Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles
RDC

Des "combattants" du parti présidentiel en colère autour du parlement


Félix Tshisekedi à Nairobi au Kenya le 10 janvier 2019.

Des partisans du nouveau président congolais Félix Tshisekedi ont manifesté lundi près du parlement leur colère à l'encontre des députés proches de l'ancien président Joseph Kabila sur fond de tractations pour constituer un gouvernement.

Plusieurs dizaines de "combattants" ont filtré l'entrée du parking utilisée par les députés en milieu de journée.

La police a fait usage de gaz lacrymogène, a rapporté le site actualité.cd.

Les "combattants" de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS, le parti de M. Tshisekedi) accusent des députés de la majorité parlementaire pro-Kabila d'"outrage" envers leur leader.

"Nous traquons les députés FCC (Front commun pour le Congo pro-Kabila) parce qu'il faut les stopper maintenant. Dans ce pays le président de la République c'est Félix Tshisekedi. Ils doivent le comprendre", a déclaré à l'AFP Dido Kadima, conducteur de taxi-moto fulminant de colère.

"Ils sont majoritaires dans la salle ? Désormais, ils devront tenir compte de la vraie majorité constituée par le peuple", a tempêté pour sa part Boni Kabasele, étudiant et militant de l'UDPS.

Samedi, le groupe parlementaire pro-Tshisekedi avait accusé les députés pro-Kabila d'avoir tenu la veille des "propos injurieux" envers le nouveau chef de l'Etat.

Vendredi, les députés pro-Kabila du FCC, ultra-majoritaires, avaient critiqué dans l'hémicycle deux ordonnances de nominations signées par le président Félix Tshisekedi.

Cette passe d'armes intervient alors que la coalition pro-Tshisekedi Cap pour le changement (Cach) et la coalition pro-Kabila FCC négocie toujours pour constituer un gouvernement.

M. Tshisekedi a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018 mais son prédécesseur a conservé une vaste majorité au parlement, selon les résultats officiels contestés par une partie de l'opposition.

XS
SM
MD
LG