindre dès mardi la plus haute cour des États-Unis.

La politique étrangère n'a pas été au centre de la campagne présidentielle

La politique étrangère n'a pas été au centre de la campagne présidentielle
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

Près de 60 millions d’Américains ont déjà voté

Près de 60 millions d’Américains ont déjà voté
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:55 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG