Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Au moins 13 morts dans un glissement de terrain à Abidjan

Des habitants d'un bidonville d'Abidjan au milieu des gravats de leurs maisons détruites par pluies diluviennes, à Abidjan, 26 mai 2017. (AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO)

Au moins 13 personnes sont mortes jeudi dans un glissement de terrain à Anyama, dans la banlieue nord d'Abidjan, a annoncé le préfet de la capitale économique ivoirienne, et de nombreuses autres sont portées disparues, selon des habitants.

"Treize morts c'est le bilan provisoire, les recherches continuent", a déclaré le préfet, Vincent Toh Bi, précisant qu'"une vingtaine de maisons ont été emportées" lors de ce glissement de terrain survenu dans une zone inondable et inconstructible, à la suite de plusieurs jours de pluies diluviennes sur Abidjan.

Une dizaine de personnes ont été hospitalisées, selon des habitants.

"J'ai perdu mon fils de trois ans, je cherche son corps", a confié à l'AFP un habitant, Aboubacar Dagnon, la maison de sa femme ayant été emportée.

Selon un autre habitant, un pan de colline s'est effondré sur une vingtaine de maisons en contrebas vers 08H00 (locales et GMT). L'effondrement s'est produit lorsqu'un tunnel d'évacuation d'eau, qui était bouché, a soudain cédé, après plusieurs jours de pluies torrentielles.

La saison des pluies a commencé en mai à Abidjan, et dure habituellement jusqu'à fin juillet.

Jeudi après-midi, des centaines d'habitants du quartier "Derrière le rail" d'Anyama, certains enfoncés dans la boue jusqu'au genoux, fouillaient dans le décombres pour essayer de trouver des corps d'éventuels survivants, ou bien des ustensiles de cuisine ou des vêtements, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les pluies ont déjà causé un mort ce week-end à Abidjan, selon le préfet.

Le scénario des pluies torrentielles suivies d'inondations dévastatrices est récurrent à Abidjan. Les constructions dans des zones inondables, souvent habitées par des pauvres, sont légion dans cette métropole d'Afrique de l'Ouest, forte de 5 millions d'habitants et en croissance continue.

Ville vallonnée bâtie autour de lagunes bordant la mer, la capitale économique pâtit d'infrastructures défaillantes, en particulier pour les égouts et la gestion des eaux, faute d'investissements et d'entretien suffisants depuis des décennies.

Les autorités ont néanmoins entrepris des actions dans toute la ville après les graves inondations qui avaient causé la mort de 18 personnes en juin 2018.

S'attirant les foudres des populations, le gouvernement a détruit des "quartiers" dans des zones inondables ou dangereuses, où les habitants vivent dans des conditions précaires, s’installant et construisant des maisons là où ils trouvent de la place.

Toutes les actualités

Des dizaines de salles de sport ont ouvert leurs portes à Abidjan

Des dizaines de salles de sport ont ouvert leurs portes à Abidjan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:01 0:00

"Il y a un glissement communautaire" dans certaines localités ivoiriennes

"Il y a un glissement communautaire" dans certaines localités ivoiriennes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:13 0:00

Des violences font au moins 11 morts dans la ville ivoirienne de Dabou

Les gens applaudissent derrière une banderole "Adjame dit non, non et non, à un 3e mandat de Ouattara", le 26 septembre 2020, à Yopougon, Abidjan. (AFP)

Les affrontements intercommunautaires qui ont commencé lundi dans et autour de Dabou, à 50 km à l'ouest d'Abidjan, ont fait au moins "11 morts" selon un nouveau bilan donné vendredi par le maire la ville Jean-Claude Yede Niangne, à 8 jours de la présidentielle.

"On a retrouvé un onzième corps, qui était en état de putréfaction et devait être là depuis lundi ou mardi", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Cela porte à 11 nombre de morts. Et cela sans compter les dégâts collatéraux. Une dame est décédée" faute de soins parce qu'elle ne pouvait se rendre dans un dispensaire, a-t-il ajouté.

"La situation est calme ce matin. La circulation des camions a repris. La plupart des magasins ont rouvert", a assuré le maire qui continue vendredi les visites dans les villages voisins pour discuter avec les populations.

Selon des habitants, des premiers troubles ont commencé lundi et ont dégénéré en affrontements intercommunautaires mardi entre Adioukrous (ethnie locale, réputée favorable à l'opposition) et Dioulas (ethnie du Nord réputée pro-pouvoir).La situation s'est ensuite aggravée avec l'utilisation d'armes automatiques, selon plusieurs témoins. Le maire évoque une "milice avec des (fusil d'assaut) Kalachnikov".

Un couvre-feu de 19 heures à 6 heures est en vigueur jusqu'à dimanche.

Une trentaine de personnes sont mortes depuis le mois d'août dans des violences liées à la présidentielle du 31 octobre. Au pouvoir depuis 2010, le président Alassane Ouattara se présente à un troisième mandat controversé, tandis que les candidatures de plusieurs figures de l'opposition ont été invalidées.

Le pays a basculé dans une crise préélectorale avec des explosions de violences dans plusieurs villes de province depuis le mois d'aout, dix ans après la crise post-électorale de 2010-2011, née du refus du président Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite électorale face à Alassane Ouattara. Survenant après une décennie de tensions qui avaient coupé le pays en deux, elle avait fait 3.000 morts.

L'opposition ivoirienne rejette les réformes proposées par le pouvoir

L'opposition ivoirienne rejette les réformes proposées par le pouvoir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Les habitants de Duekoué veulent tourner la page des violences intercommunautaires

Les habitants de Duekoué veulent tourner la page des violences intercommunautaires
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:11 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG