Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Donald Trump reçoit Kanye West à la Maison Blanche

Le rappeur Kanye West avec le président Donald Trump dans le bureau ovale de la Maison Blanche, à Washington, le 11 octobre 2018.

La scène est pour le moins singulière: un rappeur, Kanye West, monopolisant la parole pendant 10 minutes, caquette sur la tête et téléphone portable posé sur le bureau du président des Etats-Unis, pour parler de ses attributs masculins, de ses troubles mentaux et de violences urbaines.

Donald Trump avait décidé de recevoir jeudi à la Maison Blanche la superstar du rap, un de ses supporters les plus fervents, preuve selon le président américain de sa popularité auprès de l'électorat noir.

Devant la presse et accompagné de l'ancien joueur de football américain Jim Brown, "Ye", comme il veut se faire appeler actuellement, s'est présenté dans le Bureau ovale coiffé de la célèbre casquette rouge barrée du slogan de campagne du candidat Trump, "Make America Great Again".

"Il y a quelque chose quand je mets cette casquette, ça me fait me sentir comme Superman. C'est mon super-héros préféré".

Il s'est ensuite défini comme quelqu'un qui "admirait" le président américain et le secteur industriel, "sans politique, ni conneries", a-t-il précisé.

Continuant d'utiliser un langage peu adapté à la solennité du lieu, il a assuré avoir eu "les couilles" de porter la casquette.

Il a ensuite expliqué, par souci de protectionnisme économique comme Donald Trump, avoir demandé à l'entreprise de matelas Casper de relocaliser leurs sites de production sur le sol américain.

Dans un tourbillon de paroles, il s'est également ouvert sur la bipolarité qui lui a été diagnostiquée, expliquant qu'il manquait simplement de sommeil.

Au passage, il a déverrouillé son iPhone devant les caméras, dévoilant son - peu imaginatif - code secret: 00000

A la fin de son monologue, pendant lequel le président Trump s'est contenté d'opiner, les deux hommes se sont enlacés, avant d'aller déjeuner loin des caméras.

"Je vais vous dire quelque chose c'était assez impressionnant", a commenté le milliardaire républicain.

"C'était quelque chose".

Kanye West et Donald Trump lors d'une rencontre le 13 décembre 2016.
Kanye West et Donald Trump lors d'une rencontre le 13 décembre 2016.

"C'est un génie"

Le matin, lors d'une interview sur la chaîne conservatrice Fox News, l'ancien magnat de l'immobilier était revenu sur sa relation avec "Ye": "Je l'aime beaucoup, c'est un ami à moi, je le connais depuis longtemps".

"Dans le monde de la musique on dit que c'est un génie", a-t-il ajouté à propos du rappeur de Chicago, l'une des plus grosses stars du rap aux Etats-Unis et à travers le monde.

Kanye West avait apporté son soutien à Donald Trump après son élection en novembre 2016, en lui rendant notamment visite à la Trump Tower de New York.

Une telle prise de position avait détonné dans le milieu du rap américain, majoritairement noir et opposé au milliardaire républicain.

Depuis, Kanye West s'affiche régulièrement avec la casquette rouge "MAGA" qu'il portait jeudi à la Maison Blanche. Il a également expliqué considérer l'homme d'affaires comme son "frère".

"Quand Kanye a révélé (sa position) il y a quelques mois, quelque chose s'est passé, j'ai monté de 25% dans les sondages. Du jamais-vu. Il est très suivi au sein de la communauté noire. Très, très suivi", a assuré M. Trump jeudi matin sur Fox News.

"J'ai beaucoup de soutien chez les Afro-américains et ça s'est pas mal développé récemment avec Kanye", a-t-il poursuivi.

Au cours de leur déjeuner Kanye West doit évoquer avec lui plusieurs sujets, comme la réforme carcérale et la violence à Chicago, sa ville d'origine ravagée par les affrontements entre gangs.

En mai, le président avait déjà reçu la femme du chanteur, Kim Kardashian.

Avec AFP

Toutes les actualités

Joe Biden est en tête des sondages devant le président sortant Donald Trump

Joe Biden est en tête des sondages devant le président sortant Donald Trump
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

Une tragédie s'abat sur la communauté sénégalaise de Denver, au Colorado

Une tragédie s'abat sur la communauté sénégalaise de Denver, au Colorado
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:15 0:00

Black Lives Matter: pourquoi il ne faut pas abolir la police

Black Lives Matter: pourquoi il ne faut pas abolir la police
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

Coronavirus: état des lieux dans le monde

Coronavirus: état des lieux dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Sanctions américaines contre Abass Sidiki, chef de la milice des 3R en RCA

Un soldat monte la garde près d'anciens enfants soldats anti-Balaka attendant d'être libérés d'un camp à Batangafo, en République centrafricaine, 28 août 2015. AFP PHOTO / EDOUARD DROPSY

Le Trésor américain a imposé des sanctions contre Bi Sidi Souleymane alias Sidiki Abbas, le chef de la milice dite des "3R" (Retour, Réclamation et Réhabilitation) en République centrafricaine, a-t-on appris vendredi de source officielle.

Ces sanctions font suite à des mesures similaires prises par le Conseil de sécurité des Nations unies, selon un communiqué du Trésor.

D’après les autorités américaines, le groupe 3R aurait tué, torturé, violé et déplacé des milliers de civils depuis 2015 et M. Souleymane aurait lui-même participé à ces exactions.

Par ailleurs, le Comité des sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies pour la RCA a mis en place un gel des avoirs et une interdiction de voyager à l'encontre de M. Souleymane.

Selon les lois américaines, désormais les avoirs de M. Souleymane aux États-Unis ou sous le contrôle de ressortissants américains sont systématiquement gelés.

Pour rappel, la milice 3R le groupe armé le plus imposant en Centrafrique. Son chef, M. Souleymane, est un Camerounais qui se positionne comme le défenseur des peuples peuls, selon plusieurs sources concordantes.

Voir plus

XS
SM
MD
LG