Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Moyen-Orient

Annonce de l'Iran sur le nucléaire: Israël veut plus de "pression" sur Téhéran

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président américain Donald Trump, en marge de la 72ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, New York, le 18 septembre 2017.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réclamé jeudi plus de "pression" sur Téhéran au lendemain de l'annonce par l'Iran d'une nouvelle réduction de ses engagements nucléaires.

"Ce matin, nous avons été informés d'une autre violation (...) par l'Iran, cette fois dans son effort pour atteindre les armes nucléaires", a déclaré M. Netanyahu avant de partir pour Londres, où il rencontrera le Premier ministre britannique Boris Johnson et le secrétaire américain à la Défense Mark Esper.

"Ce n'est pas le moment de tenir des pourparlers avec l'Iran, c'est le moment d'accroître la pression" sur la République islamique, a-t-il souligné.

L'Iran a annoncé mercredi une nouvelle réduction de ses engagements nucléaires en faisant sauter toute limite à la recherche et au développement dans ce domaine, après avoir conclu à l'échec temporaire d'une médiation française pour amorcer un dialogue entre Téhéran et Washington.

Depuis mai, l'Iran est revenu sur certaines restrictions à son programme nucléaire qu'il avait consenties dans le cadre d'un accord international conclu en 2015.

Il a ainsi augmenté ses stocks d'uranium enrichi au-delà de la limite fixée par l'accord, et enrichi ce minerai à un niveau prohibé par ce texte, soit plus de 3,67%. En matière de recherche et développement, l'accord impose des restrictions importantes dans le domaine des centrifugeuses, élément clef du cycle d'enrichissement de l'uranium.

Le 7 juillet, l'Iran avait donné 60 jours, jusqu'à ce jeudi, aux autres Etats parties à l'accord (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne, Russie) pour l'aider à contourner les sanctions américaines qui paralysent l'économie iranienne, sous peine de le voir s'affranchir d'autres obligations.

L'Iran est le principal ennemi d'Israël et Netanyahu a fortement fait campagne contre l'accord de 2015, puis a exhorté le président Donald Trump à s'en retirer. Ce dernier a sorti son pays de l'accord en 2018 et a imposé par la suite des sanctions de plus en plus dures à l'Iran.

Les tensions entre l'Iran et Israël se sont intensifiées ces dernières semaines.

Israël a notamment accusé la semaine dernière Téhéran de chercher à fabriquer, via son allié le mouvement chiite Hezbollah libanais, des missiles de précision qui pourraient causer des "d'énormes pertes humaines" sur son territoire.

Avec AFP

Toutes les actualités

Les Israéliens aux urnes pour décider du sort de Netanyahu

Face à Benjamin Netanyahu, l'ancien général Benny Gantz pour ce vote qui s'annonce âprement disputé.

Bibi ou Benny? Les Israéliens votent mardi lors de législatives qui opposent le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au pouvoir depuis une décennie, à l'ancien chef de l'armée Benny Gantz, cinq mois après un premier duel sans issue.

Les 6,4 millions d'électeurs israéliens sont attendus de 07H00 (heure locale, 04H00 GMT) à 22H00 (19H00 GMT) dans les 10.700 bureaux de vote pour ce match retour qui s'annonce âprement disputé.

En avril dernier, le Likoud (droite) de M. Netanyahu et la formation centriste Kahol Lavan, Bleu-blanc, les couleurs du drapeau israélien, de M. Gantz avaient chacun obtenu 35 sièges sur les 120 de la Knesset, le Parlement.

Le président israélien Reuven Rivlin avait mandaté Benjamin Netanyahu pour former un gouvernement de coalition. Incapable d'y parvenir, M. Netanyahu avait dissous le Parlement et provoqué un nouveau scrutin.

Au cours des cinq derniers mois, les plaques tectoniques de la politique israélienne n'ont pas bougé outre mesure et les sondages pronostiquent un nouveau duel coriace, où le jeu parfois subtil des alliances pourrait déterminer le sort du gouvernement.

Un agrégateur de sondages créditaient les partis de 32 sièges chacun. Le score de leurs alliés potentiels, la droite et les partis religieux pour M. Netanyahu, et la gauche et les partis arabes pour M. Gantz, devrait être déterminant.

Quelque 18.000 policiers, employés d'entreprises de sécurité et bénévoles doivent surveiller les bureaux de vote à travers le pays et dans les colonies juives en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est annexée. La majorité des Palestiniens vivant à Jérusalem-Est ne peut voter.

- Survie politique -

Ce nouveau scrutin est d'autant plus crucial pour M. Netanyahu qu'il intervient un mois avant sa comparution devant la justice pour des affaires de "corruption", "d'abus de confiance" et de "malversations".

Le Premier ministre est notamment soupçonné d'avoir tenté de s'assurer une couverture favorable de la part du site d'informations Walla, en contrepartie de faveurs gouvernementales qui pourraient avoir rapporté des centaines de millions de dollars à Bezeq, principal groupe de télécommunications israélien dont le PDG était propriétaire de Walla.

Pour l'heure, M. Netanyahu n'est ni inculpé ni donc condamné, mais une victoire électorale pourrait permettre à ses alliés de lui allouer une immunité. S'il était réélu, puis inculpé, M. Netanyahu, deviendrait le premier chef de gouvernement en exercice à connaître une telle avanie dans l'histoire d'Israël.

Face à "Bibi", l'ancien général Benny Gantz, libéral sur les enjeux de société comme le mariage civil mais "faucon" sur les questions sécuritaires, joue la carte de la "probité", et pourrait miser sur une alliance de partis laïcs --de gauche et arabe-- face au bloc de droite de Netanyahu et de ses alliés de partis juifs ultra-orthodoxes.

"Rares sont les moments où les électeurs sont devant deux possibilités si distinctes, deux chemins seulement, et doivent choisir lequel emprunter", a résumé Benny Gantz dans une tribune en hébreu publiée dans les principaux journaux lundi.

- Jeu des alliances -

Au dernier jour de la campagne, les chefs des partis ont enchaîné les entretiens sur les radios locales et ont arrosé les réseaux sociaux pour tenter de galvaniser leurs électeurs.

"Le facteur décisif sera le taux de participation", estime Gayil Talshir, professeure de sciences politiques à l'Université hébraïque de Jérusalem.

Lors du dernier scrutin, la participation avait avoisiné les 68%. Craignant de voir ses électeurs bouder les urnes, M. Netanyahu a affirmé lundi qu'ils avaient le choix entre "un gouvernement faible", mené par "la gauche et les Arabes" et un "gouvernement fort de droite", mené par lui.

Les premiers sondages à la sortie des urnes devraient tomber peu après la clôture des bureaux de vote à 22H00 (19H00 GMT) avec de premiers résultats officiels au fur à mesure de la nuit.

En Israël, le nombre de sièges de chaque liste électorale dépend du pourcentage de votes récoltés avec un seuil de 3,25% des voix pour entrer à la Knesset.

Outre le score du Likoud et du parti Bleu-blanc, les résultats des alliés potentiels de chacun seront déterminants, car la question n'est pas tant de savoir qui aura le plus de sièges entre Netanyahu et Gantz mais lequel des deux sera en mesure d'atteindre, par des alliances, le nombre magique de 61 députés, seuil de la majorité au Parlement.

Avec AFP

L’Iran accusée après l’attaque de deux sites pétroliers en Arabie Saoudite

L’Iran accusée après l’attaque de deux sites pétroliers en Arabie Saoudite
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:34 0:00

Les cours du pétrole grimpent de 10% après les attaques en Arabie saoudite

Halo de fumée à la suite de l'attaque qui a visé les installations d'Aramco à Abqaiq, dans l'est de l'Arabie saoudite, le 14 septembre 2019.

Les cours du pétrole ont grimpé de 10%, lundi matin en Asie, deux jours après les attaques contre des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite qui ont entraîné une réduction de moitié de sa production.

Vers 02H10 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en octobre, gagnait 5,38 dollars, soit 9,81% à 60,23 dollars, dans les échanges électroniques en Asie.

Le baril de Brent de la mer du Nord, référence européenne, pour novembre, prenait lui 6,65 dollars, soit 11,04% à 66,87 dollars.

Les rebelles yéménites Houthis, soutenus par l'Iran et qui font face depuis cinq ans à une coalition militaire menée par Ryad, ont revendiqué ces attaques contre les installations du géant public Aramco. Elles ont provoqué une réduction brutale de production de 5,7 millions de barils par jour, soit environ 6% de l'approvisionnement mondial.

Lundi, le Brent a brièvement gagné jusqu'à près de 20%, tandis que le WTI a gagné jusqu'à 15%.

Les Etats-Unis se sont déclarés dimanche "prêts à riposter" aux attaques de drones.

Le président américain Donald Trump a également annoncé dimanche avoir autorisé l'utilisation de réserves stratégiques américaines de pétrole si besoin, pour compenser la baisse de production de l'Arabie saoudite.

Samedi, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo avait affirmé qu'il n'y avait aucune preuve que cette "attaque sans précédent contre l'approvisionnement énergétique mondial" soit venue du Yémen, accusant l'Iran d'être à l'origine de l'attaque et assurant que les Etats-Unis allaient oeuvrer pour assurer l'approvisionnement des marchés.

Téhéran a jugé ces accusations "insensées" et "incompréhensibles", par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abbas Moussavi, qui a laissé entendre qu'elles avaient pour but de justifier "des actions futures" contre l'Iran.

"Les tensions au Proche-Orient montent rapidement, ce qui signifie que cette affaire va continuer à faire écho cette semaine, même après la peur panique de ce matin sur les marchés pétroliers", a commenté Jeffrey Halley, analystre chez Oanda.

Avec AFP

Les israéliens se rendent aux urnes le 17 septembre

Les israéliens se rendent aux urnes le 17 septembre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

Donald Trump affirme que l'Iran "souhaite une rencontre"

Le président Donald Trump à Baltimore, le 12 septembre 2019.

Le président américain Donald Trump a affirmé jeudi que l'Iran souhaitait une rencontre avec les Etats-Unis, alimentant encore les spéculations sur un possible tête-à-tête avec son homologue iranien Hassan Rohani en marge de l'assemblée générale de l'ONU.

"Je peux vous dire que l'Iran veut une rencontre", a déclaré M. Trump depuis les jardins de la Maison Blanche, sans autres précisions.

Interrogé mercredi sur un éventuel allègement des sanctions visant l'Iran, condition sine qua non posée par Téhéran pour envisager une rencontre au sommet, le locataire de la Maison Blanche avait laissé planer le doute.

"Je pense que l'Iran a un énorme potentiel", avait-il martelé.

"Nous espérons pouvoir aboutir à un accord (...). Je pense qu'ils veulent aboutir, ils n'ont jamais été dans une telle position", avait-il ajouté, évoquant "les énormes difficultés financières" de la République islamique.

Près de 40 ans après la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays dans la foulée de la Révolution islamique et de la prise d'otages à l'ambassade américaine à Téhéran, le milliardaire républicain semble véritablement tenté par l'idée d'organiser une rencontre au plus haut niveau.

Interrogé en début de semaine sur un éventuel tête-à-tête à New York, fin septembre, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, le locataire de la Maison Blanche a estimé que "tout était possible".

Ce faisant, il irait plus loin que son prédécesseur démocrate Barack Obama qui, en septembre 2013, avait franchi un cap longtemps inimaginable: une conversation téléphonique avec Hassan Rohani.

Voir plus

XS
SM
MD
LG