Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Al-Qaïda au Sahel revendique une attaque et salue le coronavirus

Des policiers maliens prennent position à l'extérieur de Campement Kangaba, une station touristique près de Bamako, au Mali, lundi juin. 19, 2017. (AP Photo / Baba Ahmed)

Le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) affilié à al-Qaïda a revendiqué l'attaque au cours de laquelle 25 soldats ont été tués début avril dans le nord du Mali, rapporte le groupe américain SITE spécialisé dans la surveillance des formations extrémistes.

Dans un communiqué publié le 10 avril, trois jours après l'attaque, le GSIM met aussi en parallèle l'action de ses combattants contre les forces étrangères au Mali, dont la France et l'Espagne, et le "châtiment" infligé selon lui par Dieu à ces pays sous la forme du nouveau coronavirus.

Le GSIM note que ces pays n'ont pas seulement été touchés sur leur territoire, mais aussi au sein de leurs forces déployées au Mali.

"La pandémie a aussi frappé dans les rangs des forces d'invasion au Mali. C'est le signe de la quasi-désintégration de cette alliance satanique", dit-il dans ce communiqué traduit par SITE.

Le GSIM cite la décision récente de l'Espagne de retirer temporairement ses instructeurs militaires du Mali, mais aussi d'Afghanistan et d'Irak. Cette décision a été prise en raison de "l'état d'épuisement" du pays à cause de la pandémie, dit le GSIM.

L'état-major espagnol a justifié ce rappel par l'interruption des opérations de formation dans ces pays à cause du Covid-19. Au Mali, 85 soldats opérant avec la Mission d'entraînement de l'Union européenne (EUTM) sont concernés. Les opérations autres que de formation ne sont pas affectées, a dit l'état-major espagnol.

Selon le gouvernement malien, 25 soldats ont été tués le 7 avril dans l'attaque contre un poste militaire de Bamba, dans la région de Gao. Le GSIM dit, lui, en avoir "éliminé" environ 30.

L'armée malienne est soumise depuis des mois à des attaques meurtrières contre ses postes isolés, dans un vaste pays en proie aux agissements de groupes liés à al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique, aux violences intercommunautaires et aux trafics.

Les insurrections indépendantistes et maintenant jihadistes ainsi que les violences entre communautés ont fait des milliers de morts, combattants et civils, et des centaines de milliers de déplacés depuis 2012, malgré la présence de forces onusiennes, africaines et françaises.

Parties du nord du Mali, les violences se sont propagées au centre du pays, puis au Burkina Faso et au Niger voisins.

Toutes les actualités

Les musulmans maliens exigent des excuses d'Emmanuel Macron

Les musulmans maliens exigent des excuses d'Emmanuel Macron
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:51 0:00

L'attentat de la Terrasse à Bamako en 2015 est une "vengeance" pour les caricatures, selon l'accusé

Charlie Hebdo à Berlin, le 1er décembre 2016.

Le jihadiste mauritanien Fawaz Ould Ahmed, dit "Ibrahim 10", a reconnu mercredi être l'auteur de l'attentat du bar-restaurant La Terrasse à Bamako qui avait fait cinq morts en mars 2015, se disant "fier" d'avoir agi "par vengeance" après la publication de caricatures du prophète Mahomet par Charlie Hebdo.

"C'est nous qui l'avons fait, (le groupe jihadiste) Al-Mourabitoune. On n'a pas honte, on est fiers. Par vengeance du prophète, après ce qu'ils ont fait à Charlie Hebdo. C'est les photos, les caricatures", a-t-il déclaré devant la Cour d'assises de Bamako, qui l'interrogeait au deuxième jour de son procès.

Procès des attaques contre le Radisson Blu Hotel: compte-rendu de la première audience

Procès des attaques contre le Radisson Blu Hotel: compte-rendu de la première audience
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Ouverture du procès des attentats de Bamako en 2015

Ouverture du procès des attentats de Bamako en 2015.

Le procès des auteurs présumés des attentats de l'hôtel Radisson Blu et du restaurant La Terrasse en 2015 à Bamako s'est ouvert mardi dans la capitale malienne, en présence du principal accusé mais en l'absence des représentants des victimes occidentales.

Principal accusé, le Mauritanien Fawaz Ould Ahmed (ou Ahmeida), alias "Ibrahim 10", lieutenant du chef jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, dont la présence était incertaine jusqu'à la dernière minute, a été amené sur le banc des accusés par des hommes cagoulés.

L'homme, né dans les années 1970 à Nouakchott, est accusé d'avoir tué avec un fusil d'assaut un Français, un Belge et trois Maliens le 6 avril 2015 dans le restaurant La Terrasse, une action pour "venger le prophète" perpétrée dans la foulée des attentats contre l'hebdomadaire français Charlie Hebdo, selon l'enquête.

Il est également soupçonné d'avoir "planifié et fait exécuter" l'attaque, le 20 novembre de la même année, contre l'hôtel de luxe Radisson Blu. Deux hommes avaient alors "tiré sur tout ce qui bouge", tuant 20 personnes, dont 14 étrangers, avant d'être abattus.

De nombreuses parties civiles maliennes étaient présentes à l'ouverture du procès, mais nul proche de victimes occidentales, selon le journaliste de l'AFP.

Une retransmission par visioconférence a toutefois été mise en place.

"Il s'agit d'une retransmission en direct pour que les parties civiles françaises puissent suivre, mais en aucun cas d'un enregistrement. Seulement du direct", a expliqué le président de la Cour.

Le procès, dont la durée n'a pas été précisée, se déroule dans les locaux de la Cour d'appel, dans le sud de Bamako. Des soldats d'élite étaient placés dans et autour du bâtiment.

Fawas Ould Ahmed est apparu vêtu d'un long boubou gris. Ses cheveux crépus et une barbe fournie cachaient sa fine balafre sur le visage.

A la question, "Avez-vous un avocat?", il a répondu qu'il "ne le connaissait pas". Au Mali, dans les affaires de terrorisme, de nombreux accusés se voient commettre un avocat d'office, souvent le matin même du procès.

"Ibrahim 10" a déclaré préférer s'exprimer en arabe. "Un traducteur traduira", a répondu la cour.

Sa présence était entourée d'incertitudes, après des rumeurs ayant indiqué qu'il faisait partie des quelques 200 détenus libérés début octobre en échange de quatre otages, dont la Française Sophie Pétronin et l'homme politique malien Soumaïla Cissé.

Seul un de ses deux co-accusé était également présent à l'ouverture du procès.

Jean-Yves Le Drian en visite à Bamako

Jean-Yves Le Drian en visite à Bamako
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:29 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG