Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Arrestation d'un fils de l'ex-président destitué Morsi en Egypte


Abdullah Mohamed Morsi, fils du président égyptien évincé Mohamed Morsi, assiste à une conférence de presse au Caire le 22 juillet 2013

Un fils de l'ancien président islamiste Mohamed Morsi, destitué et emprisonné depuis 2013, a été arrêté pour "appartenance à un groupe interdit" et "diffusion de fausses informations".

Abdallah Morsi, plus jeune fils du président déchu, avait donné une interview à l'agence américaine Associated Press (AP) la semaine dernière.

Il reprochait aux autorités de ne lui permettre de rendre visite à son père que très rarement --trois visites en cinq ans de détention selon lui-- et de ne pas fournir de soins médicaux suffisants à ce dernier.

Abdallah Morsi, arrêté à l'aube mercredi, doit être présenté au parquet, ont précisé les sources judiciaires et sécuritaires.

Premier président élu démocratiquement en 2012, Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, a été destitué un an plus tard par l'armée, à la suite de grandes manifestations populaires contre lui. Il est actuellement détenu et condamné à la peine capitale.

Le régime de l'actuel président Abdel Fattah al-Sissi a mené une répression féroce contre la confrérie islamiste, classée par Le Caire sur la liste des organisations "terroristes".

Oussama Morsi, autre fils du président destitué, a été lui aussi arrêté en 2016 pour "incitation à la violence". Il est actuellement emprisonné.

Les ONG accusent régulièrement l'Egypte de recourir aux incriminations d'"appartenance à un groupe interdit" et de "diffusion de fausses informations" pour réprimer les voix dissidentes.

Les autorités nient ces accusations de violations des droits de l'Homme et assurent agir pour protéger la sécurité et la stabilité du pays.

Depuis la chute du président Morsi, les forces de sécurité affrontent des groupes extrémistes, dont le groupe Etat islamique (EI) qui mène une insurrection dans le nord du Sinaï (est).

Les attaques jihadistes ont fait des centaines de morts parmi les policiers, les soldats et aussi les civils.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG