Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Au moins 31 morts dans des attaques suicides dans le nord-est du Nigeria


Des soldats nigérians écoute leurs supérieurs lors d'un entraînement à Makurdi, au Nigeria, le 4 octobre 2017.

Des djihadistes présumés de Boko Haram ont tué au moins 31 personnes lors d'un double attentat-suicide à la bombe dans une ville du nord-est du Nigeria, a déclaré dimanche à l'AFP un responsable local et un chef de milice.

Deux explosions ont ravagé la ville de Damboa dans l'Etat de Borno samedi soir, ciblant des personnes revenant de la fête de l'Eid al-Fitr, dans une attaque portant toutes les marques de Boko Haram.

À la suite des attentats-suicides, les djihadistes ont tiré des grenades propulsées par fusée sur la foule rassemblée sur les lieux des attentats, ce qui a fait augmenter le nombre de victimes.

"Il y a eu deux attentats-suicides et des explosions de grenades propulsées par roquettes à Damboa la nuit dernière qui ont fait 31 morts et plusieurs autres blessés", a déclaré le chef de la milice locale Babakura Kolo.

>> Lire aussi : Démantèlement de trafic d'êtres humains au Nigeria à l'occasion du Mondial

Deux kamikazes ont fait exploser leurs explosifs à Shuwari et dans les environs d'Abachari dans la ville vers 22h45 (21h45 GMT), tuant six résidents, a déclaré Kolo, en provenance de Maiduguri, la capitale de l'Etat, à 88 kilomètres de la ville.

"Personne n'a besoin de savoir que c'est le travail de Boko Haram", a déclaré Kolo.

Un responsable du gouvernement local, qui a parlé sous le couvert de l'anonymat, a confirmé le nombre de morts.

"Le dernier bilan est maintenant de 31 morts, mais cela pourrait augmenter car beaucoup de blessés ne survivront peut-être pas", a déclaré le responsable.

"La plupart des victimes étaient des projectiles lancés depuis l'extérieur de la ville quelques minutes après l'attaque de deux kamikazes", a-t-il dit.

L'attaque est le dernier exemple de la menace continue de Boko Haram pour le Nigeria et la région du lac Tchad, a déclaré Ryan Cummings, analyste Afrique au cabinet de conseil Signal Risk en Afrique du Sud.

"Boko Haram maintient toujours l'intention et la capacité opérationnelle de lancer des attaques de masse dans certaines parties du nord-est du Nigeria", a déclaré M. Cummings, malgré les affirmations répétées du gouvernement selon lesquelles le groupe est sur la défensive.

L'utilisation des roquettes est "particulièrement visible", a déclaré Cummings, car elle "indique que la secte continue d'avoir accès à des armes militaires."

"L'insurrection de Boko Haram ne montre aucun signe immédiat de" relâchement ", a déclaré M. Cummings.

Les attentats suicides

Le groupe djihadiste a régulièrement déployé des kamikazes - dont de nombreuses jeunes filles - dans des mosquées, des marchés et des camps abritant des personnes déplacées par l'insurrection qui a duré neuf ans.

Le 1er mai, au moins 86 personnes ont été tuées dans deux attentats-suicides visant une mosquée et un marché voisin dans la ville de Mubi, dans l'Etat voisin de l'Adamaoua.

Les attaques ont dévasté le nord-est du Nigeria, l'une des régions les plus pauvres du pays où l'analphabétisme et le chômage sont endémiques.

Cherchant des objectifs et de l'argent, les jeunes hommes désabusés et sans emploi se sont tournés vers l'islam radical de Boko Haram, qui dénigre le colonialisme occidental et l'Etat nigérian moderne.

Dans leur quête pour se débarrasser d'un califat, les djihadistes ont rasé des villes, kidnappé des femmes et des enfants et massacré des milliers d'autres, mettant beaucoup d'autres au bord de la famine.

Le président nigérian Muhammadu Buhari est arrivé au pouvoir en 2015, promettant d'éradiquer Boko Haram, mais les djihadistes continuent de multiplier les attaques, ciblant à la fois les civils et les forces de sécurité.

Les militants ont pris d'assaut le Collège technique des filles de gouvernement à Dapchi le 19 février, en saisissant plus de 100 écolières dans une copie carbone de l'enlèvement à Chibok en 2014 qui a provoqué l'indignation mondiale.

La violence meurtrière a mis Buhari sous pression à l'approche des élections de février prochain.

Avec Boko Haram, Buhari fait face à la menace continue des militants dans le sud riche en pétrole, les séparatistes dans le sud-est et une recrudescence de la violence communautaire dans la région centrale du pays.

Avec AFP

Voir les commentaires (1)

Ce forum a été clos.
XS
SM
MD
LG