Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Bissau: incinération d'une saisie record de 800 kg de cocaïne

700kg de cannabis 700kg, 10kg d’héroïne, plus de cinq kg de cocaïne, plus de 500 kg de psychotropes, des centaines de kilo de produits pharmaceutiques contrefaites brûlées à Dio au Mali, 28 mars 2018. (VOA/Kassim Traore)

Une cargaison record de quelque 800 kg de cocaïne saisie le 9 mars à Bissau a été incinérée jeudi en présence de membres du gouvernement, dont le Premier ministre, Aristide Gomes, et de responsables de l'ONU, selon des journalistes de l'AFP.

L'instabilité et la pauvreté de cette ancienne colonie portugaise d'Afrique de l'Ouest y ont favorisé l'implantation de narcotrafiquants, utilisant son territoire comme zone de transit de la cocaïne entre l'Amérique latine et l'Europe, sous la protection de hauts gradés.

Lors de la cérémonie en présence d'agents d'Interpol et de militaires de la force ouest-africaine Ecomib, M. Gomes a qualifié la lutte contre le trafic de drogue de "combat vital", à la fois "pour défendre les institutions, pour défendre la République", mais aussi pour attirer les investisseurs.

Il faut "la coopération internationale pour que ça soit efficace. Et on va renforcer la formation aussi pour faire face à ce combat", a indiqué de son côté le ministre de l'Intérieur, Edmundo Mendes.

A la veille des élections législatives de dimanche, ces quelque 800 kg de cocaïne ont été saisis à la sortie nord de la capitale dans un camion frigorifique de poisson immatriculé au Sénégal, destiné à transiter par le nord du Mali, selon la police.

Quatre suspects - deux Nigériens, un Sénégalais et un Bissau-Guinéen - ont été arrêtés, tandis qu'un capitaine de l'armée bissau-guinéenne et deux Maliens étaient toujours recherchés, a indiqué mardi le directeur adjoint de la police judiciaire, Domingos Monteiro Correia. L'un des deux Nigériens arrêtés est un collaborateur du président de l'Assemblée nationale du Niger et le Sénégalais le chauffeur du camion.

Il s'agit de la plus grande saisie de ce type depuis celle de quelque 700 kg de cocaïne pure dans une villa à la périphérie de Bissau en 2007.

L'ONU a salué ces dernières années les progrès réalisés dans la lutte contre le narcotrafic depuis les élections de 2014.

Mais elle a regretté en décembre que depuis avril 2018, date de la désignation d'un gouvernement de consensus dirigé par M. Gomes pour conduire le pays aux élections, la volonté des autorités en la matière se soit "peu affermie".

See all News Updates of the Day

Le nouveau visage de l’ANR

Le nouveau visage de l’ANR
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Des groupes armés signataires exigent la démission du 1er Ministre

Des groupes armés signataires exigent la démission du 1er Ministre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

L'armée prend ses distances avec le président Bouteflika

L'armée prend ses distances avec le président Bouteflika
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Les secours dépassés par l'ampleur du cyclone Idai

Les secours dépassés par l'ampleur du cyclone Idai
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Les signataires de l'accord de Bangui s'accordent sur un nouveau gouvernement

Le président Faustin Archange Touadera de la Centrafrique, à Bangui, 30 mars 2018. (VOA/Freeman Sipila)

Les autorités et les quatorze groupes armés signataires de l'accord de paix en Centrafrique négocié début février à Khartoum se sont mis d'accord sur "un gouvernement inclusif" à Addis Abeba, a annoncé mercredi l'Union africaine (UA).

"Je suis heureux d'annoncer qu'aujourd'hui au siège de l'Union africaine, les signataires ont trouvé un accord sur un gouvernement inclusif en Centrafrique", a écrit sur Twitter le commissaire à la paix et à la sécurité de l'UA et principal médiateur de cette réunion, Smaïl Chergui.

"Félicitations au peuple de Centrafrique pour cette réalisation et, par la suite, pour un nouveau départ dans la mise en oeuvre de l'accord", a-t-il ajouté au terme d'une réunion de suivi de l'accord centrafricain débutée lundi à Addis Abeba.

Cette réunion avait été convoquée par l'UA le 6 mars dernier après l'annonce du nouveau gouvernement issu de l'accord négocié à Khartoum jugé insuffisamment "inclusif" par la majorité des groupes armés.

Sur les 14 groupes armés signataires, plus de la moitié avaient désavoué le gouvernement formé, le jugeant trop semblale à l'ancien.

La composition de la nouvelle équipe gouvernementale n'a pas été dévoilée, mais elle le sera "probablement dans les prochains jours", a indiqué à l'AFP un participant de la réunion.

"Les concessions sont difficiles, douloureuses, mais elles sont le prix de la paix", avait déclaré plus tôt dans la journée le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat.

"La paix définitive en RCA est à portée de votre main. Tout dépend de votre volonté", avait-il lancé aux parties prenantes.

Cet accord de paix, soutenu par tous les partenaires de Bangui et préparé depuis 2017 par l'Union africaine, est le huitième signé depuis le début de la crise.

Aucun des précédents accords n'a abouti à un retour de la stabilité, pas plus que la présence de la Minusca, déployée en 2014 et forte de 11.000 Casques bleus.

Riche en ressources naturelles, la Centrafrique est déchirée par la guerre depuis 2013. Près d'un quart de ses 4,5 millions d'habitants ont dû fuir leurs domiciles.

Voir plus

XS
SM
MD
LG