Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Destitution: Trump invité à se défendre lors d'une audition le 4 décembre au Congrès

Le président Donald Trump, dans le bureau ovale de la Maison-Blanche, le mardi 26 novembre 2019 à Washington. (Photo AP /

La commission judiciaire de la Chambre des représentants a invité mardi Donald Trump ou ses avocats à "participer" à une audition le 4 décembre, qui marquera l'ouverture d'une nouvelle phase de l'enquête en destitution ouverte à son encontre.

"Je vous écris pour savoir si vous, ou vos avocats, comptez assister à l'audition ou souhaitez interroger les témoins", a demandé l'élu démocrate Jerry Nadler dans un courrier adressé au président américain.

"Si vous comptez participer à l'audition, merci de nous le faire savoir aussi vite que possible, et avant le 1er décembre", a poursuivi le parlementaire, qui préside cette commission chargée de rédiger les éventuels articles de mise en accusation du président.

M. Nadler a assuré vouloir mener une procédure "équitable et informative" et a souligné que la participation du président et de ses avocats ne résultait pas d'un "droit" mais d'un "privilège" ou d'une "courtoisie" accordés à M. Trump.

Donald Trump, qui dénonce une "farce" ou un "canular", avait assuré il y a huit jours sur Twitter "envisager sérieusement" de témoigner au Congrès, peut-être par écrit.

Le courrier de M. Nadler marque un nouveau cap dans la procédure de destitution qui assombrit la campagne de réélection du milliardaire new-yorkais.

Les démocrates reprochent à Donald Trump d'avoir demandé à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, un de ses adversaires potentiels à la présidentielle de 2020.

Ils l'accusent d'avoir abusé de son pouvoir à des fins personnelles, notamment en gelant une aide militaire pour faire pression sur Kiev.

Au cours des deux derniers mois, la commission du Renseignement a mené l'enquête et entendu une quinzaine de témoins, notamment lors d'auditions publiques, sans que la Maison Blanche n'ait son mot à dire.

Cette phase d'enquête est bouclée et la commission du Renseignement devrait bientôt transmettre son rapport à la commission judiciaire.

Après avoir débattu du cadre constitutionnel, celle-ci rédigera des articles précisant les éventuels chefs d'accusation retenus contre le président, qui seront soumis au vote en séance plénière.

Compte-tenu de la majorité démocrate à la chambre basse, Donald Trump devrait bien être mis en accusation ("impeached"), ce qui n'est arrivé qu'à deux autres présidents avant lui.

Il sera ensuite jugé par le Sénat, où la majorité républicaine reste solidaire, ce qui devrait lui épargner d'être destitué.

Les dernières transcriptions des entretiens à huis clos menés par les parlementaires ont été publiées mardi, y compris le témoignage de Mark Sandy, un fonctionnaire en charge du budget de la Maison Blanche, qui a déclaré qu'un avocat de son service avait démissionné en partie en raison de préoccupations concernant la suspension de l'aide militaire à l'Ukraine.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le Panafrican Film Festival s’achève à Los Angeles

Le Panafrican Film Festival s’achève à Los Angeles
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Troisième primaire démocrate ce samedi au Nevada

Troisième primaire démocrate ce samedi au Nevada
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:44 0:00

Shopify rejoint le projet de monnaie numérique Libra de Facebook

Le logo de Facebook bien visible lors d'une conference à San José (Californie), le 30 avril 2019.

Après plusieurs désistements de poids, le projet de monnaie numérique Libra de Facebook a gagné un nouveau partenaire: la plateforme de commerce en ligne Shopify, basée au Canada, a indiqué vendredi avoir rejoint l'aventure.

"Nous passons beaucoup de temps à imaginer comment améliorer le commerce dans certaines parties du monde où les infrastructures bancaires pourraient être meilleures", a déclaré Shopify dans un communiqué en ligne. "Nous sommes très contents de faire partie de l'association Libra".

La Libra sera en théorie gérée par une association indépendante composée d'entreprises et organisations à but non lucratif, basée à Genève. Mais le projet du géant des réseaux sociaux, censé voir le jour en 2020, est abondamment contesté.

Début octobre, les services de paiement PayPal, puis Stripe (ainsi que Visa, Mastercard et d'autres) se sont retirés du projet, sous la pression croissante des régulateurs américains et étrangers.

"Nous sommes très fiers d'accueillir Shopify", a réagi Dante Disparte, directeur de la Communication et des Règlements de l'association Libra. "Avec plus d'un million d'entreprises (présentes sur la plateforme) dans environ 175 pays, Shopify apporte des trésors de connaissances et d'expertise au projet Libra".

Facebook veut offrir un nouveau mode de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels, permettant d'acheter des biens ou d'envoyer de l'argent aussi facilement qu'un message instantané, de n'importe quel endroit.

"Shopify rejoint un groupe actif de membres de l'association Libra déterminés à mettre en place un système de paiement mondial qui soit sûr, transparent et facile d'utilisation, et qui casse les barrières financières pour des milliards de personnes", a ajouté Dante Disparte.

Mais les régulateurs, qui ont fait fuir PayPal, Visa et d'autres, s'inquiètent de potentielles utilisations malveillantes de la monnaie, et pointent la mauvaise réputation du géant californien d'internet en matière de confidentialité et de protection des données personnelles.

Les Etats et Banques centrales redoutent aussi de perdre leur souveraineté: ils sont pour le moment les seuls à avoir le droit de battre monnaie.

Depuis l'automne, Facebook tente d'amadouer les différentes autorités. Mark Zuckerberg a répété à plusieurs reprises que la Libra ne serait pas lancée avant d'avoir obtenu tous les feux verts nécessaires des régulateurs.

"L'objectif de la Libra c'est d'abord de construire un système de paiement mondial, plus qu'une monnaie", avait-il insisté lors d'une audience devant des élus américains de la Commission parlementaire des services financiers, en octobre.

Fin décembre, le ministre suisse des Finances Ueli Maurer a déclaré dans une interview à la chaîne SRF que le projet Libra avait "échoué dans sa forme actuelle".

Les Etats-Unis et les talibans signeront un accord le 29 février

Les Etats-Unis et les talibans signeront un accord le 29 février
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Primaires démocrates : caucus au Nevada samedi

Primaires démocrates : caucus au Nevada samedi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:16 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG