Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le président du Faso cède 6 mois de son salaire, les masques seront fabriqués localement


Un homme conduit sa moto pendant une tempête de sable au milieu de la propagation de la maladie à coronavirus (COVID-19) à Ouagadougou, au Burkina Faso, le 15 avril 2020. (Photo: REUTERS/Anne Mimault)

Pour faire face à la pandémie du coronavirus, le gouvernement du Burkina Faso exige désormais le port obligatoire du masque à partir du 27 avril.

Ces masques seront confectionnés à base du Faso Danfani, un matériau dérivé du coton local. Et en guise de solidarité, le président Roch Marc Christian Kaboré et les membres du gouvernement vont céder plusieurs mois de leurs salaires.

Le gouvernement se donne une dizaine de jours pour rendre les masques disponibles pour l'ensemble de la population.

"Le conseil des ministres a instruit que des dispositions soient prises pour mettre à disposition les masques et les cache-nez en quantité suffisante sur toute l’étendue du territoire", a déclaré Remis Dandjinou, le porte-parole du gouvernement.

Les autorités ont annoncé récemment la création d'un fonds de lutte contre la pandémie. Et pour donner l’exemple de solidarité nationale, les membres de l’exécutif vont contribuer à ce fonds.

"Le président du Faso cédera 6 mois de salaire, le Premier ministre 4 mois de salaire. Les ministres d’Etat céderont 2 mois de salaire et tous les ministres devront céder 1 mois de salaire au titre de la mobilisation des fonds pour la lutte contre le covid-19", a dit le ministre Dandjinou.

Dans les rues de Ouagadougou, très vite, les mesures sont diversement appréciées.

"En tant que des autorités c’est bien de céder leurs salaires. C’est un exemple qu’elles nous donnent. Le port du masque c’est très bien cela permettra d’endiguer la maladie", note ce Ouagalais.

"Le port du masque est important. Le véritable problème c’est comment trouver les 200 francs CFA pour acheter les masques?", s’interroge un autre Burkinabè avant d’ajouter, "c’est vraiment difficile. Peut-être que le gouvernement trouvera d’autres solutions pour que les gens puissent avoir accès aux masques".

"On les attend plus dans les décisions stratégiques mais surtout dans une meilleure communication de cette crise qu’à un sacrifice personnel sur leurs salaires", note Lionel Bilgo, analyste politique et directeur Afrique de Timiniyis média. "Est-ce que le gouvernement s’est assuré qu’il y a suffisamment de masques homologués et disponibles dans les pharmacies pour l’ensemble de la population? Si ce sont les masques fabriqués en tissus localement, ces masques ne sont pas homologués", s'inquiète-t-il.

Selon le dernier bilan en date, il y a 576 cas confirmés du coronavirus au Burkina Faso. Par ailleurs, le pays a enregistré 257 guérisons et 36 personnes sont décédées depuis le début de la pandémie.

XS
SM
MD
LG