Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Moyen-Orient

Annonce de l'Iran sur le nucléaire: Israël veut plus de "pression" sur Téhéran

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président américain Donald Trump, en marge de la 72ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, New York, le 18 septembre 2017.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réclamé jeudi plus de "pression" sur Téhéran au lendemain de l'annonce par l'Iran d'une nouvelle réduction de ses engagements nucléaires.

"Ce matin, nous avons été informés d'une autre violation (...) par l'Iran, cette fois dans son effort pour atteindre les armes nucléaires", a déclaré M. Netanyahu avant de partir pour Londres, où il rencontrera le Premier ministre britannique Boris Johnson et le secrétaire américain à la Défense Mark Esper.

"Ce n'est pas le moment de tenir des pourparlers avec l'Iran, c'est le moment d'accroître la pression" sur la République islamique, a-t-il souligné.

L'Iran a annoncé mercredi une nouvelle réduction de ses engagements nucléaires en faisant sauter toute limite à la recherche et au développement dans ce domaine, après avoir conclu à l'échec temporaire d'une médiation française pour amorcer un dialogue entre Téhéran et Washington.

Depuis mai, l'Iran est revenu sur certaines restrictions à son programme nucléaire qu'il avait consenties dans le cadre d'un accord international conclu en 2015.

Il a ainsi augmenté ses stocks d'uranium enrichi au-delà de la limite fixée par l'accord, et enrichi ce minerai à un niveau prohibé par ce texte, soit plus de 3,67%. En matière de recherche et développement, l'accord impose des restrictions importantes dans le domaine des centrifugeuses, élément clef du cycle d'enrichissement de l'uranium.

Le 7 juillet, l'Iran avait donné 60 jours, jusqu'à ce jeudi, aux autres Etats parties à l'accord (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne, Russie) pour l'aider à contourner les sanctions américaines qui paralysent l'économie iranienne, sous peine de le voir s'affranchir d'autres obligations.

L'Iran est le principal ennemi d'Israël et Netanyahu a fortement fait campagne contre l'accord de 2015, puis a exhorté le président Donald Trump à s'en retirer. Ce dernier a sorti son pays de l'accord en 2018 et a imposé par la suite des sanctions de plus en plus dures à l'Iran.

Les tensions entre l'Iran et Israël se sont intensifiées ces dernières semaines.

Israël a notamment accusé la semaine dernière Téhéran de chercher à fabriquer, via son allié le mouvement chiite Hezbollah libanais, des missiles de précision qui pourraient causer des "d'énormes pertes humaines" sur son territoire.

Avec AFP

Toutes les actualités

A Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité

A Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:58 0:00

Descendants de juifs soudanais, ils rêvent de renouer avec leur passé

Descendants de juifs soudanais, ils rêvent de renouer avec leur passé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:07 0:00

Le coronavirus a fait plus de 3 millions de morts dans le monde

Des employés municipaux portent le cercueil d'une victime du coronavirus dans une zone d'enterrement fournie par le gouvernement à Bogor, en Indonésie, le 26 janvier 2021.

Plus de trois millions de personnes sont mortes dans le monde du Covid-19 depuis son apparition fin 2019, selon un comptage réalisé par l'AFP samedi, et la course à l'immunisation se poursuit.

Au total, 3.000.955 morts du Covid-19 ont été officiellement recensés, selon ce comptage réalisé à 10h00 GMT à partir de bilans fournis par les autorités de santé, soit déjà bien plus que la plupart des épidémies virales des XXe et XXIe siècles, aux exceptions notables de la terrible "grippe espagnole" et du sida.

Après une légère accalmie en mars, le nombre de décès quotidiens est de nouveau en hausse, avec en moyenne plus de 12.000 morts par jour la semaine passée dans le monde, approchant des 14.500 décès quotidiens recensés fin janvier, au plus haut de l’épidémie.

Plus de 139 millions de cas de contaminations ont, eux, été recensés, dont environ 730.000 par jour actuellement, un chiffre également en hausse constante depuis fin février. Sur la seule journée de vendredi, plus de 829.000 cas ont été enregistrés en 24 heures, un record.

Au Brésil, deuxième pays le plus endeuillé au monde, quelque 3.000 décès sont annoncés chaque jour. Ce chiffre a plus que doublé depuis la mi-février.

La hausse des décès est également extrêmement rapide en Inde, confrontée à une troisième vague virulente. Plus de 1.000 décès quotidiens sont recensés dans ce pays, soit neuf fois plus que début mars.

L'effort de l'Inde pour vacciner ses 1,3 milliard d'habitants fait face à des obstacles, avec seulement 117 millions de vaccins administrés jusqu'à présent et des stocks en baisse, selon certaines autorités locales.

La course à la vaccination, très inégale selon les pays, a atteint au niveau mondial près de 863 millions de doses injectées selon un bilan établi vendredi par l'AFP.

Principale arme contre la pandémie, elle pâtit des déboires des vaccins Johnson & Johnson et AstraZeneca et se voit rattrapée par la multiplication de variants plus contagieux qui deviennent des forces dominantes dans la pandémie.

Un des pays les plus avancés dans le monde en matière de vaccination, le Chili a publié une étude indiquant que le vaccin chinois Coronavac a démontré une efficacité de 67% pour prévenir les cas symptomatiques de Covid-19 et de 80% pour prévenir les décès.

Confinement de week-end à Delhi

En Inde, un confinement du week-end est entré en vigueur samedi à New Delhi. La capitale a ordonné la fermeture de tous les services non essentiels. Les sites historiques étaient déserts samedi, les restaurants, les centres commerciaux et les salles de sport fermés et les rues vides.

L'Etat du Maharashtra, qui comprend Bombay, celui du Gujarat et celui du Karnataka, où se trouve le centre informatique de Bangalore, ont également imposé des restrictions de circulation.

L'État d'Uttar Pradesh, qui compte quelque 240 millions d'habitants, a ordonné un confinement d'une journée dimanche.

De même, l'État de l'Uttarakhand (nord) a limité les rassemblements à 200 personnes, mais a exempté l'immense festival hindou Kumbh Mela, qui se déroule depuis janvier, et a attiré 25 millions de personnes sans masques ni distanciation dont 4,6 millions cette semaine.

En Thaïlande, où l'épidémie flambe, de nouvelles restrictions seront imposées à partir de dimanche, notamment l'interdiction de la vente d'alcool dans les restaurants et les bars à Bangkok, épicentre de la troisième vague de Covid-19.

Les lieux de divertissement seront quant à eux fermés dans tout le pays pendant deux semaines.

Les autorités ont déjà imposé des restrictions pour les déplacements entre provinces juste avant les festivités de Songkran cette semaine, marquant le Nouvel An thaïlandais, période pendant laquelle les départs en vacances sont habituellement nombreux.

Au cours des dix derniers jours, le nombre total d'infections est passé de 29.900 à plus de 40.500 en Thaïlande.

Prolongation de quarantaine en Espagne

En Europe, la valse-hésitation entre restrictions supplémentaires pour freiner la propagation et assouplissements pour soutenir l'économie et calmer le mécontentement bat son plein.

L'Espagne a prolongé samedi jusqu'à début mai l'obligation de se placer en quarantaine pour tous les passagers arrivant sur son territoire depuis douze pays - Brésil, Pérou, Colombie et neuf pays africains - en raison des craintes liées aux variants du coronavirus.

Plusieurs pays ont, eux, annoncé des assouplissements.

Le Danemark va ainsi accélérer sa réouverture dès le 21 avril, avec des spectateurs dans les stades et des clients au restaurant.

L'Italie devrait amorcer la réouverture des restaurants et des établissements scolaires à partir du lundi 26 avril.

En France, "c'est autour de la mi-mai que pourront démarrer les réouvertures", a affirmé le porte-parole du gouvernement, en rappelant qu'il s'agissait de rouvrir "certaines terrasses et certains lieux de culture".

Le gouvernement avance cependant à pas prudents, face à une épidémie qui a déjà fait 100.000 morts et dont les indicateurs se stabilisent à un niveau élevé.

Au Brésil, le gouvernement de l'Etat de Sao Paulo a, lui, annoncé vendredi la réouverture des commerces et l'autorisation des cultes religieux présentiels à partir de dimanche, même si le nombre de décès quotidiens du Covid-19 reste très élevé dans tout le pays.

Afghanistan: Biden dit "trop c'est trop"

Afghanistan: Biden dit "trop c'est trop"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Washington promet un "partenariat durable" avec les Afghans

Washington promet un "partenariat durable" avec les Afghans
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG