Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Isabel dos Santos accusée de détournements de fonds du pétrole en Angola

Isabel dos Santos, présidente de Sonangol, lors d'un événement Reuters Newsmaker à Londres, en Grande-Bretagne, le 18 octobre 2017.

La compagnie pétrolière angolaise Sonangol a annoncé avoir ouvert une enquête sur de "possibles détournements" de fonds imputables à son ancienne PDG, Isabel dos Santos, la fille de l'ancien président Jose Eduardo dos Santos.

Ces derniers jours, plusieurs médias angolais ont accusé Mme Dos Santos d'avoir ordonné, lorsqu'elle dirigeait l'entreprise, des paiements et des mouvements de fonds jugés suspects s'élevant à plusieurs dizaines de millions d'euros.

>> Lire aussi : Passe d'armes entre l'ancien et le nouveau président en Angola

Nommée à la tête de la Sonangol par son père en 2016, Mme Dos Santos a été remerciée le mois dernier par le nouveau président de l'Angola, Joao Lourenço.

Elle a catégoriquement démenti mardi toute malversation.

"Nous avons mis en place une commission d'enquête interne pour enquêter sur les informations diffusées", a déclaré mardi un porte-parole de la Sonangol, Mateus Benza.

"Nous vérifions de possibles détournements, mais je ne confirme rien pour le moment", a précisé M. Benza.

>> Lire aussi : En Angola, l'empire dos Santos menacé par son successeur

Selon le Novo Jornal et le Jornal Economico notamment, la nouvelle direction de la compagnie a identifié un transfert "suspect" de 57 millions d'euros vers un compte à Dubaï.

Elle s'interroge également sur un virement mensuel, mis en place dès l'arrivée d'Isabel dos Santos à la tête de la compagnie, de 10 millions d'euros de la Sonangol vers une entreprise portugaise dont elle est l'actionnaire principale.

Selon ces médias, le nouveau patron de Sonangol a écrit à sa prédécesseure pour lui demander des explications et a saisi les autorités judiciaires angolaises.

>> Lire aussi : Isabel dos Santos, la "princesse" rouge et milliardaire d'Angola

Le parquet de Luanda a indiqué mardi soir n'avoir reçu aucune plainte visant l'ex-patronne de la Sonangol.

Mme Dos Santos a de son côté vivement dénoncé une "campagne de diffamation".

"Ces fausses nouvelles (...) ne méritent aucun crédit puisqu'elles ont comme seule et unique motivation de remettre en cause l'intégrité de l'ingénieure Isabel dos Santos", a-t-elle répliqué dans une déclaration diffusée via son compte Twitter.

>> Lire aussi : Isabel dos Santos limogée de la présidence de la compagnie pétrolière nationale angolaise

Présentée comme la femme la plus riche d'Afrique par le magazine américain Forbes, Isabel dos Santos est devenue un symbole du népotisme reproché à son père.

Jose Eduardo dos Santos a quitté la présidence à la faveur des élections générales d'août dernier, après trente-huit ans d'un règne sans partage pendant lequel il a mis l'économie du pays en coupe réglée au profit d'une poignée de proches.

Son successeur, qui a promis de lutter contre la corruption, a congédié récemment plusieurs dirigeants d'institutions et d'entreprises publiques proches de l'ex-chef de l'Etat.

Avec AFP

Toutes les actualités

Un chef coutumier et 4 civils tués dans deux attaques à Beni

Soldats des FARDC à Paida, près de Beni, dans la province du Nord-Kivu en RDC, le 7 décembre 2018.

Un chef traditionnel et quatre civils ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche dans deux attaques dans le territoire de Beni, théâtre de violences permanentes dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris des sources militaire et administrative.

"Nous avons repoussé la nuit une attaque des ADF (Allied Democratic Forces, rebelles musulmans ougandais) à Magboko près d'Oicha. Les combats se sont poursuivis jusqu'à la fuite de l'ennemi que nous poursuivons. Malheureusement, deux civils ont été exécutés", a déclaré à l'AFP le major Mak Hazukay, porte-parole de l'armée dans le Nord-Kivu (est).

A Eringeti, situé à 30 km de cette première localité attaquée et à 60 km au nord de la ville de Beni, un chef coutumier a été tué avec deux autres civils dont une femme", a indiqué Donat Kibwana, administrateur du territoire de Beni.

"Si à Magboko, l'incursion des ADF ayant fait deux morts a débuté vers 23 heures, pour le cas d'Eringeti, les enquêtes sont en cours pour identifier les auteurs de cet acte", a précis M. Kibwana.

"Les victimes de Magboko ont été tuées à la machette alors que celles d'Eringeti ont été tuées par balles tirées par des éléments en uniformes non encore identifiés", a souligné Teddy Kataliko, l'un des responsables de la société civile du territoire de Beni.

"C'est inconcevable qu'un chef du village soit abattu dans un milieu où l'armée est déployée", a-t-il ajouté.

Miliciens musulmans ougandais présents dans l'est de la RDC depuis 1995, les ADF sont accusés par le gouvernement congolais et la mission de l'ONU, la Monusco, d'être responsables des massacres des civils dans la région de Beni, ayant fait plus de mille morts depuis octobre 2014.

Cette appréciation est remise en cause par un rapport du Groupe d'étude sur le Congo (GEC) de l'Université de New York, selon lequel les ADF portent effectivement une part très importante de responsabilité dans ces tueries, mais au côté d'autres éléments armés, parmi lesquels des soldats de l'armée régulière.

Le village de Mukoko déserté à Beni après les massacres (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:55 0:00

Dans l'est congolais, plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers sont actifs depuis plus de deux décennies.

La montée de l'extrême-droite en Afrique du Sud

La montée de l'extrême-droite en Afrique du Sud
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

La poterie de Mama Aicha : un savoir-faire ancestral

La poterie de Mama Aicha : un savoir-faire ancestral
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:37 0:00

Les nomades soudanais, loin de la révolution

Les nomades soudanais, loin de la révolution
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:38 0:00

Finale de la CAN 2019

Finale de la CAN 2019
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:12:16 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG