Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Ryad rejette tout lien avec l'attaque en Iran

Le roi saoudien Salman ben Abdoulaziz salue les officiers militaires avant sa rencontre avec l'émir du Koweït à l’occasion de leur arrivée au 136e sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) dans la capitale saoudienne, le 9 décembre 2015.

L'Arabie saoudite rejette totalement les accusations "lamentables" de Téhéran selon lesquelles le royaume est impliqué dans l'attaque contre un défilé militaire wce week-end en Iran, qui a fait 24 morts.

Plusieurs coupables, dont l'Arabie saoudite, avaient été désignés par des dirigeants iraniens après l'attentat perpétré samedi par un commando à Ahvaz, dans le sud-ouest de l'Iran.

"Le royaume rejette complètement les accusations fausses (et) lamentables d'officiels iraniens quant à un soutien du royaume aux incidents qui se sont déroulés en Iran", a indiqué SPA, citant un responsable du ministère saoudien des Affaires étrangères.

Sans nommer un groupe précis, le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamanei, avait déclaré lundi que l'attentat était "l'oeuvre de ces mêmes individus qui, chaque fois qu'ils sont en difficulté en Syrie et en Irak, sont secourus par les Américains, et qui sont financés par les Saoudiens et les Émirats arabes" unis.

Les Emirats arabes unis avaient déjà nié dimanche tout lien avec l'attentat, accusant Téhéran de mener "une campagne" contre Abou Dhabi.

Juste après l'attentat, un responsable des Gardiens de la Révolution, l'armée d'élite iranienne, avait accusé les membres du commando d'Ahvaz d'être "nourris par l'Arabie saoudite".

Dans un communiqué diffusé mardi avant la réaction saoudienne, le ministère iranien des Renseignements a indiqué que les membres du commando ayant fait feu samedi avaient été identifiés, et qu'ils étaient affiliés "à des groupes séparatistes takfiris soutenus par des pays arabes réactionnaires", en référence à des groupes jihadistes ou islamistes radicaux sunnites.

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI), ainsi qu'un autre groupe, a revendiqué l'attentat.

Téhéran entretient des relations conflictuelles avec plusieurs monarchies arabes du Golfe alliées des États-Unis, notamment l'Arabie saoudite, son grand rival régional avec qui les relations diplomatiques sont rompues depuis janvier 2016.

(Avec AFP)

Toutes les actualités

L'OMC échoue à trouver un accord pour désigner un directeur général intérimaire

L'OMC échoue à trouver un accord pour désigner un directeur général intérimaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

L'OMC ne parvient pas à désigner un directeur général intérimaire

Une personne sort du siège de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève, le 16 décembre 2004. (Photo: FRED DUFOUR / AFP)

Les membres de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), institution en crise, ne sont pas parvenus à s'entendre pour désigner un directeur général intérimaire, a annoncé vendredi l'OMC.

Le directeur général actuel, le Brésilien Roberto Azevedo, va quitter son poste dans un mois, le 31 août.

"Il n'y a pas eu de consensus", a déclaré le porte-parole de l'OMC, Keith Rockwell, alors que les membres de l'organisation devaient désigner un des quatre directeurs adjoints de l'OMC.

Selon Bloomberg, les États-Unis ont exigé qu'un Américain, Alan Wolff, devienne directeur général par intérim, tandis que le bloc européen propose un Allemand, Karl Brauner.

Si l'impasse se poursuit en septembre, note la même source, l'arbitre des règles du commerce international restera sans chef jusqu'à ce que les membres de l'OMC choisissent un nouveau directeur général pour un mandat de quatre ans.

Trois Africains ont présenté leur candidature au poste de directeur général. Il s'agit de Ngozi Okonjo-Iweala, du Nigeria, ancienne ministre des finances et ancienne numéro 2 de la Banque mondiale. Ensuite, le Kenya a soumis la candidature d'Amina Mohamed, une ministre qui autrefois était ambassadrice du Kenya auprès de l'OMC. L'Égypte a présenté aussi un diplomate, Abdel-Hamid Mamdouh, ancien directeur au sein même de l'OMC.

L'Union européenne va former les forces de sécurité de la RCA

L'Union européenne va former les forces de sécurité de la RCA
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Coronavirus: le point dans le monde

Coronavirus: le point dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:16 0:00

Coronavirus: "les jeunes ne sont pas invincibles", met en garde l'OMS

Un travailleur du Village Pilote distribue de l'eau et des sandwichs aux enfants des rues de Dakar, le 10 avril 2020.

Les jeunes "ne sont pas invincibles" face au Covid-19 et ils sont dans certains pays trop nombreux à "baisser la garde", entraînant une hausse de la transmission du virus,  a averti jeudi le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Nous l'avons dit et nous le redisons encore : les jeunes peuvent être contaminés, les jeunes peuvent mourir, et les jeunes peuvent transmettre le virus", a martelé le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus au cours d'une conférence de presse.

"Il semble que les rebonds de cas dans certains pays sont en partie dus à des jeunes qui baissent la garde pendant l'été dans l'hémisphère nord", a-t-il souligné, les exhortant à "prendre les mêmes précautions que les autres pour se protéger du virus et pour protéger les autres".

"Les jeunes devraient être à la pointe du changement" dans les nouvelles attitudes sociales induites par la pandémie - distanciation physique, lavage des mains, port du masque lorsque la distanciation est impossible... - , a insisté le dr Tedros.

Les nightclubs, notamment, sont "des amplificateurs de la transmission du virus", a ajouté une responsable de l'OMS, Maria Van Kerkhove.

En outre, même si le coronavirus dans ses formes graves touche essentiellement des personnes âgées ou déjà atteintes d'autres pathologies, la maladie, même dans ses formes modérées, "peut affecter de nombreux organes. Nous ne savons pas quel est l'impact à long terme", a mis en garde le responsable des urgences sanitaires de l'OMS, le docteur Michael Ryan.

Le Covid-19 "entraîne une inflammation des poumons, mais il a aussi été constaté que ce processus inflammatoire peut s'étendre au système cardiovasculaire, dans le sang, le coeur, dans d'autres organes...", a-t-il dit.

"Ne prenez pas de risques inconsidérés. Les risques à l'heure actuelle ne peuvent pas être quantifiés clairement", a-t-il insisté.

Des flambées de cas de coronavirus ont été observées dans des pays européens où les jeunes en vacances vont dans les bars ou organisent des soirées sur les plages.

Au Canada, les moins de 39 ans constituent une nette majorité des nouveaux cas de Covid-19, ont averti le week-end dernier les autorités sanitaires du pays.

La pandémie a fait près de 670.000 morts dans le monde et plus de 17 millions de cas ont été diagnostiqués depuis fin décembre.

Voir plus

XS
SM
MD
LG