Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sports

Belgique-Angleterre, petite finale au parfum de revanche

L'Anglais Ruben Loftus-Cheek, à gauche, et le Belge Thorgan Hazard lors du match du groupe G entre l'Angleterre et la Belgique à la Coupe du monde 2018 au Kaliningrad Stadium à Kaliningrad, Russie, 28 juin 2018.

Ce n'est pas celle qu'ils auraient aimé jouer, mais les Belges et les Anglais disputeront samedi la petite finale de la Coupe du monde à St-Pétersbourg. Un match pour la troisième place au goût forcément amer mais qui couronne deux brillants parcours.

La Belgique et l'Angleterre se sont déjà affrontés au début du Mondial-2018, en phase de poule, lorsque les Diables Rouges avaient battu (1-0) les Trois Lions pour s'emparer de la tête du Groupe G.

- Les Anglais veulent une médaille

Depuis, les hommes de Gareth Southgate sont montés en puissance et ont longtemps donné espoir à toute une nation d'accrocher une deuxième étoile sur le maillot anglais: ils ont mis fin à leur malédiction aux tirs au but face à la Colombie en huitièmes, fait craquer la défense de glace suédoise en quarts, avant de buter, aux prolongations, sur les redoutables Croates en demie. Un dernier carré qu'ils n'avaient plus atteint depuis 1990!

"En terme de mentalité, cela a évidemment été vraiment difficile pour nous ces deux derniers jours", a reconnu vendredi le sélectionneur anglais en référence à la défaite mercredi.

"Il y a beaucoup de motivation", a-t-il toutefois nuancé: "la Belgique nous a déjà battus donc on aimerait régler ça". Pour ce faire, Gareth Southgate prévoit d'aligner un onze de départ qui ne sera "pas exactement le même" que contre les Croates.

>> Lire aussi : France et Croatie pour la gloire, Angleterre et Belgique pour l'honneur

"Nous avons l'occasion de remporter une médaille à la Coupe du monde, ce que seule une autre équipe anglaise a déjà réalisé."

Cette petite finale aura aussi un air de duel de buteurs, entre l'attaquant de Tottenham Harry Kane, meilleur réalisateur de la compétition (6 buts) et son plus proche poursuivant, Romelu Lukaku (4 buts), pointe d'une Belgique meilleure attaque du Mondial et qui a impressionné par son jeu offensif et ambitieux.

- "Mentalité de gagnant"

Mais c'est plutôt sur l'ancien Lillois Eden Hazard que le sélectionneur espagnol de la Belgique, Roberto Martinez, entend s'appuyer: "C'est quelqu'un qui a une mentalité de gagnant (...). Avec la maturité qu'il a maintenant, vous pouvez construire un projet gagnant autour de lui".

"Il est l'un des footballeurs les plus complets dans le jeu moderne", a encensé le technicien vendredi en conférence de presse. "Il est probablement l'un des meilleurs en un-contre-un."

Reste que pour les Belges et leur "génération dorée", la défaite en demi-finale face à la France semble plus difficile à digérer. Ce sera en tout cas l'occasion d'une démonstration après certains propos tenus suite à l'échec au pied de la finale, le soir de la défaite.

"Des quatre équipes en demies, on est peut-être l'équipe la plus forte. Mais dans le foot ce n'est pas toujours le meilleur qui va gagner", avait par exemple pesté le gardien Thibaut Courtois.

Les Anglais, eux, se veulent plus philosophes et entendent capitaliser sur ce parcours inespéré.

>> Lire aussi : La France en finale du Mondial 2018

"Je pense qu'il y a une affinité et quelque chose sur lequel on peut construire", a ainsi déclaré vendredi Gareth Southgate, prenant l'exemple de l'Allemagne qui avait chuté en demi-finale du Mondial-2006 avant de remporter la petite finale.

"Le mauvais côté" de la chose, poursuit le sélectionneur, "c'est que cela leur avait pris huit années supplémentaires pour gagner" une nouvelle Coupe du monde.

Avec AFP

Toutes les actualités

Votre page des sports du 21 août avec Yacouba Ouédraogo

Votre page des sports du 21 août avec Yacouba Ouédraogo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:20 0:00

Le foot, pour lutter contre la stigmatisation

Le foot, pour lutter contre la stigmatisation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:45 0:00

Alain Giresse n'est plus sélectionneur de la Tunisie

Alain Giresse lors d'un match entre le Sénégal et l'Algérie, Guinée Equatoriale, le 27 janvier 2017

La Fédération tunisienne de football (FTF) a annoncé mercredi avoir mis fin "à l'amiable" à son contrat avec l'entraîneur français Alain Giresse, ancien joueur star des années 1970-80, qui occupait le poste de sélectionneur depuis moins d'un an.

Dans un bref communiqué publié sur sa page Facebook, la FTF ne précise pas les raisons de cette décision, ni le nom du nouveau sélectionneur des Aigles de Carthage.

En décembre 2018, M. Giresse avait signé un contrat de 18 mois renouvelable pour entrainer l'équipe nationale tunisienne en remplacement du Tunisien Faouzi Benzarti.

Après des débuts chaotiques, la Tunisie s'est, cette année, hissée en demi-finale de la Coupe d'Afrique des nations, où elle a été battue par le Sénégal.

Giresse, 67 ans, a longtemps été un pilier des Girondins de Bordeaux et de l'équipe de France (47 sélections). Comme entraîneur, il a successivement dirigé le Gabon (2006-2010), le Mali (2010-2012) et le Sénégal (2013-2015), avant de retourner au Mali entre 2015 et 2017.

Il a démissionné en septembre 2017, à la suite des mauvais résultats de la sélection lors des qualifications pour le Mondial-2018 en Russie, auquel elle n'a pas participé.

La Kényane Hellen Obiri s'alignera sur 5.000 et 10.000 m aux Mondiaux d'athlétisme

Hellen Onsando Obiri lors du 5.000 m des jeux olympiques d'été, Rio de Janeiro, le 16 aout 2016

La spécialiste kényane du demi-fond Hellen Obiri a annoncé mercredi qu'elle allait s'aligner à la fois sur le 5km et sur le 10km aux Mondiaux de Doha (28 septembre-6 octobre).

Disposant d'une wild card pour le 5.000 m dont elle est la tenante du titre, elle s'est qualifiée pour le 10.000 m en terminant deuxième de la course qualificative de la fédération kényane mercredi, derrière la médaillée de bronze aux Mondiaux de 2017 Agnes Tirop.

Obiri ambitionne de devenir l'une des rares athlètes à gagner sur les deux distances lors d'un même championnat. "Le temps humide m'a été favorable les trois fois où j'ai couru à Doha", a justifié la coureuse de 29 ans à l'AFP.

"Je sais que la mission sera dure mais je compte augmenter mon entraînement les cinq prochaines semaines avant de partir à Doha".

La Fifa nomme un comité de normalisation à la fédération égyptienne

Mohamed Salah remporte le match de qualification à la CAN 2019 entre l’Egypte et le Niger, Egypte, le 8 septembre 2018.

Un comité de normalisation a été nommé par la Fifa pour gérer la Fédération égyptienne de football (EFA), à la suite de la démission de son président durant la Coupe d'Afrique des Nations, a annoncé mardi l'instance.

Le président de la Fédération égyptienne, Hani Abou Rida, avait présenté "sa démission" et "limogé" toute l'équipe technique de la sélection nationale après son élimination surprise début juillet en 8e de finale de la CAN, disputée en Egypte.

Tous les membres du conseil d'administration de la fédération avaient également été invités à présenter leur démission.

"Conformément à ses statuts", la FIFA a nommé un comité de normalisation qui devra notamment "assurer la gestion des affaires courantes" et "organiser des élections pour tous les membres de l'EFA", a indiqué l'instance dans un communiqué.

Ce comité, composé de cinq personnes, est présidé par Amr Youssef Hassan El Ganainy.

La mission de ce comité expirera au plus tard au 31 juillet 2020.

Voir plus

XS
SM
MD
LG