Liens d'accessibilité

Deux personnes succombent à la fièvre de Marburg en Ouganda

  • VOA Afrique

Un patient attend pour une opération, à l'hôpital de Kampala, le 31 octobre 2014.

Deux personnes sont décédées après avoir contracté la fièvre hémorragique à virus de Marburg dans l'est de l'Ouganda, à la frontière avec le Kenya.

"Des échantillons de sang prélevés sur des personnes qui ont depuis succombé se sont révélés positifs au Marburg", a déclaré une responsable du ministère ougandais de la Santé, le Dr Diana Atwine.

"Nous avons envoyé une équipe d'experts dans le district de Kween pour mener de plus amples investigations et prévenir une éventuelle épidémie", a-t-elle ajouté.

"Pour le moment, nous ne savons pas si d'autres personnes que les deux victimes ont été contaminées, car les experts sont toujours en train d'enquêter et de sensibiliser la population aux dangers du Marburg", a précisé Mme Atwine, appelant la population à la "vigilance".

Le virus de Marburg est de la même famille que celui d'Ebola et figure comme lui parmi les agents pathogènes les plus virulents chez l'Homme, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le virus de Marburg se transmet par contact avec les fluides corporels (sang, selles, urine, salive, vomissures, sperme...) d'une personne contaminée. Les personnes contaminées par le virus de Marburg connaissent très rapidement une forte fièvre, suivie de diarrhée, vomissements et hémorragies sévères.

Le taux de mortalité du virus de Marburg varie de 25% à 80% selon les épidémies et il n'existe ni traitement spécifique ni vaccin, d'après l'OMS.

En octobre 2012, une épidémie de fièvre à virus de Marburg avait fait 15 morts sur 26 cas confirmés en Ouganda.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG