Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

18 combattants du groupe EI tués lors d'une opération Niger-France-USA

Les forces de l’armée française de l’opération anti-terroriste Barkhane, à Niamey, Niger, 31 juillet 2017.

Dix-huit "terroristes" du groupe Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS) ont été tués lors d'une opération conjointe des forces armées nigériennes, françaises et américaines menée du 8 au 18 juin dans l'ouest du Niger, près du Mali, a annoncé jeudi le gouvernement du Niger.

"Une importante opération militaire conjointe dénommée ACONIT réunissant les forces armées nigériennes (FAN) et la force (française) Barkhane avec le soutien des partenaires américains a été conduite du 8 au 18 juin (...). Le bilan est, côté ennemi: 18 terroristes neutralisés, 5 terroristes, dont trois Nigériens, faits prisonniers", selon un communiqué du ministère nigérien de la Défense.

"Aucune perte humaine ou matériel n'est déplorée" du côté des forces armées nigériennes, assure le texte.

L'opération s'est déroulée "dans la région frontalière nord de Tongo Tongo où sévit une bande terroriste de l'EIGS impliquée dans l'embuscade du 14 mai 2019", a-t-on ajouté de même source.


Le 14 mai 2019, 28 soldats nigériens avaient été tués près de Tongo Tongo. L'EIGS avait revendiqué cette embuscade survenu à Balley Béri dans la zone de Tongo Tongo.

"D'importants matériels ont été récupérés, dont du matériel des Forces armées nigériennes emportés (par les assaillants) suite à l'embuscade meurtrière du 14 mai", souligne le texte.

En octobre 2017, l'EIGS avait également revendiqué un raid qui avait coûté la vie à quatre soldats américains et cinq militaires nigériens dans la même zone de Tongo Tongo, située dans la région de Tillabéri (ouest), à une vingtaine de kilomètres de la frontière avec le Mali.

Le 8 juin, un véhicule de l'armée américaine avait sauté sur un engin explosif, sans faire de victime, près de la ville d'Ouallam, à une centaine de kilomètres de Niamey, qui abrite un important camp d'entraînement de l'armée nigérienne où sont notamment formés les soldats qui participent à la Mission de l'ONU au Mali (Minusma).

L'annonce de cette opération intervient au surlendemain d'une attaque inédite aux portes de Niamey qui a coûté la vie à deux policiers, à une quinzaine de jours du sommet de l'Union africaine qui réunira des dizaines de chefs d'Etat dans la capitale nigérienne.

"Ils (les assaillants) sont dans une logique de communication avant le sommet. Il y aura des milliers d'hommes sur le terrain. Je ne suis pas inquiet en vue du sommet", avait précisé mercredi à l'AFP le ministre de l'Intérieur, Mohamed Bazoum.

Le 25 mai, un millier de personnes avaient manifesté à Niamey contre les forces étrangères dans le pays.

Les Etats-Unis disposent d'une importante base de drones à Agadez (nord) qui leur donne une plateforme de surveillance de premier plan. Le Niger a récemment autorisé les Américains à armer leurs drones.

Au Niger, la France possède aussi une base sur l'aéroport de Niamey à partir de laquelle des avions de chasse et des drones opèrent. Dans le cadre de l'opération antijihadiste Barkhane, les forces françaises disposent également d'une base à Madama, dans le Nord.

Le Niger - comme ses voisins sahéliens, le Mali et le Burkina - fait face à des attaques récurrentes des groupes jhadistes dans l'Ouest. Le Niger est aussi confronté aux raids du groupe islamiste nigérian Boko Haram dans le sud-est.

Toutes les actualités

Cinq soldats tués dans une attaque armée

Cinq soldats tués dans une attaque armée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:49 0:00

Journée Internationale de la fille

Journée Internationale de la fille
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:42 0:00

Issoufou assure que l'otage américain Jeffery Woodke est "en vie"

Issoufou assure que l'otage américain Jeffery Woodke est "en vie"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Embuscade mortelle au Niger : Washington promet des récompenses pour arrêter le chef jihadiste

Myeshia Johnson, veuve du sergent La David Johnson tué dans une embuscade au Niger, lors du rapatriement du cercueil de son mari à Miami, Floride le 17 octobre 2017.

Deux ans après l'embuscade jihadiste au Niger qui a coûté la vie à quatre soldats américains et quatre Nigériens, les Etats-Unis ont promis vendredi des récompenses pouvant atteindre cinq millions de dollars en échange d'informations pour localiser le chef local du groupe Etat islamique.

Le 4 octobre 2017, une patrouille conjointe de onze soldats des forces spéciales américaines et 30 soldats nigériens avait été attaquée par des combattants affiliés à l'Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS) équipés d'armes automatiques, de grenades et de mitrailleuses à proximité du village de Tongo Tongo, à une centaine de kilomètres de Niamey, près de la frontière avec le Mali.

Un responsable du département d'Etat américain a annoncé vendredi à l'AFP "deux récompenses" en ce "jour anniversaire de l'embuscade", les premières dans cette enquête.

"La première peut aller jusqu'à cinq millions de dollars pour toute information permettant l'identification ou la localisation d'Adnan Abou Walid Sahraoui", le chef de l'EIGS, "une organisation terroriste qui a revendiqué l'embuscade", a-t-il déclaré.

Ce chef jihadiste "a un très, très long passé d'appartenance à des organisations terroristes, dont Al-Qaïda", et a été inscrit l'an dernier sur la liste noire américaine, a-t-il ajouté.

La seconde récompense, d'un même montant, vise à permettre "l'arrestation ou la condamnation dans n'importe quel pays de toute personne qui a commis, ourdi ou favorisé l'embuscade".

Les Etats-Unis, où ce guet-apens a suscité un vif débat sur la justification de la présence de 800 soldats américains dans cette région du monde, ont d'abord donné la priorité aux enquêtes internes sur cette opération ratée. L'armée américaine a ainsi sanctionné l'an dernier six militaires après avoir conclu à une série d'erreurs dans la préparation de cette mission.

"A ce stade, je ne pense pas que nous ayons arrêté qui que ce soit en lien avec le guet-apens", mais avec les récompenses, "nous espérons obtenir des indices ou informations qui permettent au gouvernement américain ou nigérien d'enquêter et de trouver les auteurs de cette attaque", a expliqué le responsable du département d'Etat.

Un autre responsable américain a assuré que la coopération avec Niamey était globalement "excellente", sans entrer dans le détail de cette enquête.

Le programme de récompenses de la diplomatie américaine a permis, depuis sa création en 1984, de distribuer plus de 150 millions de dollars à plus de 100 personnes "qui ont fourni des informations exploitables aidant à traduire en justice des terroristes ou à empêcher des actes terroristes".

Forum sur la limitation des mandats présidentiels en Afrique à Niamey

Forum sur la limitation des mandats présidentiels en Afrique à Niamey
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:25 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG