Liens d'accessibilité

Deux journalistes brièvement interpellés lors un meeting en Guinée équatoriale


L’activité quotidienne à Malabo, Guinée équatoriale, 7 février 2015.

Les deux journalistes couvraient une manifestation que la police qualifie de non-autorisée de l'opposition.

Deux journalistes, dont un correspondant de l'AFP, ont été interpellés vendredi à Malabo, capitale de la Guinée équatoriale, pendant un rassemblement de l'opposition.

Les deux journalistes ont été interpellés lors d'un rassemblement du parti d'opposition, Convergence pour la démocratie sociale (CPDS), et libérés rapidement.

Lors de ce meeting vendredi, ce parti a annoncé la formation d'une coalition aux prochaines élections sénatoriales, législatives et municipales, au côté d'un autre parti d'opposition, l'Union du centre droit (UCD).

"Nous présentons ce jour notre coalition électorale, convaincus que l'union fait la force", ont conjointement déclaré Andres Esono Ondo, secrétaire général du CPDS, et Avelino Mocache Mehenga, président de l'UDC.

La police est intervenue au motif que certains membres de partis non autorisés participaient au rassemblement.

Les deux journalistes, dont un correspondant de l'AFP, ont été arrêtés par la même occasion. Les cartes mémoire de leur appareil photo ont été saisis, et non rendues.

Ils ont été libérés dans l'après-midi.

Cette coalition tentera de défier la formation au pouvoir du Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE) aux prochaines élections parlementaires et municipales, qui devraient se dérouler avant la fin de l'année.

Le président Teodoro Obiang a été réélu avec 93% des voix lors de l'élection présidentielle d'avril 2016 à la tête de ce pays pétrolier d'un million d'habitants qu'il préside depuis août 1979, un record de longévité en Afrique.

Le procès de son fils et vice-président Teodorin dans l'affaire dite des biens mal acquis a lieu en ce moment à Paris, en son absence.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG