Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Au moins 30 "bandits" tués lors des opérations conjointes des armées des Niger et Nigeria

Des soldats à Mainé Soroa dans la région de Diffa, au Niger, le 5 septembre 2016. (VOA/Abdoul-Razak IDRISSA)

Une trentaine de "bandits" auteurs de rapts et de razzia de bétail ont été tués et plusieurs de leurs bases détruites lors d'opérations conjointes des armées du Niger et du Nigeria le long de la frontière des deux pays, a annoncé le ministre nigérien l'Intérieur.

"Nous venons de faire un bilan des opérations: ce ne sont pas moins de trente bandits qui ont été tués, une dizaine faits prisonniers et douze de leurs bases ont été démantelées", a affirmé à la télévision nigérienne le ministre, Bazoum Mohamed. Les bases détruites sont localisées sur le territoire nigérian, a-t-il ajouté.

Les opérations qui ont été menées au cours des trois dernières semaines par les deux armées ont principalement concerné des espaces situés entre la région nigérienne de Maradi (centre-sud) et la frontière nigériane, a indiqué le ministre qui venait de séjourner dans la zone.

Le "sanctuaire" des bandes armées est implanté au cœur d'une forêt dense et ces bandes rendent "la vie particulièrement pénible pour les populations" riveraines, a-t-il déploré.

Au Niger, les bandits procèdent à des enlèvements de personnes contre des demandes de rançons, braquent des commerçants et font des razzias du bétail "à grande échelle" qu'ils conduisent au Nigeria, a décrit le ministre.

La situation s'est aggravée au point où les présidents du Niger, Mahamadou Issoufou et du Nigeria, Muhammadu Buhari, avaient "convenu d'une coopération militaire" pour endiguer le phénomène, a souligné Bazoum Mohamed.

"Nous sommes en train de procéder au nettoyage" et "nous avons désormais une maîtrise totale de la situation", a-t-il assuré.

"C'est ensemble que nous opérons", a dit M. Bazoum Mohamed à propos des interventions,

En août, Niamey avait déjà annoncé le renforcement de la surveillance de sa frontière dans la région de Maradi qui fait face à un afflux de réfugiés, aux vols de bétail et à des prises d'otages ayant pour origine le Nigeria.

Avec AFP

Toutes les actualités

La RDC au seuil d'une semaine politique intense avec le retour de Katumbi

L'opposant congolais en exil Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle en République démocratique du Congo, à Kigali, Rwanda, le 27 avril 2018.

Le retour de l'opposant Moïse Katumbi, annoncé lundi à Lubumbashi, marque le coup d'envoi d'une semaine politique intense en RDC, avec la nomination attendue d'un Premier ministre de consensus entre l'actuel président Félix Tshisekedi et son prédécesseur, le "président honoraire" Joseph Kabila.


Allié puis adversaire de l'ancien président Kabila, Moïse Katumbi est attendu dans la capitale du Katanga minier trois ans jour pour jour après son départ, en pleine tourmente judiciaire.

"Aujourd'hui déjà en Afrique...et demain, de retour sur ma terre natale, auprès de mon peuple, avec les miens", a déclaré sur Twitter Moïse Katumbi qui pourrait rejoindre Lubumbashi depuis l'Afrique du Sud en jet privé.

Aucune autorité n'a indiqué qu'il pourrait être empêché d'arriver. Début août dernier, sous le régime Kabila, l'opposant avait tenté en vain de rentrer au Congo par voie terrestre pour déposer sa canditure à l'élection présidentielle.

L'ex-gouverneur du Katanga, riche homme d'affaires et président du club de foot TP Mazembe, avait été qualifié de "Judas" par M. Kabila. Son retour au pays, après l'annulation d'une condamnation à trois ans de prison, marque un signe de détente, quatre mois après l'investiture du nouveau président Félix Tshisekedi.

"Je suis dans l'opposition", a précisé M. Katumbi qui a soutenu l'autre opposant Martin Fayulu à l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Leur plate-forme électorale "Ensemble pour le changement" doit devenir un parti politique, avec une inconnue de taille: le rôle de l'un et l'autre.

A Lubumbashi, ses partisans ont sillonné dès dimanche les artères de la ville à bord d'un camion remorque bondé, sous une importante présence policière.

"Le retour de Moïse est comparable au retour de Jésus pour les chrétiens. Il vient mettre un terme aux souffrances imposées par Kabila", a osé l'un de ses partisans, Robot Muteba.

Des dizaines de députés ont effectué le déplacement de Lubumbashi. "Rappelez vous que nous étions venus ici lorsqu'il subissait la persécution de l'ancien régime (de Kabila)", a déclaré à l'AFP l'opposant Franck Diongo, lui-même fraichement gracié par le nouveau président Tshisekedi.

Hasard du calendrier, le retour de M. Katumbi correspond avec la visite lundi à Kinshasa du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. "Je ne crois pas au hasard", glisse un conseiller du président Tshisekedi.

La France est l'un des pays européens les plus impliqués dans le dossier de la stabilisation de la RDC, le plus grand pays d'Afrique sub-saharienne. C'est Paris qui prend l'initiative des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies sur la RDC.

M. Le Drian doit rencontrer le président Tshisekedi dans la matinée et doit visiter l'Institut national de recherche biomédicale (INRB), en pointe dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola dans l'est du pays.

Samedi devant les ambassadeurs de l'Union européenne et du Canada, M. Tshisekedi a annoncé qu'il connaissait le nom de son Premier ministre, et que sa nomination interviendrait dans la semaine.

Le candidat doit pouvoir travailler à la fois avec M. Tshisekedi, proclamé vainqueur de l'élection du 30 décembre, et M. Kabila, dont le Front commun pour le Congo (FCC) a gardé tous les autres leviers du pouvoir.

Les deux hommes sont liés par une "alliance" ou une "coalition". Les partisans de M. Kabila devraient conserver la majorité des postes au gouvernement, avec des négociations sensibles sur les ministères stratégiques comme les Mines.

A la veille de cette semaine peut-être la plus importante depuis les élections, Kinshasa s'est emballée l'espace d'un après-midi au son d'une étrange information: l'arrestation de l'ancien porte-parole du régime Kabila Lambert Mende, finalement très vite relâché.

Interrogé par la presse congolaise, M. Mende affirme avoir été brutalisé et accuse le ministre intérimaire de l'Intérieur Basile Olongo de vouloir lui "faire la peau" pour une "affaire diamants".

Lambert Mende, l'ex-porte-parole du régime Kabila brièvement arrêté puis relâché

Lambert Mende dans les studios de VOA, Washington, le 31 janvier 2018

Le porte-parole du régime de l'ex-président de la République démocratique du Congo Joseph Kabila, Lambert Mende, a été brièvement arrêté dimanche à Kinshasa, ont indiqué à l'AFP ses proches.

"Il a été relâché après avoir été torturé", a affirmé un membre de son cabinet, Auguy Kande, qui n'a pas précisé son lieu de détention.

"L'honorable (député) Lambert Mende a été brutalement enlevé à son domicile aujourd'hui par quatre Jeeps de la police et de l'armée", avait auparavant affirmé à l'AFP son secrétaire particulier, Franck Diefu.

"C'est sur ordre du vice-ministre de l'Intérieur qui assure l'intérim, Basile Olongo", avait assuré l'ancien patron de l'Agence nationale de renseignements (ANR), Kalev Mutond, qui avait prévenu des médias.

La porte-parole du gouvernement par intérim Marie-Ange Mushobekwa a renvoyé l'AFP vers la police, laquelle n'était pas joignable pour l'instant.

Lambert Mende, 66 ans, a été l'indéfectible ministre de la Communication et porte-parole des gouvernements de Joseph Kabila pendant plus de dix ans entre 2008 et début 2019.

Il a quitté son ministère après avoir été élu député de sa province d'origine du Sankuru (centre) à l'issue des élections générales du 30 décembre 2019.

M. Mende a tenté ensuite de se faire élire gouverneur de la province du Sankuru où sa candidature a suscité des remous. Des députés provinciaux ont refusé de voter pour sa candidature unique.

Félix Tshisekedi a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle du 30 décembre. Son investiture le 24 janvier en présence de son prédécesseur a marqué la première transmission pacifique du pouvoir au Congo.

M. Tshisekedi est lié par une alliance de coalition avec M. Kabila dont les proches ont gardé tous les leviers du pouvoir, selon le résultat officiel des élections du 30 décembre.

La présidence a promis pour cette semaine la nomination d'un Premier ministre qui doit être compatible avec le président Tshisekedi et le "président honoraire" Kabila.

Libye: les forces anti-Haftar dotées de dizaines de blindés en renfort

De gauche à droite, le maréchal de l'armée nationale libyenne Khalifa Haftar, président du Parlement libyen basé à Tobruk, dans l'est du pays, Aguila Saleh Issa, président du conseil de gouvernement libyen Fayez al-Sarraj et président du Conseil supérieur

Les forces du Gouvernement d'union nationale (GNA) basé à Tripoli ont annoncé samedi avoir reçu des dizaines de blindés en renfort pour repousser les troupes du maréchal Khalifa Haftar qui mènent une offensive contre la capitale libyenne.

"Le GNA fournit à ses forces qui défendent Tripoli des blindés, des munitions et des armes qualitatives, en préparation à une vaste opération pour anéantir les rebelles du criminel de guerre, le rebelle Haftar", a indiqué sur sa page Facebook le bureau média du "volcan de la colère", nom donné à la contre-offensive du GNA.

Ce bureau a publié des photos de dizaines de véhicules blindés sur le quai du port de Tripoli.

Interrogé par l'AFP un porte-parole des forces du GNA a confirmé l'arrivée de renforts sans donner de détails sur leur origine.

D'autres photos circulant sur les réseaux sociaux montrent des véhicules déchargés d'un cargo au nom d'Amazon.

Selon le site Vesselfinder, le navire battant pavillon moldave était parti du port de Samsun dans le nord de la Turquie.

La Libye est sous un embargo sur les armes depuis la révolte de 2011 qui a renversé le régime de Mouammar Kadhafi.

Mais selon l'ONU, cet embargo est régulièrement violé par les différentes forces en présence en Libye plongée dans le chaos sur fond de lutte d'influence entre camps rivaux.

Le maréchal Haftar est accusé par ses détracteurs de recevoir un soutien militaire, notamment des dizaines de blindés, des Emirats arabes unis et de l'Egypte.

Haftar accuse à son tour la Turquie et le Qatar de fournir des armes à ses rivaux.

Dans son dernier rapport en septembre, le groupe d'experts de l'ONU sur la Libye a noté une "constante augmentation" du nombre des véhicules blindés chez les forces du maréchal Haftar, "sans qu'aucune demande de dérogation correspondante n'ait été déposée".

Selon ce groupe, le transfert de véhicules blindés en Libye nécessite une dérogation, conformément à la résolution de l'ONU interdisant le transfert d'armes vers ce pays.

Le maréchal Haftar, le maître de l'est libyen mène depuis le 4 avril une offensive pour tenter de conquérir la capitale libyenne.

Mais ses forces font face à une opposition farouche de la part des forces du GNA reconnu par la communauté internationale.

Les positions militaires sont figées, mais des combats ont toujours lieu aux portes de Tripoli, notamment dans la banlieue sud.

Libération de membres de l'Église adventiste

Les juges de la Cour constitutionnelle, à Bujumbura, Burundi, 31 mai 2018. (Facebook/iBurundi)

L'Eglise adventiste du 7e jour a annoncé la libération vendredi de deux dirigeants et de 21 membres de sa branche au Burundi, arrêtés début mai pour s'être opposés à une décision gouvernementale de leur imposer un leader, dans un communiqué parvenu samedi à l'AFP.

"Nous avons reçu des nouvelles très encourageantes et sommes heureux d'indiquer que tous les détenus adventistes au Burundi ont été relâchés", a annoncé le bureau de Ted Wilson, président de l'Église adventiste, dans un communiqué daté de Silver Spring aux États-Unis, et parvenu à l'AFP samedi.

"Nous remercions le gouvernement du Burundi pour son rôle, et plus particulièrement l'un des membres du Parlement, Honorable Justin Niyobuhungiro, pour avoir facilité les libérations", poursuit le texte.

Un pasteur de l'église a expliqué sous couvert de l'anonymat qu'un troisième pasteur arrêté mercredi avait lui aussi été remis en liberté.

"Les pasteurs et les autres ont été relâchés hier (vendredi) peu après 18H00, après avoir été entendus par un magistrat du parquet général de la République (...) il a reçu un ordre venu d'en haut de les relâcher", selon la même source, une information confirmée par une source judiciaire.

L'Église adventiste du 7e jour avait dénoncé mercredi le "harcèlement" dont elle fait l'objet de la part du gouvernement du Burundi depuis six mois et l'arrestation du pasteur Lamec Barishinga et d'un de ses adjoints, Lambert Nitunga, accusés de "rébellion".

Les deux prélats avaient été arrêtés parce que Lamec Barishinga, nommé en novembre 2018 comme président de la branche burundaise de cette église, a refusé de céder sa place à son prédécesseur, le pasteur Joseph Ndikubwayo, réputé proche du pouvoir, et que le ministre burundais de l'Intérieur voulait maintenir en fonction.

Dans son communiqué vendredi, l'église dit espérer "une amélioration de cette situation délicate" et appelle ses fidèles à continuer de prier pour qu'une solution soit trouvée.

L'Église adventiste compte quelque 150.000 membres au Burundi et est l'une des plus anciennes du pays.

L'Angola toujours accusé de réprimer les indépendantistes du Cabinda

Une vue panoramique de l’enclave de Cabinda, en Angola, 11 juin 2016.

Depuis qu'il dirige l'Angola en 2017, Joao Lourenço s'est bâti une image de président relativement ouvert et modéré. Mais dans la province du Cabinda (nord), les indépendantistes l'accusent de poursuivre la politique de répression de son prédécesseur José Eduardo dos Santos.

Militant de longue date de la cause du Cabinda libre, Jeovanny Ventura ne mâche pas ses mots.

"Ce que l'Etat angolais nous fait subir, c'est de la persécution. Les autorités nous traitent comme des terroristes", affirme-t-il. "Et ça ne s'est pas amélioré avec Joao Lourenço. Tout ce que l'on organise se termine toujours en détention."

Comme en janvier dernier. Quelque 70 partisans du Mouvement indépendantiste du Cabinda (MIC) sont arrêtés alors qu'ils préparaient une manifestation pour célébrer un traité de 1885 qui a fait de l'entité cabindaise un protectorat portugais.

Né du partage colonial de l'Afrique, le Cabinda est un confetti coincé entre les deux Congo, tombé sous la souveraineté de l'Angola à son indépendance en 1975.

Depuis plus de quarante ans, le Front de libération de l'enclave du Cabinda (Flec) y mène la guérilla contre le pouvoir central angolais, qui a déployé sur les 7.000 km2 du territoire des milliers de policiers et soldats.

Le dernier coup d'éclat des séparatistes remonte à 2010, quand ils ont mitraillé un bus de l'équipe de football du Togo lors de la Coupe d'Afrique des nations (CAN). L'attaque avait fait 2 morts.

L'instabilité politique n'a pas cessé depuis. Amnesty International et Human Rights Watch (HRW) y dénoncent régulièrement détentions arbitraires et torture.

"Contrairement à d'autres régions d'Angola où on a constaté des progrès en matière de liberté d'expression" depuis l'arrivée au pouvoir de Joao Lourenço, la situation à Cabinda "reste tendue", constate Zenaida Machado de HRW.

- Pétrole -

"Les militants ne peuvent pas profiter de leurs droits politiques parce que les autorités les voient comme une menace", ajoute-t-elle, "pas un mois ne s'écoule sans détention arbitraire, le droit de manifester est un mirage".

La présence au large des côtes du Cabinda d'importants gisements de pétrole explique l'intérêt de l'Angola pour sa province la plus septentrionale. Elle fournit 60% du volume d'or noir de l'Angola, deuxième producteur d'Afrique subsaharienne.

Mais ses quelques 400.000 habitants n'ont pas beaucoup vu la couleur verte des pétrodollars.

"La population du Cabinda n'a jamais bénéficié de son pétrole", dénonce l'avocat indépendantiste Arao Bula Tempo. "Le taux de chômage atteint 88% et les seules infrastructures qui existent datent de la colonisation. L'Angola ne fait rien ici."

Dès la sortie de l'aéroport de la capitale Cabinda, l'état des routes en dit plus que beaucoup de discours. Faute d'écoulement, elles sont inondées au moindre orage. En ville, de nombreux quartiers sont privés d'électricité, d'eau courante et d'assainissement.

En novembre, M. Lourenço a présidé à Cabinda une réunion décentralisée du conseil des ministres. "Je vais personnellement suivre tous les projets de Cabinda afin de pouvoir, dans les années à venir, améliorer la situation", a-t-il promis.

A entendre ses habitants, ce ne furent que de belles paroles.

"Le gouvernement nous promet régulièrement de nouvelles infrastructures mais ce ne sont que des mensonges", accuse à son tour Carlos Vemba, le secrétaire général du MIC.

"Mais la lutte continue", poursuit-il, "nous allons tout faire pour défendre notre indépendance".

Pour M. Vemba et ses militants, la "lutte" est passée par la case prison. Deux semaines pour lui. Jusqu'à trois mois pour une quarantaine d'autres, finalement libérés sans la moindre charge.

- 'Ouverts au dialogue' -

"La situation politique est catastrophique parce que le gouvernement angolais ne veut pas nous parler", regrette Alexandre Kwang N'sito, de l'Association pour le développement de la culture et des droits de l'homme (ADCDH).

"Je dialogue avec tous les partis d'opposition", lui rétorque le gouverneur de la province, Eugenio Laborinho.

"La situation est calme et sous contrôle", poursuit-il. "Il y a bien un peu d'agitation sociale autour du chômage mais c'est tout. Tout le monde dit Flec, Flec, Flec, mais moi je ne l'ai jamais vu".

Le Front affirme régulièrement tuer des soldats lors d'embuscades que les autorités de Luanda s'appliquent à ne jamais confirmer, rendant toute vérification quasi impossible.

Ces dernières années toutefois, les communiqués de victoire du Flec se sont fait plus rares.

"Notre volonté de défendre le Cabinda contre la colonisation angolaise est intacte", assure le porte-parole du Flec, Jean-Claude Nitza. "Nous sommes ouverts au dialogue mais le gouvernement de Luanda ne veut pas négocier une solution qui l'obligerait à reconnaître les droits du peuple de Cabinda".

En dernier recours, le Flec vient de demander la médiation du président de la République démocratique du Congo voisine, Félix Tshisekedi. Sa proposition n'a, à ce jour, pas reçu de réponse, ni à Kinshasa ni à Luanda.

Voir plus

XS
SM
MD
LG