Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Deux nouveaux cas d’Ebola à Goma

Une enfant dans les mains de sa mère en train de suivre des soins au Centre de traitement d'Ebola à Butembo, Nord-Kivu, sur une photo publiée le 31 juillet 2019. (Twitter/Unicef RDC)

Deux nouveaux cas d’Ebola ont été enregistrés à Goma, principale ville d'au moins 2 millions d’habitants dans l'est de la RDC, poussant les autorités du Rwanda voisin à fermer la frontière avant de la rouvrir.

"L’enfant (une fille) d’un an ainsi que de la femme de l’orpailleur décédé mercredi ont été testés positives à l’Ebola," a déclaré à VOA Afique, le docteur Jean-Jacques Muyembe, responsable de la cellule technique nationale de la riposte contre Ebola, nouvellement mise sur pied.

Les deux nouveaux cas portent à quatre le nombre de personnes diagnostiquées d’Ebola dans cette ville. Depuis exactement un an, l’épidémie s'est déclarée dans dans cette partie de la RDC.

L'enfant et sa mère sont mises en quarantaine pour des soins appropriés et toutes les personnes-contact sont en train d'être vaccinées et sous observation, a revelé le docteur Muyembe.

Fermeture momentanée de la frontière

Ces cas ont donc poussé les autorités rwandaises à fermer la frontière avec leur voisin de l'Ouest comme l'ont déclarées les autorités congolaises dans un communiqué de la présidence.

Le communiqué indique que "les mouvements des personnes ne sont autorisés que dans un seul sens".

Ce qu'a également constaté à la barrière, le correspondant de VOA Afrique à Goma.

Le texte explique que les autorités rwandaises n'autorisent pas les citoyens rwandais d’aller à Goma mais laissent les Congolais quitter Gisenyi (ville voisine rwandaise) mais sans pouvoir y retourner.

A contre sens avec l'OMS

Une décision à déplorer, selon le docteur Muyembe qui évoque la déclaration de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) faisant d’Ebola en RDC une urgence internationale. Il souligne que la décision de l'OMS interdit, par ailleurs, la fermeture des frontières et d'autres mesures dans ce sens.

"Voilà pourquoi nous tiendrons très prochainement une rencontre internationale avec les experts d’Ebola de tous les pays de la région pour examiner toutes ces questions", précise-t-il.

"De toutes les façons, la question est en train d’être réglée au niveau politique avec les deux gouvernements", confie-t-il.

Ebola : polémique autour d'un nouveau vaccin
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:03 0:00

Dr. Muyembe appelle cependant la population à ne pas paniquer. Pour lui, le danger semble plus circonscrit dans la famille de l’orpailleur décédé d’Ebola la veille, et autour des personnes-contact.

"Ce qui s’est passé hier à Bukavu, c’est justement une personne-contact qui a voyagé que nous avons tout fait pour retrouver. Il ne s’agissait pas d’un cas d’Ebola à proprement parler qui est arrivé à cette ville de la province voisine du Sud-Kivu," clarifie-t-il.

Le 1er août 2019, l’épidémie d’Ebola, la plus longue que la RDC a connue, a totalisé un an avec plus de 1.800 décès.

Toutes les actualités

Pour ces jeunes congolaises, la carrière d'abord, le mariage ensuite...ou jamais

Pour ces jeunes congolaises, la carrière d'abord, le mariage ensuite...ou jamais
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:00 0:00

Coronavirus: l'inquiétude des parents d'étudiants congolais en Chine

Des enfants portent des masques de protection par précaution à l'école Matribhumi de Thimi, Bhaktapur, Népal, le 29 janvier 2020.

Un collectif affirmant représenter des parents d'étudiants congolais en Chine, a demandé jeudi leur rapatriement en République démocratique du Congo par mesure de prévention face au coronavirus.

Coronavirus : des milliers d'Africains toujours bloqués à Wuhan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:50 0:00


"Nous demandons avec insistance au gouvernement (congolais) d'intervenir auprès du gouvernement chinois pour faciliter la couverture médicale pour le rapatriement de nos enfants. Nous allons payer leurs billets d'avions nous-mêmes", a déclaré à l'AFP Frédéric Ndjawo-Wolo Loleke, porte-parole du collectif.

Au total, "140 étudiants congolais" sont concernés, a expliqué M. Ndjawo-Wolo, qui affirme que son propre fils de 23 ans étudie en Chine.

"Nos enfants courent un danger, ils sont (...) en quarantaine, ils achètent tout en ligne, ils vont bientôt être à court d'argent", a-t-il estimé.

Aucun cas de contamination au virus n'a été enregistré parmi ces étudiants, selon les autorités congolaises.

"Les parents peuvent se tranquilliser, le gouvernement suit la situation (...), nos étudiants, nos compatriotes sont dans une situation de quasi quarantaine ne leur permettant pas d'être contaminés", a déclaré à l'AFP le ministre de la Communication David-Jolino Diwampovesa Makelele.

"Le gouvernement est en train d'étudier les mesures nécessaires pour voir dans quelle mesure on peut les rapatrier", a-t-il ajouté.

Il n'y a pas de vol direct entre les deux pays et il faut transisiter par Addis-Abeba ou Nairobi.

Début février, la RDC avait appelé ses ressortissants à "s'abstenir" jusqu'à nouvel ordre de se rendre en Chine, un de ses principaux partenaires commerciaux.

Des contrôles sanitaires ont été mis en place à l'arrivée des vols internationaux à Kinshasa.

Coronavirus : témoignage d'un étudiant burkinabè à Wuhan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:12 0:00

Le très fragile système de santé publique de la RDC est éprouvé depuis août 2018 par une épidémie d'Ebola dans l'est du pays (2.264 morts). Aucun nouveau cas n'a été enregistré depuis une semaine.

"Inquiétudes" du FMI, qui juge "réaliste" que la RDC revoie son budget à la baisse

Le président Felix Tshisekedi (R) avec le président de la Banque mondiale David Malpass à Washington, le 30 septembre 2019. (Facebook / Présidence de la RDC)

Après des années d'absence, le Fonds monétaire international (FMI) a confirmé mercredi qu'il maintenait la pression sur la République démocratique du Congo, avec des "inquiétudes" sur l'exécution du budget 2020, en estimant qu'il est "réaliste" de le revoir à la baisse.

"L'exécution du budget jusqu'à la mi-février suscite des inquiétudes en raison des pressions sur les dépenses et de la faible performance des recettes", écrit le représentant du FMI en RDC dans un communiqué.

Ces pressions "ont entraîné des avances de la banque centrale au gouvernement et une érosion des réserves internationales de la BCC" (Banque centrale du Congo), s'inquiète le communiqué publié à l'issue d'une nouvelle mission du FMI à Kinshasa.

"La mission a souligné la nécessité de mettre immédiatement un terme aux avances de la banque centrale et de rembourser celles accordées", insiste le communiqué.

Votée en décembre, la loi de finances prévoit un budget 2020 de 10,59 milliards de dollars (au taux actuel du franc congolais) pour quelque 80 millions d'habitants, dont les 2/3 vivent avec moins de deux dollars par jour, sans la moindre protection sociale.

Annoncé mi-février sur le site du ministère des Finances, un "plan de trésorerie", qui tient compte de l'exécution du budget, ne prévoyait plus que 5,45 milliards de dollars de dépenses, pour des recettes légèrement moindres.

Ce plan de trésorerie est "conforme à des prévisions de recettes réalistes", juge le FMI.

Le ministère des Finances avait assuré que ce "plan de trésorerie" ne remettait pas en cause le budget 2020.

Après quatre ans d'absence, le FMI a accordé fin décembre un crédit d'urgence de 368 millions de dollars à la RDC pour répondre "à ses besoins urgents en matière de balance des paiements".

Pays riche en minerais (cobalt, cuivre, coltan, or...), la RDC est l'un des pays les plus pauvres au monde en termes de revenu moyen par habitant (490 dollars par an et par habitant d'après la Banque mondiale).

Avec son budget 2020 de 10 milliards de dollars, le gouvernement du président Félix Tshisekedi voulait financer la gratuité de l'enseignement primaire.

Epidémie d'Ebola en RDC: aucun nouveau cas depuis sept jours

Campagne de vaccination contre Ebola dans le Nord-Kivu, RDC, 20 novembre 2019. (Twitter/OMS)

Très préoccupée par la propagation mondiale du coronavirus, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) affiche mercredi un optimisme prudent sur le front de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola en République démocratique du Congo, son autre urgence sanitaire de portée internationale.

"Aucun nouveau cas confirmé n’a été rapporté, ni aucun décès confirmé, et ceci pour le 7ème jour consécutif", se félicite l'OMS sur Twitter, à partir de données s'arrêtant au 24 février.

"L'épidémie d'Ebola en #RDC est désormais réduite à une seule zone sanitaire, Beni", a ajouté l'OMS, qui a élevé en juillet la dixième épidémie d'Ebola sur le sol congolais au rang d'urgence sanitaire mondiale, en raison des risques de propagation aux pays voisins (Rwanda, Ouganda).

"L'équipe de l'OMS et ses partenaires sur le terrain restent en alerte et continuent à travailler dur, malgré l'insécurité et de nombreux autres obstacles, pour parvenir à 0 cas", ajoute l'OMS.

L'épidémie d'Ebola a été déclarée le 1er août 2018 dans l'est de la RDC. "Au total, il y a eu 2.264 décès (2.130 confirmés et 134 probables) et 1.167 vainqueurs (personnes guéries, ou survivants)", indique le dernier bulletin des autorités sanitaires congolaises.

Il y a "453 cas suspects en cours d’investigation", ajoute-t-il.

La "riposte" anti-Ebola a été compliquée par l'insécurité dans la zone de l'épidémie (territoire de Beni, Butembo et extrême sud de l'Ituri).

16.637 personnes ont été vaccinées, en date du 22 février 2020, avec le second vaccin Ad26.ZEBOV/MVA-BN-Filo (Johnson&Johnson) dans les deux Aires de santé de Karisimbi à Goma (est).

L’enquête sur la gestion de grands travaux à Kinshasa continue

L’enquête sur la gestion de grands travaux à Kinshasa continue
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:56 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG