Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

L'Iran exclut l'idée de "discussions bilatérales" avec Washington

Hassan Rohani, Téhéran, Iran, le 27 août 2019.

Le président iranien Hassan Rohani a exclu mardi l'idée de "discussions bilatérales" avec les Etats-Unis, affirmant que son pays y était opposé "par principe", selon le site officiel du gouvernement iranien.

M. Rohani, qui s'exprimait au Parlement, a également déclaré que la République islamique pourrait réduire encore davantage ses engagements en matière nucléaire "dans les prochains jours" si "d'ici à jeudi", les négociations sur le sujet avec les Européens "n'aboutissent à aucun résultat".

Sur la question de la possibilité de négociations directes avec Washington, M. Rohani a estimé qu'il y avait "peut-être (...) eu un malentendu".

Fin août, le président français Emmanuel Macron et son homologue américain Donald Trump avaient évoqué la possibilité d'une rencontre entre ce dernier et M. Rohani en marge de l'assemblée générale annuelle de l'ONU qui doit avoir lieu en septembre à New York.

"Nous l'avons dit plusieurs fois et nous le répétons : aucune décision (n'a été prise) de tenir des négociations bilatérales avec les Etats-Unis", a déclaré M. Rohani, selon le texte de son discours au Parlement publié par le gouvernement iranien.

"Par principe, nous ne voulons pas de négociations bilatérales avec les Etats-Unis", a ajouté le président iranien.

M. Rohani a néanmoins indiqué que des discussions avec Washington pourraient avoir lieu dans le cadre du format "5+1" si les Etats-Unis lèvent les sanctions qu'ils ont réimposées contre Téhéran après être sortis unilatéralement en mai 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015.

Le format 5+1 correspond aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Chine, Grande-Bretagne, Etats-Unis, France et Russie) plus l'Allemagne, soit les six pays qui avaient négocié cet accord.

En mai, un an après le retrait des Etats-Unis, qui prive l'Iran des retombées économiques qu'il attendait de ce pacte, Téhéran a commencé à se désengager de certains de ses engagements en vue de forcer les autres parties à l'aider à contourner les sanctions américaines.

L'Iran a ainsi augmenté ses stocks d'uranium enrichi au-delà de la limite fixée par l'accord de Vienne et porté ses activités d'enrichissement à un niveau prohibé par ce texte (plus de 3,67%).

Des négociations ont lieu actuellement avec les trois pays européens parties à l'accord.

Mais "si d'ici à jeudi ces négociations n'aboutissent à aucun résultat, nous annoncerons la troisième phase de réduction de nos engagements", a déclaré M. Rohani.

Cela aura lieu comme prévu "dans les prochains jours" à moins que les autres parties ne prennent une mesure "importante", a-t-il encore dit, rappelant que l'Iran voulait pouvoir vendre son pétrole à l'étranger.

Toutes les actualités

Diego Maradona a été enterré à Buenos Aires

Diego Maradona a été enterré à Buenos Aires
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:41 0:00

Turquie: la prison à vie pour les putschistes de 2016

Turquie: la prison à vie pour les putschistes de 2016
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Corée du Sud: 40 ans de prison pour le chef d'un gang de vidéos porno

Photo d'illustration (Reuters)

Le cerveau d'un réseau criminel sud-coréen qui contraignait des femmes, dont des mineures, à réaliser des vidéos pornographiques mises en ligne a été condamné jeudi à 40 ans de prison.

Cho Ju-bin, 25 ans, fut à la tête de ce gang de mai 2019 à février cette année, un intervalle au cours duquel 74 personnes, dont 16 mineures, furent contraintes, notamment par le chantage, à envoyer des contenus à caractère sexuel. Les vidéos étaient ensuite postées sur des forums payants ou envoyées par la messagerie Telegram.

"L'accusé a largement distribué des contenus sexuellement offensants qui avaient été créés en trompant ou en menaçant les victimes", a jugé le Tribunal du district central de Séoul, selon l'agence Yonhap, en affirmant qu'il avait ce faisant provoqué "un tort irréparable".

Le tribunal a ajouté qu'au vu de la gravité des crimes et du nombre de victimes, Cho Ju-bin devrait être "maintenu à l'écart de la société pendant une longue période de temps". Cinq de ses acolytes ont écopé de peines allant de sept à 15 années de prison.

La violence sexuelle en ligne et le partage illégal de contenus à caractère sexuel est un sérieux problème au sein de la société sud-coréenne, où les autorités sont accusées de laxisme face à ce type de délits. Le gouvernement a créé en 2019 une équipe dédiée à la traque des contenus illégalement partagés.

Dans une des affaires les plus médiatisées de ces dernières années, la star de la K-pop Jung Joon-young a été condamnée pour avoir tourné, à l'insu de ses partenaires, des vidéos de leurs rapports sexuels et les avoir partagées. Egalement reconnu coupable de viol en groupe, il purge une peine de cinq ans de prison.

La Corée du Sud est confrontée à un grave phénomène connu sous le nom de "molka", des caméras cachées installées pour filmer secrètement les femmes dans les lieux publics, toilettes, transport ou bureaux. Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté en 2018 à Séoul pour demander aux autorités d'agir contre cette forme de harcèlement.

Diego Maradona: "J'ai perdu un grand ami", dit Pelé

Diego Maradona: "J'ai perdu un grand ami", dit Pelé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

Les fans se rassemblent à l'Obélisque de Buenos Aires pour rendre hommage à Maradona

Les fans se rassemblent à l'Obélisque de Buenos Aires pour rendre hommage à Maradona
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG