Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sénégal

De nombreux Sénégalais sans carte d'électeur à trois mois des élections

Des Sénégalais manifestant pour des élections libres et transparentes, le 9 février 2018 à Dakar.

Les Sénégalais iront aux urnes en février 2019 pour élire leur Président. Mais jusqu'à présent, de nombreux citoyens n’ont pas encore reçu leurs cartes d’identité et d’électeur.

Certains d’entre eux dénoncent la lenteur constatée dans la délivrance de ces documents. Les autorités affirment pour leur part que près de 6.000.000 de cartes ont déjà été distribuées.

Samba Diop, résident de Guédiawaye, un quartier populeux de Dakar, commence à s’impatienter. Il court derrière sa carte d’électeur depuis plusieurs mois.

Reportage de Seydina Aba Gueye sur les cartes électorales au Sénégal
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:35 0:00

"Depuis des mois, je me rends tous les jours à la préfecture pour retirer ma carte d’électeur en vain. On me donne toujours la même réponse: la carte n’est pas disponible. Cette situation n’est pas normale car on est à la veille de la présidentielle. Je me suis inscrit à la commune de Guédiawaye Wakhinane et chaque jour, je fais des va-et-vient incessants sans résultats. C'est désolant", se plaint M. Diop.

Idem pour Aïssatou Fall, sexagénaire. Cette sage-femme à la retraite a procédé au renouvellement de sa pièce d’identité couplée à sa carte d’électeur depuis l’année dernière. Comme Samba, on lui demande d’attendre. Une situation qui commence à l’inquiéter.

"Là où je suis, je ne sais pas pourquoi je n’ai pas reçu la carte parce que ça fait longtemps que je l’ai déposée. Je suis allée la chercher mais je ne l’ai pas trouvée. On m’a demandé d’attendre", rechigne de son côté Mme Fall.

Ismaïla Fall, est agent de sécurité au sein d’une grande institution bancaire. Confronté à un manque temps à cause de ses horaires de travail qu’il juge contraignants, il se demande quand est-ce qu’il aura sa carte d’électeur.

"Je travaille du lundi au vendredi et je ne me repose que le samedi et le dimanche. Seulement, les mairies et les préfectures ne travaillent pas les weekends et cela complique la situation. De plus, les agents du centre de distribution sont incapables de me dire quand est-ce que la carte sera disponible. Par moment, ils me disent même qu’elle n’est pas dans cette mairie. Et je dois aller voir ailleurs. Vous rendez-vous compte? Les autorités doivent régler cette situation au plus vite car tout le monde doit avoir sa carte avant la présidentielle de 2019", soutient Ismaïla Fall.

De leur côté, les autorités se veulent rassurantes. Le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye affirme que la majorité des cartes d’identité et d’électeur restantes sont disponibles, et appelle les Sénégalais à aller les retirer.

"Ce que je peux dire à ce sujet, c’est que sur les cartes issues de la refonte de 2017, nous en avons distribué plus de 97%. Et sur les 386.000 cartes qui ont déjà été éditées et mises à la disposition des centres de distribution, nous en avons distribué plus de 124.000. Donc, pour le moment, ça se passe bien mais n’empêche que globalement l’on a vu qu’il restait 460.000 cartes au niveau des centres de distribution et nous demandons aux Sénégalais d’aller les récupérer", indique le ministre Ndiaye.

D’après la Commission électorale nationale autonome (CENA), 95% des 6.050.000 cartes issues de la refonte du fichier électoral ont été distribuées aux ayants droit.

Toutes les actualités

Une maladie mystérieuse frappe les pêcheurs sénégalais

Le ministre de la pêche Alioune Ndoye au chevet des malades au Sénégal, le 20 novembre 2020.

Depuis l’apparition d’une mystérieuse maladie dans plusieurs villages de pêcheurs traditionnels au Sénégal, les autorités ne donnent aucune cause exacte.

Les premiers examens n’ont pas permis d’élucider l’origine de cette maladie qui cause une grande anxiété au sein des populations. Par peur, beaucoup de Sénégalais ont décidé de ne plus toucher au poisson alors que le plat national, le célèbre Thiebou Dienn, est fait à base de riz et de poisson.

Les autorités ont très tôt pris les devants pour éviter que la psychose ne s’installe. Après une visite dans le villages de pêcheurs touchés par la maladie, le ministre de la pêche, Alioune Ndoye, s’est voulu rassurant disant que la mise en circulation des poissons est réglementée pour protéger le consommateur.

"Nous confirmons une prompte réaction du ministère de la santé et de toutes ses équipes et le professionnalisme des médecins qui ont permis tout de suite d’isoler et de les prendre en traitement avec des résultats probants car au bout de deux jours certains sont rentrés chez eux donc cela est rassurant", a d’emblée souligné le ministre.

Ila aussi précisé qu’il parlait pour rassurer au niveau de tout ce qui se dit quant au fait de manger ou non du poisson. Le ministre de la pêche est ainsi revenu sur l’origine de la maladie.

"Les poissons déversés sur le marché font d’abord l’objet d’analyses et de certification quant à leur caractère consommable. Donc nous rassurons de ce point de vue-là", a-t-il dit.

Des assurances qui ne semblent pas convaincre les Sénégalais. Beaucoup d’entre eux ont préféré opter pour la prudence.

Pour Khady Sow, femme au foyer, il est tout simplement exclu d’aller acheter du poisson au marché où à la plage: "Nous n’allons plus au marché et nous n’allons plus prendre des risques par rapport à ça. On fait maintenant le menu et on change de repas parce que c’est plus sûr ", précise-t-elle. "La plage, c’est fini jusqu’à nouvel ordre".

Ces craintes ne se limitent pas aux ménagères.

Abdoulaye Camara est un sportif habitué de la plage. Il juge qu’il il est pour le moment plus raisonnable d’éviter les plages et la mer. "Ca me pose problème et j’ai complètement arrêté mes activités sur la plage vu qu’il a problème. Une maladie dont tu ne connais pas l’origine ni l’infection, je ne vois pas pourquoi risquer d’aller à la plage alors qu’on peut faire nos activités dans les salles de sport et dans les terrains de football", affirme-t-il.

Les premiers résultats des examens effectués sur l’axe maritime Dakar-Popenguine n’ont pas permis de lever les équivoques.

Après analyse d’échantillons d’eau de mer, d’équipement de pêcheurs et de poissons, les experts ont relevé la présence de plusieurs composantes chimiques. Ils ont suggéré la remise des résultats à des toxicologues et l’orientation des recherches vers les filets utilisés par les pêcheurs.

Pour le moment, cette maladie qui se caractérise par des pustules et des abcès qui envahissent tout le corps, garde encore tous ses mystères.

Les Sénégalais se méfient du poisson depuis l’apparition d’une mystérieuse maladie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:21 0:00

Les Sénégalais se méfient du poisson depuis l’apparition d’une mystérieuse maladie

Les Sénégalais se méfient du poisson depuis l’apparition d’une mystérieuse maladie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:21 0:00

Des centaines de pêcheurs sénégalais touchés par une mystérieuse maladie cutanée

Des bateaux de pêche se tiennent dans les eaux de Ndiebene-Gandiol près de la ville de Saint-Louis au nord du Sénégal, le 8 août 2018.

Au moins 300 pêcheurs sénégalais présentent à leur retour sur terre les symptômes d'une maladie cutanée dont la cause demeure inconnue , mais qui pourrait avoir une "origine toxique", a indiqué jeudi le ministre de la Santé.

"Depuis deux jours, nous avons vu effectivement apparaître au niveau de Thiaroye (un port au sud de Dakar) une maladie dite mystérieuse qui attaque les pêcheurs qui reviennent de mer, qui souvent ont des lésions", a déclaré à la presse le ministre, Abdoulaye Diouf Sarr.

Les médias ont montré des hommes, tous des pêcheurs, au visage, à la bouche ou aux membres atteints de nombreux boutons, parfois impressionnants.

"A ce jour, nous avons identifié plus de 300 cas et l'identification se poursuit au fur et à mesure que les pêcheurs reviennent de mer. Parmi ces cas, on en a 18 qui sont hospitalisés et les autres sont pris en charge dans des endroits dédiés", a expliqué le ministre.

L'Institut Pasteur et le centre anti-poison du ministère ont été sollicités pour analyser les causes de la maladie, a-t-il dit.

"Ce que nous pouvons dire aujourd'hui, c'est que ce n'est pas du tout lié à la Covid parce que les tests Covid ont été négatifs, et on n'a pas non plus vu la présence de virus, ce qui bien sûr peut nous faire penser à une origine toxique", a dit M. Sarr.

Les services de l'Environnement vont analyser de l'eau de mer, a-t-il ajouté.

Selon lui, "il n'y a pas de soupçon" que cette maladie soit contagieuse puisque "seuls les pêcheurs qui reviennent de la mer sont touchés" et qu'il n'y a pas de propagation au domicile.

Les Sénégalais en "deuil virtuel" à la mémoire des migrants morts en mer

Des migrants attendent des secours, alors que 193 personnes et deux cadavres ont été récupérés le 13 janvier 2017 dans la mer Méditerranée en Libye. Ces migrants, principalement originaires du Nigéria, la Gambie et le Sénégal, devraient débarquer en Italie. AP/Sima Diab

Les internautes au Sénégal ont lancé un deuil virtuel vendredi, en hommage aux migrants morts en mer sur le chemin de l'Europe et en réaction au silence observé par l'Etat, selon les instigateurs de l'initiative.

Un grand nombre de Sénégalais ont péri ces dernières semaines en tentant de gagner en pirogue l'archipel espagnol des Canaries, porte d'entrée à l'Europe, au cours d'une nouvelle vague de départs des côtes d'Afrique de l'Ouest.

L'Organisation internationale des migrations (OIM) a fait état de 140 morts au cours d'un seul naufrage au large du Sénégal fin octobre, bilan contesté par le gouvernement sénégalais.

Le sort de ces Sénégalais a suscité un vif émoi dans l'opinion et sur les réseaux sociaux.

"Nous, jeunesse sénégalaise, avons décidé d'organiser une journée de deuil et de prière ce vendredi pour les victimes de l'immigration clandestine", relate une vidéo diffusée sous le hashtag #LeSenegalEnDeuil, "nous allons observer une minute de silence numérique entre 20H00 et 20H10 (locale et GMT) pendant laquelle un seul message sera diffusé sur tous les réseaux sociaux en hommage aux victimes".

Les Sénégalais étaient invités à publier une photo d'eux sur les réseaux sociaux habillés en noir ou en blanc avec le hashtag #LeSenegalEnDeuil.

Une idée de Pape Demba Dione

Pape Demba Dione en est l’initiateur. "J’avais juste fait un tweet où je soulignais que j’étais attristé par la situation des migrants qui ont perdu la vie en mer. Après, le silence radio de l’État aussi m’a beaucoup dérangé et ça m’a aussi interpellé", explique-t-il. Suite à cela, Papa Demba se lance: "je me suis dit pourquoi pas faire bouger les choses en essayant de lancer un hashtag qui pourra éventuellement rendre hommage aux victimes" de l’émigration clandestine.

Papa Demba lance ainsi un hashtag dénommé #LeSenegalendeuil. Il est rapidement partagé des milliers de fois et devient le top des tendances sur la twittosphère sénégalaise. Galvanisé par cet engouement et soutenu par d’autres activistes, Papa Demba concrétise son initiative avec un programme devenu viral sur la toile.

"De 8h à minuit, nous allons tous changer nos photos de profils et couvertures avec une photo commune et une couverture commune. Après ceux qui le peuvent vont s’habiller en noir durant la journée d’hommage et de 8h à 19h45 aussi nous allons publier des vidéos et des messages d’hommages mais aussi des témoignages des parents des victimes. Et de 20h à 20h10 nous allons observer une minute de silence numérique", détaille-t-il.

Papa Demba met en avant l’harmonie des internautes: "nous allons tous publier le même message. À part ce message, personne n’a le droit de faire une autre publication", conclut-il.

Les familles reconnaissantes

Touchées et reconnaissantes, les familles des victimes et les rescapés voient en cette journée de deuil numérique, une manière de rendre hommage aux disparus mais aussi d’alerter les autorités pour qu’elles se prononcent sur le drame de l’émigration clandestine.

Ahmed Fall est un rescapé.

"Pour nous qui avons perdu des parents, amis et compagnons de voyages, pour nous qui avons passé plusieurs jours en mer et vu des dizaines de personnes périr sans pouvoir les assister, pour nous rescapés et familles des victimes, cet hommage est important même s’il se limite à internet", souligne-t-il.

Ahmed affirme que les victimes et leurs familles ont aussi "souffert du silence de l’État, donc voir des Sénégalais penser à rendre hommage aux victimes ça nous touche énormément et on espère qu’après cette journée les autorités vont enfin se prononcer et surtout agir".

Agir c’est le maître mot d’après Jules Souleymane Ndiaye, journaliste au quotidien L’Observateur.

Celui qui a été l’un des premiers à relayer l’initiative dans la presse estime que cet engagement des internautes doit continuer et passer du virtuel au réel. "Au-delà de la dénonciation, au-delà de déplorer le mutisme de l’État face à cette vague déferlante, il faut aussi la sensibilisation", conseille-t-il.

Pour Jules Souleymane, il faut aussi sensibiliser les jeunes qui ne sont pas sur les réseaux sociaux. "La sensibilisation doit continuer au niveau des quartiers, au niveau des villes, au niveau des marchés pour essayer de dissuader ces jeunes pour dire que même ici on peut réussir".

Le gouvernement a reconnu une hausse des départs de bateaux de migrants et annoncé un renforcement des contrôles en mer.

Plus de 1.500 migrants ont été interceptés sur les côtes sénégalaises ces derniers jours, dont 29 convoyeurs, a indiqué mercredi la police dans un communiqué.

Journée de deuil sur les réseaux sociaux en hommage aux victimes de l’émigration

Journée de deuil sur les réseaux sociaux en hommage aux victimes de l’émigration
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:07 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG