Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Des milliers de déplacés fuient des combats dans le Sud-Kivu

Les Banyamulenge à Minembwe

Des milliers de civils fuient des combats entre l'armée congolaise et des milices dans la province du Sud-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris vendredi de source locale.

Ces déplacés se trouvent dans le territoire de Fizi, dans la commune rurale de Minembwe. Ils sont "25.000 ici à Minwembe centre", a estimé le bourgmestre-adjoint Charles Sadiki joint par l'AFP.

"Ils fuient les combats. Leurs maisons ont été incendiées et pillées. Les gens passent la nuit à l'extérieur. Il n'y pas d'abri. Il n'y a pas de vivres. Aucune assistance", a ajouté M. Sadiki.

"Aux environs de Minembwe, nous entendons des coups de feu. Ce sont des groupes armés appuyés par des groupes armés étrangers", a-t-il ajouté, en référence sans doute à des rébellions du Burundi voisin.

"Il y a des conflits tribaux. Chaque tribu à son groupe armé. On dirait que cela a été un combat sauvage", a poursuivi l'élu local.

La force de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) a indiqué cette semaine avoir repoussé des attaques sur Minembwe.

Trois miliciens ont été tués dans des combats avec l'armée à Minembwe, rapporte vendredi matin la radio onusienne Okapi.

Des dizaines de groupes armés sont actifs dans les deux provinces du Nord et du Sud-Kivu.

Un espoir est apparu quand certains ont rendu les armes depuis l'investiture du nouveau président de la République Félix Tshisekedi en janvier.

Le territoire de Fizi est le fief d'un ex-officier de l'armée congolaise, William Amuri Yakutumba, qui avait déserté l'armée régulière pour défier l'ancien président Joseph Kabila.

Fizi est aussi l'endroit d'où est partie la rébellion de Laurent-Désiré Kabila, son père, qui a pris le pouvoir en renversant le maréchal Mobutu Sese Seko le 17 mai 1997 à Kinshasa, il y a 22 ans jour pour jour.

Toutes les actualités

Sit-in contre l'invalidation des parlementaires de l'opposition

Sit-in contre l'invalidation des parlementaires de l'opposition
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:20 0:00

Manifestation à Kinshasa des militants de la coalition Lamuka

Manifestation à Kinshasa des militants de la coalition Lamuka
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:45 0:00

Ebola : la moitié des foyers n'est pas détectée selon une étude

Ebola : la moitié des foyers n'est pas détectée selon une étude
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Washington et Londres déplorent les décisions de la Cour Constitutionnelle congolaise

Le Président de la Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo, Noël Funga (C), à Kinshasa, le 15 janvier 2019.

Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Suisse et le Canada, ont déploré vendredi "l'aggravation des tensions politiques en République démocratique du Congo" dues aux "récentes décisions de la Cour constitutionnelle" qui a invalidé l'élection de députés de l'opposition.

"Les récentes décisions de la Cour constitutionnelle, prises en dehors des échéances prescrites par la loi, nuisent à un climat politique apaisé", indique une "déclaration commune" des quatre chefs de mission à Kinshasa.

"Nous regrettons vivement l'incertitude et la méfiance créées par ces décisions", insistent Washington, Londres, Berne et Ottawa.

"Nous condamnons les confrontations récentes et appelons les acteurs politiques du pays à proscrire l'usage de toute forme de violence", ajoute leur déclaration commune.

La Cour constitutionnelle a annulé cette semaine les élections de plus de 30 parlementaires, "la plupart d'entre eux étant des membres de l'opposition", est-il rappelé.

Ces parlementaires sont plus particulièrement membres de la coalition Lamuka de l'opposant Martin Fayulu, qui revendique la victoire à l'élection présidentielle du 30 décembre et refuse de reconnaître l'élection de son ex-allié dans l'opposition, Félix Tshisekedi, proclamé vainqueur de l'élection.

En réaction aux décisions de la Cour constitutionnelle, M. Fayulu a annoncé "la suspension des activités parlementaires de tous les parlementaires de Lamuka (sa coalition) jusqu'à nouvel ordre".

Lamuka a organisé jeudi un sit-in devant la Cour constitutionelle à Kinshasa et prévoit d'autres actions dans tout le pays le dimanche 30 juin, jour de la fête de l'Indépendance.

M. Fayulu a accusé l'actuel chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, et son prédécesseur, Joseph Kabila, de "forfaiture" et d'avoir "assassiné l'Etat de droit".

L'Union européenne (UE) ne s'est pas associée à la déclaration commune alors qu'elle a dans le passé signé des prises de position communes sur la RDC avec les quatre pays signataires.

L'UE a sanctionné une quinzaine de personnalités congolaises début 2017 à l'époque où l'ancien président Kabila était encore au pouvoir au-delà de la fin de son mandat constitutionnel.

Campagne de sensibilisation au virus Ebola en Ouganda

Campagne de sensibilisation au virus Ebola en Ouganda
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG