Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Inde: des étudiantes déshabillées pour vérifier si elles ont leurs règles

Manifestation contre l'entrée de deux femmes d'âge menstruel dans le temple de Sabarimala, Thiruvananthapuram, Kerala, Inde, 2 janvier 2019.

Des dizaines d'étudiantes indiennes ont été forcées de se déshabiller dans une université hindoue afin de vérifier si elles avaient leurs règles, le règlement intérieur les obligeant à se mettre à l'écart pendant leurs menstruations.

Les faits se sont produits le 10 février au Sahjanand Girls Institute de la ville de Bhuj dans l'État du Gujarat, établissement tenu par la secte hindoue Swaminarayan. Celle-ci gère aussi de somptueux temples à travers le monde, dont un à Londres.

L'enquête est partie de la découverte d'une serviette hygiénique dans un jardin devant l'université. Son règlement intérieur interdit aux jeunes femmes de rester dans les résidences étudiantes en période menstruelle et les oblige à s'isoler dans un sous-sol, ainsi qu'à rester à l'écart de la cuisine et du lieu de culte. Elles doivent également s'asseoir au fond de la classe durant les cours.

Les responsables de l'université ont aligné 68 étudiantes dans les toilettes et leur ont ordonné une à une de se déshabiller, ont raconté les étudiantes à la presse locale.

"Il n'y a pas de mots pour décrire l'humiliation que nous avons vécue", a déclaré à des journalistes une étudiante qui faisait partie de celles manifestant leur colère le 13 février devant l'établissement.

L'université a lancé une enquête et a indiqué qu'elle pourrait prendre des mesures contre ses employés à l'origine de cet examen.

Dans certaines zones rurales en Inde, les filles et femmes doivent vivre à l'écart de la communauté pendant la durée de leurs règles. Elles sont également interdites d'entrer dans certains temples durant leurs menstruations.

Toutes les actualités

Mort de la chanteuse turque engagée Helin Bölek après plus de neuf mois de grève de la faim

Helin Bölek, chanteuse du groupe de musique turc Grup Yorum, décédée à 28 ans, au 288e jour d'une grève de la faim.

La chanteuse de 28 ans du groupe de musique révolutionnaire turc Grup Yorum est morte vendredi après près de 300 jours d'une grève de la faim qu'elle observait pour protester contre la répression dont fait l'objet son collectif.

"Helin Bölek, qui était en grève de la faim depuis 288 jours, est tombée en martyre", a déclaré Grup Yorum dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux.

Grup Yorum, fondé en 1985, est connu pour ses oeuvres mêlant musique traditionnelle et reprise de chants révolutionnaires socialistes. Ses membres sont régulièrement arrêtés et ses concerts interdits.

Helin Bölek avait entamé sa grève de la faim pour demander la libération de sept membres incarcérés, le retrait de mandats d'arrêt pour d'autres musiciens et la levée de l'interdiction des concerts du groupe.

Elle avait elle-même été arrêtée en 2016, puis libérée deux ans plus tard. Un autre membre de Grup Yorum, Ibrahim Gökçek, est actuellement en grève de la faim.

Coronavirus: la ville de Wuhan pendant et après le confinement

Coronavirus: la ville de Wuhan pendant et après le confinement
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

Covid-19: la Russie envoie de l'aide humanitaire aux États-Unis

Covid-19: la Russie envoie de l'aide humanitaire aux États-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:49 0:00

Covid-19 en Inde: la police se déguise pour inciter les gens à rester chez eux

Covid-19 en Inde: la police se déguise pour inciter les gens à rester chez eux
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Masques du Kirghizistan

Masques du Kirghizistan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG