Liens d'accessibilité

Au moins 14 morts dans le naufrage d'une embarcation de rohingyas

  • VOA Afrique

Des membres de la communauté des Rohingyas vivent au Bangladesh après avoir fui la Birmanie.

Au moins 14 réfugiés rohingyas fuyant la Birmanie ont trouvé la mort dans le naufrage de leur embarcation dans le golfe du Bengale, a annoncé jeudi la police du Bangladesh.

"Jusqu'ici 14 corps ont été charriés près de la plage d'Inani. Ce sont des Rohingyas", a déclaré à l'AFP Fazlul Karim, agent de police de Cox's Bazar (sud du Bangladesh). Les victimes sont 10 enfants et quatre femmes, a-t-il précisé.

Près de 480.000 Rohingyas sont passés depuis fin août au Bangladesh voisin pour échapper à une campagne de répression de l'armée birmane consécutive à des attaques de la jeune rébellion rohingya.

L'ONU considère que l'armée birmane et les milices bouddhistes se livrent à une épuration ethnique contre cette minorité musulmane dans l'État Rakhine, région historiquement troublée.

Selon des témoins, le bateau des réfugiés s'est renversé jeudi alors qu'il n'était plus qu'à quelques encablures du rivage.

"Ils ont coulé sous nos yeux. Quelques minutes plus tard, les vagues ont déposé les corps sur la plage", a relaté Mohammad Sohel, un commerçant sur la plage.

À un journaliste de l'AFP sur place, Nurus Salam, un survivant du naufrage, a raconté que l'embarcation était partie mercredi soir d'un village côtier du Rakhine pour gagner le Bangladesh.

"Le bateau a touché quelque chose en-dessous alors qu'il approchait de la plage. Ensuite il s'est retourné", a-t-il dit à l'AFP, en pleurs. Il a perdu sa femme et un enfant.

Le bilan humain était appelé à s'alourdir, la mer n'ayant pas encore charrié toutes les dépouilles.

L'exode des Rohingyas a pris le Bangladesh de court et provoqué l'une des plus importantes crises humanitaires en Asie de ce début du siècle.

Dans les gigantesques camps à la frontière, autorités et ONG sont débordées par la marée humaine et s'inquiètent d'une potentielle bombe sanitaire: les conditions sont réunies pour l'apparition d'épidémies de choléra, dysenterie ou diarrhées.

Les Rohingyas, plus grande population apatride au monde, sont traités comme des étrangers en Birmanie, un pays à plus de 90% bouddhiste.

Les nouveaux arrivants sont venus grossir les rangs des 300.000 réfugiés rohingyas au moins qui se trouvaient déjà au Bangladesh, legs de vagues de violences antérieures.

Au cours du mois écoulé, au moins 120 Rohingyas ont trouvé la mort dans des naufrages, selon un décompte de la police bangladaise.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG