Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Inde: des étudiantes déshabillées pour vérifier si elles ont leurs règles

Manifestation contre l'entrée de deux femmes d'âge menstruel dans le temple de Sabarimala, Thiruvananthapuram, Kerala, Inde, 2 janvier 2019.

Des dizaines d'étudiantes indiennes ont été forcées de se déshabiller dans une université hindoue afin de vérifier si elles avaient leurs règles, le règlement intérieur les obligeant à se mettre à l'écart pendant leurs menstruations.

Les faits se sont produits le 10 février au Sahjanand Girls Institute de la ville de Bhuj dans l'État du Gujarat, établissement tenu par la secte hindoue Swaminarayan. Celle-ci gère aussi de somptueux temples à travers le monde, dont un à Londres.

L'enquête est partie de la découverte d'une serviette hygiénique dans un jardin devant l'université. Son règlement intérieur interdit aux jeunes femmes de rester dans les résidences étudiantes en période menstruelle et les oblige à s'isoler dans un sous-sol, ainsi qu'à rester à l'écart de la cuisine et du lieu de culte. Elles doivent également s'asseoir au fond de la classe durant les cours.

Les responsables de l'université ont aligné 68 étudiantes dans les toilettes et leur ont ordonné une à une de se déshabiller, ont raconté les étudiantes à la presse locale.

"Il n'y a pas de mots pour décrire l'humiliation que nous avons vécue", a déclaré à des journalistes une étudiante qui faisait partie de celles manifestant leur colère le 13 février devant l'établissement.

L'université a lancé une enquête et a indiqué qu'elle pourrait prendre des mesures contre ses employés à l'origine de cet examen.

Dans certaines zones rurales en Inde, les filles et femmes doivent vivre à l'écart de la communauté pendant la durée de leurs règles. Elles sont également interdites d'entrer dans certains temples durant leurs menstruations.

Toutes les actualités

La Chine enregistre son plus faible taux de croissance démographique

La famille de Li Yan était la première à recevoir un permis de naissance pour avoir un 2e enfant dans la province de dans la province chinoise d'Anhui. photo prise le 20 février 2014.

Pour la quatrième année consécutive, le nombre de nouvelles naissances a enregistré une baisse en Chine, selon les données du recensement révélées par les autorités mardi.

Selon le Bureau national des statistiques (BNS), la population de la Chine est passée à 1,412 milliard d'habitants en 2020. Au total, le pays le plus peuplé de la planète a enregistré 12 millions de nouvelles naissances l'année dernière, un chiffre en baisse par rapport aux 14,65 millions de nouveaux bébés enregistrés en 2019.

Ces chiffres représentent le taux de croissance le plus faible depuis l'imposition d'une politique stricte d'un enfant par famille dans les années 1980.

Le BNS a ajouté que la Chine a ajouté 72 millions de personnes entre 2010 et 2020, soit une augmentation de 5,38 %, avec une croissance annuelle moyenne de 0,53 %, soit une baisse de 0,04 % par rapport à la décennie précédente.

Vieillissement de la population

Le pays est aussi confronté à une tendance inquiétante de diminution des citoyens en âge de travailler couplée à un nombre croissant de retraités vieillissants.

Les défis liés à la croissance démographique préoccupent les autorités depuis un certain temps déjà.

En 2015, la limite d'un enfant par foyer a été assouplie, mais l'effet combiné du coût élevé de la vie, du manque de logements décents et de la mise en priorité des carrières professionnelles ont eu pour conséquence le retard sur la fondation d'une famille.

L'armée américaine poursuit son retrait d'Afghanistan

L'armée américaine poursuit son retrait d'Afghanistan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:16 0:00

Bangkok renforce les tests de Covid-19 pour contrer une recrudescence de cas

Bangkok renforce les tests de Covid-19 pour contrer une recrudescence de cas
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Covid-19: des cas de variant indien signalés en Afrique du Sud

Des agents de santé discutent près d'une ambulance sur le parking de l'hôpital académique Steve Biko à Pretoria, en Afrique du Sud, le 11 janvier 2021.

Quatre cas du variant dit indien du coronavirus ont été recensés en Afrique du Sud, a annoncé samedi le ministère de la Santé.

Ils ont été "détectés dans (les provinces de) Gauteng (deux cas) et de KwaZulu-Natal (deux cas) et tous sont récemment arrivés d'Inde", a expliqué le ministre de la Santé Zweli Mkhize dans un communiqué.

L'Afrique du Sud est au moins le quatrième pays du continent africain à avoir enregistré des cas de ce variant indien, le B.1.617.2, les autres étant le Kenya, l'Ouganda et le Maroc.

Elle est le pays africain le plus durement touché par le Covid-19 avec plus d'un million et demi de personnes contaminées - dont près de 55.000 sont mortes -, soit plus de 34% du nombre total des cas signalés en Afrique.

Le variant indien du coronavirus est plus contagieux et semble résister aux vaccins, contribuant à la flambée galopante de l'épidémie en Inde, a averti samedi la scientifique en chef de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) Soumya Swaminathan.

Samedi, 37 décès dus au Covid-19 ont été signalés en Afrique du Sud, portant le total de décès à 54 724, selon le quotidien Times Live. Sur les 1 594 817 cas de Covid-19 confirmés dans le pays, 1 514 088 personnes se sont rétablies, ce qui représente un taux de guérison de 95 %, précise le journal.

COVID-19 : Vers un accès équitable aux vaccins
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:00 0:00

Indonésie: le volcan Sinabung crache une colonne de cendres dans le ciel

Indonésie: le volcan Sinabung crache une colonne de cendres dans le ciel
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:38 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG