Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Brexit: accord in extremis, tous les regards tournés vers le Parlement britannique

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le Premier ministre britannique, Boris Johnson, se serrent la main après avoir convenu de l'accord sur le Brexit, le 17 octobre 2019. REUTERS / Francois Lenoir

Les 27 ont donné leur feu vert jeudi à un accord sur le Brexit négocié dans les dernières minutes précédant un sommet européen, mais le Premier ministre britannique Boris Johnson va devoir batailler pour le faire accepter par son Parlement.

"Il semble que nous soyons très près de la dernière ligne droite", a commenté le président du Conseil européen Donald Tusk.

C'est lui qui a annoncé le feu vert des 27, quelques heures seulement après l'annonce de l'accord trouvé dans les derniers instants avant l'ouverture du sommet européen.

Les chefs d'Etat et de gouvernement attendent maintenant que le Parlement européen ratifie le document et "s'assure d'une entrée en vigueur le 1er novembre".

Malgré la satisfaction d'avoir arraché un accord dans la dernière ligne droite, personne ne s'est laissé aller à l'euphorie, bien conscient d'un obstacle de taille sur le chemin d'un Brexit ordonné: le vote du Parlement britannique.

Aux côtés du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, Boris Johnson a exhorté les députés britanniques à soutenir l'accord pour "faire aboutir le Brexit sans délai", à la date prévue du 31 octobre.

"Je suis confiant que lorsque les députés de tous les partis regarderont cet accord, ils verront l'intérêt de le soutenir", a-t-il assuré, se disant "très confiant".

Mais l'annonce aussitôt faite, les modifications à l'accord de retrait à peine publiées, le parti unioniste nord-irlandais DUP, allié-clé du Parti conservateur de Boris Johnson, a jeté un froid en affirmant son opposition à l'accord trouvé.

Le DUP, qui compte 10 députés à la Chambre des Communes, a dit ne pas être "en mesure de soutenir ces propositions au Parlement", sur les questions de règlement douanier et du consentement de l'exécutif nord-irlandais au projet de Brexit.

- Corbyn appelle au rejet -

Puis le chef du Parti travailliste, principale formation d'opposition au Royaume-Uni, a appelé les députés britanniques à "rejeter" l'accord entre Londres et l'Union européenne. Selon Jeremy Corbyn, "la meilleure façon de résoudre le Brexit est de donner à la population le dernier mot lors d'un vote populaire".

Les députés britanniques se réuniront samedi - leur réunion un samedi est une première depuis la guerre des Malouines en 1982 - pour une séance exceptionnelle. Ces deux prises de position rendent toutefois improbable l'adoption du texte.

"Si c'est le cas, nous nous trouverons dans une situation extrêmement compliquée", a averti Jean-Claude Juncker lors d'un point de presse à l'issue de la première journée du sommet.

"Il faudra bien qu'un jour dans cette assemblée (...) on prenne ses responsabilités et que ce qui a été décidé par un référendum, et soutenu par les différents gouvernements avec lesquels nous avons négocié, se mette en oeuvre", a observé le négociateur de l'UE Michel Barnier.

"Nous sommes prêts pour la ratification: logistiquement, politiquement, techniquement. Maintenant, la balle est dans le camp du Royaume-Uni", a déclaré Donald Tusk.

"Je ne sais pas quel sera le résultat du débat à la Chambre des Communes samedi", a-t-il reconnu, "mais si une demande pour un report (de la date du Brexit) est déposée, je consulterai les Etats membres pour voir comment réagir".

Pour Jean-Claude Juncker, l'accord trouvé "signifie qu'il n'y a pas besoin d'une quelconque prolongation".

Le président français Emmanuel Macron a déclaré vouloir "croire que Boris Johnson aura une majorité". Il a reconnu que "la satisfaction s'accompagne d'une légitime prudence".

Les Européens sont quelque peu échaudés par la précédente expérience de l'accord négocié avec Theresa May, rejeté à trois reprises par le Parlement britannique, ce qui avait entraîné le départ de la prédécesseure de Boris Johnson.

Au fil des annonces, la livre a connu une nouvelle journée agitée, gagnant 1% face au dollar au moment de l'annonce qu'un accord avait été trouvé, avant de réduire ses gains.

Le compromis trouvé jeudi modifie l'accord précédemment rejeté et fait disparaître le "backstop" (filet de sécurité) controversé. Cette clause de sauvegarde maintenait l'UE et le Royaume-Uni dans un territoire douanier unique, à défaut d'autre solution pour éviter le retour d'une frontière dans l'île d'Irlande, afin de préserver la paix après des décennies de violences.

- Unité -

Jusqu'ici l'UE était réticente à changer cette partie du texte. Le nouveau compromis établit des règles particulières pour les douanes concernant les marchandises arrivant en Irlande du Nord, qui reste dans le territoire douanier britannique, selon que celles-ci sont destinées à y rester ou à passer dans le marché unique européen.

Il prévoit également un mécanisme de "consentement" des autorités nord-irlandaises sur la poursuite de l'application de certaines règles de l'UE dans la province britannique, après une période de quatre ans suivant la mise en oeuvre de l'accord.

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar s'est félicité d'un accord "bon pour l'Irlande et l'Irlande du Nord" qui "respecte une histoire et une géographie uniques".

Il a aussi rendu hommage à l'unité et la solidarité affichées par ses homologues pendant la négociation.

"L'unité que nous avons vue au cours des dernières années est une leçon pour nous pour le futur. Quelque chose que nous conserverons pour les futures négociations", a-t-il salué.

L'accord de retrait, s'il est adopté, prévoit plus généralement les conditions du divorce entre le Royaume-Uni et l'UE, notamment en matière de droit des citoyens et de respect des engagements financiers. Il introduit également une période de transition jusqu'à décembre 2020 pour un départ en douceur.

Si le texte est ratifié, une nouvelle négociation s'engagera: celle du futur partenariat entre l'UE et le Royaume-Uni, en particulier sur le plan commercial.

Avec AFP

Toutes les actualités

Turquie : un hélicoptère militaire s'écrase, 11 morts dont un général

Des soldats turcs chargent un avion-cargo militaire avec un don d'équipement de protection individuelle offert par la Turquie pour aider les États-Unis à combattre le coronavirus, à l'aéroport Etimesgut près d'Ankara, en Turquie, le mardi 28 avril 2020.

Onze militaires turcs, dont un officier de haut rang, sont morts jeudi quand l'hélicoptère qui les transportait s'est écrasé dans le sud-est de la Turquie, a annoncé le ministère de la Défense, évoquant un "accident".


"Neuf soldats héroïques sont tombés en martyrs et quatre ont été blessés dans cet accident", a déclaré le ministère dans un communiqué, précisant que celui-ci s'était produit dans la région de Bitlis.

Le ministère de la Défense a ensuite indiqué que deux autres militaires avaient succombé à leurs blessures.

Selon un député du parti au pouvoir AKP, Tolga Agar, le général Osman Erbas, qui commande la huitième armée, figure parmi les morts.

Selon le ministère de la Défense, l'appareil, un Cougar fabriqué par Airbus, a décollé de la ville de Bingöl pour se rendre à Tatvan peu avant 11H00 GMT, puis a disparu des radars une demi-heure plus tard.

Les autorités sont parvenues à localiser le lieu du drame après avoir déployé des drones, un avion de reconnaissance et un autre hélicoptère.

Les raisons de l'accident n'ont pas été précisées dans l'immédiat, mais d'après des images diffusées par les chaînes de télévision turques, la région où celui-ci s'est produit était baignée dans un épais brouillard.

"Notre douleur est grande", a réagi Ibrahim Kalin, le porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan.

L'ambassade des Etats-Unis à Ankara a fait part sur Twitter de ses "sincères condoléances". "Nos pensées vont aux familles des victimes. Nous souhaitons un prompt rétablissement aux blessés", a-t-elle ajouté.

"Nous partageons la profonde tristesse de la Turquie", a déclaré l'ambassadeur de l'Union européenne en Turquie Nikolaus Meyer-Landrut dans un communiqué.

Selon une source diplomatique turque, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a présenté ses condoléances au ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, et l'a assuré de "la solidarité" de l'Alliance avec la Turquie.

Les ministres turcs de la Défense et de l'Intérieur devaient se rendre sur les lieux de l'accident dans la soirée, selon les médias turcs.

L'armée turque mène régulièrement des opérations dans le sud-est de la Turquie contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe qualifié de "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux.

En 2017, un hélicoptère militaire, également de type Cougar, s'était écrasé dans la province de Sirnak, frontalière de la Syrie et de l'Irak, faisant 13 morts.

La liberté est en déclin pour 75% de la population mondiale

La liberté est en déclin pour 75% de la population mondiale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:02 0:00

L'avenir de la présence militaire française au Sahel en débat à l'Assemblée française

Un véhicule blindé français passe par le mont Hombori lors du début de l'opération française Barkhane dans la région du Gourma au Mali, le 27 mars 2019.

Les ministres français des Affaires étrangères et des Armées ont défendu jeudi à l'Assemblée nationale la poursuite des efforts militaires français au Sahel, devant des députés soucieux d'en comprendre l'avenir et la stratégie après huit ans de présence ininterrompue.

"Il nous semble aujourd'hui légitime, utile et nécessaire de débattre de la stratégie de la France au Sahel" après huit années d'engagement militaire dont "nous pouvons être fiers", mais à l'important "coût humain" (50 morts au combat) et "financier" (un milliard d'euros par an), a souligné en préambule le député de la majorité présidentielle Thomas Gassilloud (Agir ensemble).

"Si les résultats obtenus sont réels" depuis le sursaut militaire décidé début 2020 au sommet de Pau (sur-ouest), "la situation sécuritaire au niveau régional demeure préoccupante", a-t-il souligné. En matière de gouvernance et de développement, "le bilan reste trop léger". Et sur le plan militaire, "les renforts européens sont précieux mais fragiles", a-t-il constaté, plaidant pour une implication accrue des Etats sahéliens.

"L'opération Barkhane (5.100 militaires français, ndlr) n'est pas éternelle, mais aujourd'hui il n'est pas question de partir parce que nos partenaires nous demandent de continuer à les aider", a réagi la ministre des Armées Florence Parly, selon qui "la sécurité des Français et des Européens en dépend".

Mi-février, le président Emmanuel Macron avait annoncé que Paris ne comptait pas réduire "dans l'immédiat" les effectifs de Barkhane, appelant d'abord à "décapiter" les groupes jihadistes, notamment ceux affiliés à Al-Qaïda, qui continuent d'agir dans la région.

La France lutte "contre les groupes terroristes qui cherchaient hier à y établir un califat islamiste et qui, battus en brèche, poursuivent aujourd'hui une stratégie meurtrière de chaos et de déstabilisation", a fait valoir pour sa part le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, insistant sur la nécessité d'un "sursaut civil" et "de développement", déjà en cours selon lui.

Ali Boumendjel: Macron acte le mea culpa de la France

Ali Boumendjel: Macron acte le mea culpa de la France
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:38 0:00

Plaidoyer visuel de l'UNICEF pour la réouverture des salles de classe

Plaidoyer visuel de l'UNICEF pour la réouverture des salles de classe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG