Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

USA : un jeune Britannique arrêté pour avoir voulu tuer Trump

Donald Trump, casino Treasure Island, Las Vegas, le 18 juin 2016. (AP Photo/John Locher)

Un Britannique de 19 ans a été inculpé lundi pour avoir tenté de tuer le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump habitué des controverses lors d'un de ses rassemblements ce week-end à Las Vegas, dans l'ouest des Etats-Unis.

Michael Sandford est actuellement détenu sans possibilité de libération sous caution car il est considéré comme dangereux et présentant un risque d'évasion, a expliqué à l'AFP Natalie Collins, porte-parole du bureau du procureur.

Il a été formellement inculpé lundi et la prochaine audience dans cette affaire aura lieu le 5 juillet.

Si Michael Sandford est reconnu coupable d'"acte de violence sur un terrain privé" il risque plus de dix ans de prison et 250.000 dollars d'amende.

Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères britannique a précisé que le consulat local "offrait son assistance après l'arrestation d'un citoyen britannique à Las Vegas", sans plus de précisions.

L'incident est survenu le 18 juin lors d'un meeting de Donald Trump au casino Treasure Island de Las Vegas, où Michael Sandford a tenté de désarmer un policier avant d'être maîtrisé par les forces de l'ordre, selon une plainte déposée lundi au tribunal fédéral du Nevada.

"Sandford a révélé qu'il avait fait des plans pour venir à Las Vegas afin de tuer Trump", précise la plainte du gouvernement américain, qui cite en plaignant un agent du Secret Service, le service de protection du président américain et d'autres personnalités - y compris les candidats à l'élection présidentielle.

- 'Depuis un an' –

Le jeune homme a confié aux enquêteurs après son interpellation qu'il s'était rendu vendredi dans un stand de tir à Las Vegas pour apprendre à tirer avec une arme à feu car il n'en avait jamais utilisée.

L'accusé a reconnu qu'il n'aurait probablement pas pu tirer plus d'une ou deux balles et s'est dit convaincu qu'il aurait été tué par les forces de l'ordre pendant sa tentative, précise la plainte.

Michael Sandford a également confié aux enquêteurs qu'il avait acheté un billet pour un autre rassemblement à Phoenix, en Arizona (sud-ouest), avec l'intention "d'essayer à nouveau de tuer (Donald) Trump" si son plan échouait à Las Vegas.

Le jeune homme, qui vit aux Etats-Unis depuis un an et demi, a vécu dans le New Jersey (est) avant de venir en Californie (ouest).

Il a affirmé aux enquêteurs que "s'il était remis dans la rue demain, il essaierait à nouveau", selon la plainte. Le jeune homme a précisé qu'il planifiait de tuer Trump "depuis un an".

Michael Sandford s'est approché d'un agent du Secret Service, Ameel Jacob, affirmant vouloir "demander un autographe à Trump", puis a "tenté de saisir son arme".

Le jeune homme a expliqué avoir choisi cet agent parce qu'il avait une arme en position déverrouillée.

En mars, un étudiant de 22 ans avait tenté de sauter sur la scène d'une réunion de campagne de Donald Trump pour, selon ce manifestant, dénoncer les propos racistes du milliardaire. Il avait été intercepté par des agents du Secret Service et poursuivi pour trouble à l'ordre public.

Les meetings de Donald Trump sont souvent émaillés d'incidents mais le candidat républicain se défend de faire monter les tensions.

Avec AFP

Toutes les actualités

"Sembene à travers l’Afrique": entretien avec le professeur Samba Gadjigo

"Sembene à travers l’Afrique": entretien avec le professeur Samba Gadjigo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:20 0:00

Dernier débat Trump-Biden: l'analyse de Claude Porsella, ancien chef de VOA Afrique

Dernier débat Trump-Biden: l'analyse de Claude Porsella, ancien chef de VOA Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:35 0:00

Une commission du sénat américain approuve la nomination de la juge Amy Coney Barrett

La juge Amy Coney Barrett, candidate à la Cour suprême des États-Unis, témoigne lors du deuxième jour de son audience de confirmation à Washington.

La commission des affaires judiciaires du sénat américain a permis jeudi au président Donald Trump de remporter une victoire en donnant son accord pour que le dossier de sa candidate désignée pour siéger à la Cour suprême soit examiné par l’ensemble de la chambre haute.

La nomination de la juge fédérale d'appel Amy Coney Barrett, 48 ans, a été approuvée uniquement par les 12 sénateurs républicains de la commission, leurs dix collègues démocrates ayant choisi de boycotter la séance.

Le chef du sénat, Mitch McConnell, un républicain du Kentucky, avait récemment annoncé qu'il souhaitait que la juge Barrett prenne ses fonctions avant la présidentielle américaine du 3 novembre.

Les démocrates se sont opposés à l'examen de la nomination de la juge par le sénat car, selon eux, les républicains avaient refusé d'interviewer Merrick Garland, un juge nommé par l'ancien président Barack Obama parce que c'était une année électorale. Les mêmes règles devraient s'appliquer ici, ont-ils déclaré.

Le vote de la commission de jeudi ouvre la voie à l'examen du dossier de la juge par l’ensemble des 100 membres du Sénat.

Selon le quotidien The Hill, M. McConnell a l’intention de soumettre la nomination de Mme Barrett au vote vendredi, ce qui signifie que la juge pourrait siéger dès la semaine suivante.

Mme Barrett a besoin d'une majorité simple pour être confirmée, et donc si tous les sénateurs sont présents, elle pourrait perdre le soutien de trois sénateurs républicains et parvenir à être approuvée malgré tout.

Un siège est devenu vacant à la Cour suprême, composée de 9 membres, après le décès de la juge Ruth Bader Ginsburg, le 18 septembre, à l'âge de 87 ans.

Parmi les principales controverses qui se profilent à l’horizon pour la haute cour : le contentieux post-électoral, la loi sur l'assurance maladie, la redéfinition des règles relatives aux interruptions volontaires de grossesse et le redécoupage des circonscriptions électorales pour la répartition des sièges au Congrès.

Les enjeux du dernier débat Trump-Biden

Les enjeux du dernier débat Trump-Biden
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

Washington accuse Moscou et Téhéran d'ingérence

Washington accuse Moscou et Téhéran d'ingérence
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG