Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Brésil : Rousseff passe à l'attaque à la veille du vote crucial sur sa destitution

La présidente du Brésil, Dilma Rousseff

La présidente de gauche du Brésil appelle, dans une vidéo, les Brésiliens à suivre avec attention, dans le calme et la paix, le vote sur sa destitution qui doit se tenir dimanche, affirmant que ses detracteur veulent condamner une innocente et sauver des corrompus.

Dilma Rousseff est passée à l'attaque samedi à la veille d'un vote crucial au parlement sur sa destitution en diffusant un dur message contre "cette aventure putschiste" et en appelant à la mobilisation de ses partisans.

"L'accusation contre moi en cours d'examen au Congrès national est la plus grande fraude juridique et politique dans l'histoire du pays", a affirmé la chef de l'Etat dans une vidéo diffusée à l'aube par son Parti des Travailleurs (PT, gauche) au pouvoir depuis 13 ans.

Elle a appelé les "Brésiliens à suivre avec attention les événements" mais "surtout dans le calme et la paix".

Dans une tribune publiée samedi par le quotidien Folha de S. Paulo, elle accuse directement ceux qui conduisent la procédure de chercher à prendre le pouvoir pour échapper aux accusations de corruption qui pèsent sur eux.

"Ils veulent condamner une innocente et sauvent des corrompus", écrit Mme Rousseff, 68 ans.

Légitimité ?

"Quelle est leur légitimité?", s'interroge Mme Rousseff qui, ces derniers jours, a accusé son vice-président Michel Temer et le président de la Chambre des députés, Eduardo Cunha, d'être "le chef et le sous-chef" de la conspiration contre elle.

Le nom de M. Temer -- qui remplacerait Mme Rousseff si destituée --, dirigeant du parti centriste PMDB qui a lâché la majorité fin mars, a été cité par des inculpés du dossier Petrobras dans de sombres histoires de ventes illégales d'éthanol, qu'il réfute.

M. Cunha, un député du PMDB ultraconservateur, adepte d'une église évangélique néo-pentecôtiste, est inculpé pour "corruption et blanchiment d'argent" dans le cadre du scandale Petrobras.

Dilma Rousseff, une ex-guérillera sous la dictature (1964-85) et membre du PT, est accusée par l'opposition de maquillage des comptes publics en 2014, année de sa réélection, et début 2015, mais pas de corruption.

De plus, sur les 65 membres de Commission spéciale qui a recommandé de voter "pour l'impeachment", 36 sont inculpés ou ont déjà été condamnés.

Mme Rousseff a annulé samedi sa participation à une action de ses partisans qui campent sous des tentes près du stade de Brasilia Mané Garrincha, mais elle a été remplacée par l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva.

"Elle ne va pas y aller pour mener les dernières négociations pour le vote de dimanche", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la présidence à l'AFP.

Le compte à rebours est enclenché: plus de 200 millions de Brésiliens sont suspendus aux joutes enflammées des députés, réunis depuis vendredi pour une assemblée plénière marathon de trois jours qui reprend ce samedi à 11H00 (15H00GMT). Chaque parlementaire du pays-continent s'exprimera trois minutes à la tribune.

Dilma Rousseff parviendra-t-elle à sauver son mandat avec l'appui d'un tiers des députés? Ou sa destitution sera-t-elle approuvée par les deux tiers de la chambre basse (342 votes requis) et soumise à l'approbation définitive du Sénat?

L'opposition y croit

Les élus ont âprement débattu vendredi du bien-fondé de la procédure de destitution de Mme Rousseff.

Les députés du PT au pouvoir et des formations d'extrême gauche ont accusé leurs rivaux conservateurs de fomenter un "coup d'État" institutionnel pour s'emparer du pouvoir qu'ils n'ont su conquérir dans les urnes en 2014.

Dilma Rousseff et son gouvernement, "le plus corrompu de l'histoire", ont "escroqué les électeurs brésiliens" en mentant sur la gravité de la situation économique, ont rétorqué les élus conservateurs.

"Il y a eu un coup (d'Etat), oui! Quand on a caché que le pays était en faillite et que l'on a continué à faire d'immenses dépenses publiques!", a lancé le juriste Miguel Reale Junior, co-auteur de la demande de destitution.

Ces débats houleux ont ouvert l'un des chapitres les plus dramatiques de la jeune démocratie brésilienne.

Dilma Rousseff est considérablement affaiblie par 14 mois d'une crise aggravée par la récessison économique. Cette semaine, elle a essuyé une avalanche de défections au sein des partis du centre mou de sa coalition hétéroclite en miette.

L'opposition donne sa victoire pour pratiquement acquise dimanche soir.

Dimanche sous tension

Le secrétaire général de l'Organisation des Etats américains (OEA), Luis Almagro, a apporté son soutien vendredi à Mme Rousseff.

"Elle n'est pas accusée, inculpée par aucune juridiction du pays, alors que beaucoup de ceux qui vont la juger au Congrès sont accusés ou font l'objet d'une enquête", a-t-il souligné.

Face au Congrès des députés, une barrière de deux mètres de haut et d'un kilomètre de long a été érigée pour séparer les "pro-impeachment" et les "anti-putsch" qui suivront le vote des députés sur des écrans géants.

La police, en état d'alerte dans tout le pays, craint des affrontements.

De grandes manifestations de chaque camp sont prévues dimanche à Rio de Janeiro (sud-est), le long de la célèbre plage de Copacabana, à des horaires différents.

A Sao Paulo (sud-est), poumon industriel du Brésil et fief de l'opposition, les autorités prévoient une affluence d'un million de manifestants.

Avec AFP

Toutes les actualités

Bernie Sanders critiqué pour ses anciens flirts avec des régimes communistes

Bernie Sanders au milieu d'une controverse sur lson opinion au sujet de Fidel Castro

Des déclarations vantant certains aspects de la révolution cubaine et d'anciens voyages dans des pays communistes reviennent hanter la campagne de Bernie Sanders, l'actuel favori à l'investiture démocrate dans la course pour la Maison Blanche.

Le sénateur, "socialiste" autoproclamé, a déclenché depuis dimanche une cascade de condamnations dans son propre camp pour avoir salué le programme massif d'alphabétisation lancé par Fidel Castro après son arrivée au pouvoir en 1959.

Joe Biden, numéro deux de Barack Obama quand celui-ci a entamé un dégel avec le régime cubain en 2014, a fustigé une "admiration" pour des éléments de la dictature de Castro.

Le milliardaire Michael Bloomberg a rappelé de son côté le "sombre héritage" laissé par le dictateur cubain, et l'ex-maire de South Bend (Indiana) Pete Buttigieg a condamné un candidat qui "encourage les gens à regarder le bon côté du régime castriste".

Des élus démocrates de Floride, un Etat clé de l'élection présidentielle américaine accueillant une importante communauté de réfugiés cubains, ont eux mis en garde contre une victoire républicaine de Donald Trump en novembre si M. Sanders était investi par le parti pour lui faire face.

Pour les adversaires du sénateur du Vermont, cette polémique vient à point pour tenter de freiner sa dynamique victorieuse lors de la primaire en Caroline du Sud samedi.

Preuve que son investiture est devenue une vraie possibilité, Donald Trump l'attaque aussi désormais frontalement, le présentant comme un dangereux "communiste".

- "La vérité" -

Engagé à gauche très jeune, Bernie Sanders a lutté pour les droits civiques comme étudiant à l'université de Chicago, puis contre la guerre du Vietnam avant d'entrer en politique comme "indépendant".

En pleine Guerre froide, alors maire de la petite ville de Burlington, il avait fait plusieurs voyages en Union soviétique, à Cuba et au Nicaragua. Des déclarations et des photos datant des années 1980 ont resurgi ces derniers jours dans les médias et sur les réseaux sociaux.

En 1985, il salue sur la chaîne télévisée municipale le programme d'alphabétisation et le système gratuit de santé, même primitif, lancés par les Sandinistes au Nicaragua, où il vient de passer une semaine.

L'année suivante, lors d'un discours à l'université du Vermont, il rappelle son "enthousiasme" à l'annonce de la révolution cubaine, lors de laquelle "les pauvres se soulevaient contre les méchants riches".

Et en 1988, de retour d'un voyage en Union soviétique avec une délégation municipale, il se dit "impressionné" par le système de transport public et les "très belles" gares de Moscou.

Pour le directeur de la Fondation pour les victimes du communisme, Marion Smith, qui a diffusé sur son compte Twitter les déclarations de 1988 de M. Sanders, ces commentaires sont "un outrage cruel aux millions de victimes du communisme dans le monde".

Mais loin de s'excuser, l'élu du Vermont a renchéri lundi soir lors d'un débat avec le public sur la chaîne CNN.

"Je pense qu'apprendre aux gens à lire et à écrire est une bonne chose", a-t-il lancé à propos des débuts du régime castriste. Il a assuré critiquer depuis longtemps "les régimes autoritaires à travers le monde, y compris Cuba, le Nicaragua, l'Arabie saoudite, la Chine et la Russie".

Bernie Sanders a par ailleurs loué les efforts de Pékin, autre "pays autoritaire" qui a "sorti de la pauvreté extrême plus de gens qu'ailleurs dans le monde".

"C'est la vérité et ce sont les faits, fin de la discussion", a-t-il asséné.

Le nouveau coronavirus poursuit ses ravages, le monde "pas prêt à y faire face"

Un client dans une pharmacie du centre-ville de Téhéran, Iran, le 25 février 2020. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)

Le nouveau coronavirus a poursuivi mardi ses ravages à travers le monde qui, selon un expert de l'OMS, "n'est tout simplement pas prêt à y faire face".

L'épidémie apparue en décembre dans le centre de la Chine a déjà atteint un pic dans ce pays, où elle a contaminé quelque 77.000 personnes dont 2.600 sont mortes, selon l'OMS.

Elle touche de plus en plus de pays, y compris en Europe: la maladie Covid-19 concerne désormais, Chine mise à part, plus d'une trentaine d'Etats où elle a fait plus de 40 morts et 2.500 contaminations.

Le monde n'est "tout simplement pas prêt" à y faire face, a averti mardi Bruce Aylward, l'expert qui dirige la mission conjointe OMS/Chine, de retour de Pékin. "Vous devez être prêt à gérer cela à une plus grande échelle, et cela doit être fait rapidement", a-t-il ajouté, saluant en revanche le travail d'endiguement de la maladie réalisé par Pékin.

En Europe, l'Italie est le pays européen le plus touché par le nouveau coronavirus avec 7 morts et près de 300 personnes contaminées.

Trois nouvelles régions italiennes, la Toscane (centre), la Sicile (sud) et la Ligurie (nord-ouest) ont recensé des contaminations, a annoncé mardi la Protection civile.

Tous les pays voisins de l'Italie "se sont engagés à garder ouvertes leurs frontières car les fermer serait une erreur et disproportionnée", lors d'une réunion ministérielle à Rome entre Italie, France, Suisse, Autriche, Croatie, à laquelle étaient également présentes l'Allemagne et l'Union européenne.

Ils ont aussi décidé d'"évaluer au cas par cas" l'éventuelle annulation d'événements majeurs, selon un communiqué commun.

- Hôtel en quarantaine -

L'Autriche a annoncé deux premiers cas de coronavirus dans la région du Tyrol, frontalière de l'Italie. Un hôtel de la ville touristique d'Innsbruck, capitale de cette région du coeur des Alpes, a été mis en quarantaine. Une réceptionniste italienne contaminée par le virus y travaillait.

La Suisse a également annoncé un premier cas dans une région proche de l'Italie, tandis qu'en Croatie, un jeune homme revenu récemment d'Italie a été contaminé, premier cas connu dans les Balkans.

Deux nouveaux cas ont été confirmés en France, dont l'un rentrait d'Italie, selon le ministère français de la Santé, précisant que leur état de santé n'inspirait aucune inquiétude. Quatorze cas ont au total été détectés en France, un est mort et onze sont considérés comme guéris.

Aux Canaries, plusieurs centaines de touristes sont confinés dans un hôtel de l'île espagnole de Tenerife où a séjourné un Italien qui pourrait être porteur du coronavirus.

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait averti lundi que le monde restait menacé de "pandémie", à savoir une épidémie d'ampleur internationale.

L'agence de l'ONU s'inquiète particulièrement des risques pour les pays pauvres, mal équipés pour dépister et combattre le nouveau virus.

La Chine, berceau du virus, est prête à offrir assistance et matériel médical aux pays africains face à l'épidémie de coronavirus, a déclaré le président Xi Jinping.

- Pompeo exige "la vérité" --

En Iran, la mission d'une une équipe d'experts de l'OMS a été retardée, mais reste prévue. Téhéran a annoncé mardi trois nouveaux décès, portant son bilan à 15 morts, le plus lourd en dehors de la Chine.

Dans un contexte de vives tensions entre Washington et Téhéran, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a exigé de l'Iran qu'il dise "la vérité".

"Les Etats-Unis sont profondément préoccupés par les informations indiquant que le régime iranien aurait caché des détails vitaux sur l'épidémie dans ce pays", a-t-il dit.

Les Emirats arabes unis ont suspendu mardi tous les vols en provenance et à destination de l'Iran, une décision qui concerne au premier chef l'aéroport de Dubaï, le plus grand du monde pour les passagers étrangers.

Plusieurs pays de la région ont annoncé des cas de contamination chez des personnes de retour d'Iran.

En Corée du Sud, la situation est "très grave", s'est alarmé le président Moon Jae-in, alors que le nombre de contaminations a encore bondi pour atteindre près d'un millier de cas.

Le pays, qui compte désormais 10 morts, est ainsi le premier foyer mondial de contamination après son voisin chinois.

Séoul avait initialement annoncé mardi une baisse du nombre quotidien de nouvelles contaminations, avant de relever ce chiffre de 60 à 144.

La plupart du millier de cas confirmés sont liés à une secte d'inspiration chrétienne, dont une fidèle aurait contaminé des centaines d'autres croyants.

Washington, qui a appelé à "éviter tout voyage non essentiel" en Corée du Sud, envisage de "réduire" un exercice militaire prévu au printemps avec l'armée sud-coréenne. Quelque 37.000 soldats américains sont stationnés dans ce pays.

Non loin de là, le Japon a annoncé le décès d'un quatrième passager issu du paquebot Diamond Princess où près de 700 personnes ont été contaminées.

En Chine, où le nouveau coronavirus est apparu en décembre à Wuhan (centre), le bilan humain de mardi s'avérait moins dramatique. Le pays a enregistré 71 nouveaux décès en 24 heures, le chiffre le plus bas depuis près de trois semaines.

D'après l'OMS, l'épidémie a connu un "pic" puis un "plateau" entre le 23 janvier et le 2 février, soit juste après la mise en quarantaine de Wuhan (11 millions d'habitants).

En dehors de cette région, toujours en quarantaine, la vie semblait reprendre un cours un peu plus normal, notamment à Pékin où la circulation automobile s'intensifiait légèrement.

Apple a rouvert plusieurs de ses magasins fermés depuis près d'un mois. Mais les universités ne rouvriront pas tant que l'épidémie n'aura pas été maîtrisée, a averti le ministère de l'Education.

Le coronavirus change la donne de la mondialisation, a estimé le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, soulignant "la nécessité impérative de relocaliser un certain nombre d'activités et d'être plus indépendant sur un certain nombre de chaînes de production".

Aux Etats-Unis, l'administration Trump prévoit de consacrer 2,5 milliards de dollars (2,3 milliards d'euros) à la lutte contre la maladie.

Coronavirus : la contagion hors de Chine fait craindre une pandémie

Coronavirus : la contagion hors de Chine fait craindre une pandémie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Trump s'en prend à deux juges progressistes de la Cour suprême

Le président américain Donald Trump lors d'une table ronde à Roosevelt House, le mardi 25 février 2020, à New Delhi, en Inde. (Photo AP / Alex Brandon)

Donald Trump a reproché mardi à deux juges progressistes de la Cour suprême des Etats-Unis des prises de position "inappropriées" et les a appelées à se récuser dans les dossiers le concernant.

La plus haute juridiction américaine consacrera le 31 mars une audience aux déclarations d'impôts du président, qu'il refuse de rendre publiques.

A l'approche de cette audience très sensible politiquement, Donald Trump s'en est pris nommément aux juges Ruth Bader Ginsburg et Sonia Sotomayor.

Dans un tweet lundi, il a repris des accusations formulées par une commentatrice de la chaîne conservatrice Fox, selon laquelle Sonia Sotomayor a accusé ses cinq confrères conservateurs de la Cour suprême d'avoir "un préjugé en faveur de Trump".

"C'est terrible. Essaie-t-elle de leur faire honte pour qu'ils votent comme elle? Elle n'a jamais critiqué la juge Ginsburg quand elle m'a traité d'+imposteur+. Les deux devraient se récuser...", a-t-il écrit.

Mardi, lors d'une conférence de presse en Inde, il est revenu à la charge.

La juge Ginsburg "s'était déchaînée pendant la campagne (...) Elle a dit des choses très inappropriées", a-t-il dit.

Lors d'une interview en 2016, la doyenne de la Cour avait bien qualifié le candidat républicain d'"imposteur". Elle s'était ensuite excusée.

Donald Trump a reproché à Sonia Sotomayor des commentaires rédigés pour exprimer son désaccord avec ses collègues dans une décision prise à une courte majorité (les cinq conservateurs contre les quatre progressistes) en fin de semaine dernière.

"C'était très inapproprié, une déclaration terrible pour un juge de la Cour suprême", a-t-il assuré. "Je crois qu'elle essayait de faire honte à ceux qui pourraient avoir une opinion différente d'elle".

La magistrate explique dans ce document de sept pages son "inquiétude" face à la tendance croissante du gouvernement de faire appel à la Cour suprême en urgence, sans attendre que tous les échelons de l'appareil judiciaire se soient prononcés.

"Il est difficile de dire ce qui est le plus troublant: que le gouvernement ait recours à cette procédure extraordinaire de manière automatique, ou que la Cour lui accorde raison", a-t-elle notamment écrit.

Sur Twitter, Steve Vladeck, professeur de droit à l'université du Texas, a volé à son secours. La juge Sotomayor n'accuse pas ses confrères "d'être pro-Trump" et "elle a raison" d'écrire qu'ils "font peser la balance en faveur du gouvernement dans les recours d'urgence".

Selon une de ses études, le gouvernement de Donald Trump a introduit 20 recours d'urgence au cours de ses deux premières années et demi au pouvoir, contre huit par les administrations Bush et Obama au cours des seize années précédentes.

Le chanteur Placido Domingo demande pardon aux victimes de harcèlement sexuel

Placido Domingo lors d'un concert à Szeged, Hongrie, 28 août 2019.

Le ténor espagnol Placido Domingo, accusé aux Etats-Unis de harcèlement sexuel par une vingtaine de femmes, leur a demandé pardon, après avoir nié pendant des mois.

"Je veux qu'elles sachent que je suis sincèrement désolé pour la souffrance que je leur ai causée. J'accepte toute la responsabilité de mes actes", a indiqué le chanteur de 79 ans dans un communiqué publié par son agent à Los Angeles, ville dont il a quitté en octobre la direction de l'opéra, qu'il occupait depuis 2003, suite à ces accusations.

Ce revirement est intervenu quelques heures avant que le syndicat américain représentant les chanteurs d'opéra publie les résultats de l'enquête qu'il avait lancée en septembre sur les accusations visant Placido Domingo, concluant qu'il avait eu "un comportement inapproprié".

"L'enquête conclut que M. Domingo a eu un comportement inapproprié allant du flirt aux avances sexuelles au sein et à l'extérieur de son lieu de travail", a annoncé la American Guild of Musical Artists (AGMA) dans un communiqué, en soulignant que les victimes n'avaient pas parlé plus tôt par "peur de représailles" professionnelles. Le syndicat indique que son conseil d'administration a accepté les conclusions de cette investigation "et prendra les mesures appropriées".

Dans une enquête publiée en août par l'agence Associated Press, neuf femmes ont affirmé avoir été harcelées par le chanteur à partir de la fin des années 1980. Elles avaient évoqué pour l'une d'entre elles une main sous la robe, pour d'autres des baisers imposés ou des gestes déplacés, tels une main sur le genou lors d'un déjeuner.

Plusieurs de ces femmes avaient indiqué que leur carrière avait pris un coup après qu'elles eurent rejeté ses avances. Associated Press avait publié ensuite en septembre une seconde enquête affirmant que onze autres femmes, se disant elles aussi victimes, s'étaient manifestées.

- Le temps de la réflexion -

Dans son communiqué, Placido Domingo assure mardi "avoir pris le temps ces derniers mois de réfléchir aux accusations" et indique "comprendre maintenant que certaines femmes aient pu avoir peur de s'exprimer en raison de la crainte d'un impact sur leur carrière".

Après ces accusations de harcèlement sexuel, le chanteur a renoncé à se produire au Metropolitan Opera de New York tandis que d'autres opéras américains ont annulé ses représentations, marquant ainsi la fin de sa carrière aux Etats-Unis.

Il a en revanche continué à se produire en Europe où il a de nombreuses représentations prévues ces prochains mois à Hambourg, Moscou, Madrid, Vienne, Vérone, Londres....

Avant de demander pardon, Placido Domingo avait nié fermement pendant des mois. "Les allégations de ces individus anonymes qui remontent parfois à 30 ans sont profondément troublantes et, telles que présentées, inexactes", avait-il réagi en août. En novembre, il avait en outre assuré n'avoir "jamais exercé de représailles, raccourci ou brisé la carrière de qui que soit."

Voir plus

XS
SM
MD
LG