Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Démisssion du vice-président de la Commission électorale

Norbert Basengezi réagit lors de l'annonce du nouveau calendrier électoral pour l'élection présidentielle de décembre 2018 du 5 novembre 2017 à Kinshasa.

Le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), qui est visé par des sanctions américaines, a déposé lundi sa lettre de démission, six mois après l'organisation des élections générales en RDC et à quelques jours de l'expiration du mandat des membres de cette institution.

"Le vice-président Norbert Basengezi a déposé sa lettre de démission aujourd'hui auprès du président de la République et du président de la Céni", a déclaré à l'AFP un responsable de cette institution. "Mais pour être effective, cette décision doit être acceptée par le chef de l'État et par la Céni. Il n'est donc pas automatique que cette décision produise des effets".

"J'ai voulu ne pas gêner mon parti (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie +PPRD+ de l'ancien président Kabila) afin qu'il s'apprête à me trouver un remplaçant" mais aussi à cause de "la fatigue après ce mandat où nous n'avons épargné aucun effort pour accomplir notre mission", a déclaré M. Basengezi à la Radio Top Congo, confirmant sa démission.

Les résultats des élections générales de décembre 2018 qui avaient donné Félix Tshisekedi vainqueur de la présidentielle et les partisans de l'ancien président Joseph Kabila majoritaires à l'Assemblée nationale, au Sénat et aux assemblées provinciales, avaient été contestés par la puissante Eglise catholique, l'opposition et des partenaires.

Normalement, le mandat du bureau de la Céni, qui a organisé les élections de décembre 2018, arrive à son terme fin juin après examen par le Parlement de son rapport d'activités. Mais depuis samedi, le Parlement a clôturé ses travaux pour les vacances.

Proche de l'ancien président Joseph Kabila, Norbert Basengezi est considéré comme le vrai patron de la Céni, à côté du président de la Commission, Corneille Nangaa.

Désigné gouverneur du Sud-Kivu sous Laurent-Désiré Kabila en 1998, il fut nommé deuxième vice-président de l'ex-Commission électorale indépendante (CEI) en 2005, puis ministre de l'Agriculture de 2008 à 2011. Réélu député aux élections de 2011, il a quitté l'Assemblée nationale pour retourner à la Céni en 2015.

En mars, le département du Trésor américain avait gelé les avoirs de trois responsables de la Céni: Corneille Nangaa, président de la Céni, son vice-président, Norbert Basengezi, et son fils, Marcellin Basengezi, pour avoir détourné des fonds "à des fins d'enrichissement personnel".

Les personnes concernées ont toujours nié ces accusations.

Toutes les actualités

Imelda, conductrice de moto-taxi, brise les stéréotypes à Beni

Imelda, conductrice de moto-taxi, brise les stéréotypes à Beni
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:54 0:00

Incursion armée des miliciens indépendantistes Maï-Maï Ba Kata Katanga

Incursion armée des miliciens indépendantistes Maï-Maï Ba Kata Katanga
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00

Plusieurs civils congolais massacrés dans la région de Béni

Une patrouille de la Monusco pour traquer les rebelles ougandais des Forces Démocratiques Alliés (ADF), le 13 novembre 2018. (Photo by John WESSELS / AFP)

Au moins cinq civils ont été tués dans une attaque attribuée au groupe Forces démocratiques alliées (ADF) d'une localité de la région de Beni dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris jeudi de sources locales.

"Le matin, cinq cadavres étaient retrouvés à Mutuanga après une attaque des ADF la nuit. Cet après-midi le nombre de morts est passé de cinq à onze", a déclaré Donat Kibwana, administrateur du territoire de Beni.

"Parmi les personnes tuées hier (mercredi) par balles et armes blanches, il y des femmes, des hommes et des enfants. Je suis sur place pour superviser toutes les opérations jusqu'à l'enterrement", a précisé M. Kibwana.

Les chercheurs du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST en anglais) ont confirmé un "bilan provisoire" de cinq morts. Mais la radio onusienne, Okapi, avait averti que "le bilan pourrait être revu à la hausse".

L'attaque de la cité de Kibuana, située à 60 kilomètres de la frontière de la RDC et de l'Ouganda a eu lieu vers 20h00 (18h00 GMT), a indiqué Paluku Batoleni, responsable de la société civile de cette localité.

Dans la nuit de dimanche à lundi, douze civils et un soldat congolais avaient été tués dans une précédente attaque attribuée aux ADF, tenus pour responsables de la mort de 570 civils depuis novembre 2019.

Ce qu'on sait des ADF

A l'origine des rebelles musulmans ougandais, les ADF se sont installés dans cette partie de la RDC depuis les années 90. Ils n'ont pas attaqué l'Ouganda voisin depuis des années, vivant de trafics, comme les autres groupes armés.

Depuis avril 2019, certaines de leurs attaques sont revendiquées par les jihadistes de l’État islamique.

Fin octobre, l'armée a lancé des opérations contre les fiefs des ADF, sans parvenir à faire cesser les massacres.

Depuis près de 30 ans, des dizaines de groupes armés congolais et des pays voisins (ougandais, rwandais, burundais) entretiennent la violence dans l'Est de la RDC.

Entretien avec un ancien milicien qui prêche désormais la paix

Entretien avec un ancien milicien qui prêche désormais la paix
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

Des enlèvements récurrents mettent Kinshasa en état d'alerte

Des enlèvements récurrents mettent Kinshasa en état d'alerte
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:18 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG