Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Des tombes d’enfants sous les pensionnats amérindiens aux Etats-Unis


Larry Larrichio, professeur adjoint d'histoire et associé de recherche, montre une photo de la fin du XIXe siècle d'élèves d'un pensionnat autochtone à Santa Fe, lors d'une entrevue à Albuquerque, Nouveau-Mexique, le 8 juillet 2021.

Une étude fédérale sur les internats amérindiens qui, pendant plus d'un siècle, ont cherché à forcer l'assimilation des enfants autochtones à la société blanche, a identifié plus de 400 écoles de ce type soutenues par le gouvernement américain et plus de 50 lieux de sépulture associés.

Le rapport publié mercredi par le ministère de l'Intérieur a découvert davantage d'écoles qui sont connues pour avoir fonctionné pendant 150 ans, coïncidant avec le retrait de nombreuses tribus de leurs terres ancestrales.

La sombre histoire des internats – où les enfants enlevés à leurs familles n'avaient pas le droit de parler leurs langues amérindiennes et souvent maltraités – a profondément touché des générations entières d'amérindiens.

Beaucoup d'enfants ne sont jamais rentrés chez eux. L'enquête a jusqu'à présent révélé plus de 500 décès dans 19 écoles, bien que le ministère de l'Intérieur ait déclaré que ce nombre pourrait atteindre des milliers, voire des dizaines de milliers.

"Beaucoup de ces enfants ont été enterrés dans des lieux de sépulture non marqués ou mal entretenus, loin de leurs tribus indiennes, des villages autochtones de l'Alaska, de la communauté hawaïenne indigène et de leurs familles, souvent à des centaines, voire des milliers de kilomètres", indique le rapport.

Une deuxième partie du rapport couvrira les lieux de sépulture ainsi que l'investissement financier du gouvernement fédéral dans les écoles et les impacts des internats sur les communautés autochtones, a déclaré le ministère de l'Intérieur.

"Les conséquences des politiques fédérales sur les internats indiens - y compris le traumatisme intergénérationnel causé par la séparation familiale et l'éradication culturelle infligées à des générations d'enfants dès l'âge de 4 ans - sont déchirantes et indéniables", a déclaré la secrétaire à l'Intérieur Deb Haaland dans un communiqué.

Deb Haaland, qui est de la tribu Laguna, a annoncé une initiative en juin dernier pour enquêter sur les internats et découvrir la vérité sur le rôle du gouvernement. Les 408 écoles identifiées par son agence étaient implantées dans 37 États, dont dans l'Oklahoma, l'Arizona et le Nouveau-Mexique.

Le département a jusqu'à présent trouvé au moins 53 lieux de sépulture dans ou à proximité des internats américains, à la fois marqués et non marqués.

Le gouvernement américain dirigeait directement certains des internats. Les églises catholiques, protestantes et autres en exploitaient des écoles avec un financement fédéral, soutenu par les lois et politiques américaines visant à "civiliser" les Amérindiens.

Le rapport du ministère de l'Intérieur a été encouragé après la découverte de centaines de tombes anonymes sur d'anciens sites de pensionnats au Canada qui ont rappelé des souvenirs douloureux aux communautés autochtones.

Deb Haaland a également annoncé mercredi une tournée d'un an pour les responsables du ministère de l'Intérieur qui permettra aux anciens pensionnaires des tribus amérindiennes, des villages autochtones de l'Alaska et des communautés autochtones hawaïennes de partager leurs histoires dans le cadre d'une collection permanente d'histoire orale.

" Ma priorité est non seulement de donner la parole aux survivants et aux descendants des politiques fédérales sur les pensionnats indiens, mais aussi de remédier à l'héritage durable de ces politiques afin que les peuples autochtones puissent continuer à grandir et à guérir", a-t-elle déclaré.

Les conditions des internats variaient aux États-Unis et au Canada. Alors que certains anciens élèves ont rapporté des expériences positives, les enfants des écoles étaient souvent soumis à une discipline de type militaire et se faisaient couper les cheveux longs.

Les premiers programmes ont été fortement axés sur des compétences professionnelles dépassées, y compris les tâches ménagères pour les filles.

Les chefs tribaux ont pressé l'agence de veiller à ce que les restes d'enfants retrouvés soient correctement pris en charge et rendus à leurs tribus si désiré. Les emplacements des lieux de sépulture ne seront pas rendus publics pour éviter qu'ils ne soient dérangés, a déclaré Bryan Newland, secrétaire adjoint du ministère de l'Intérieur pour les Affaires indiennes..

La National Native American Boarding School Healing Coalition, qui a créé un premier inventaire des écoles, a déclaré que le travail du département de l'Intérieur serait une étape importante pour les États-Unis dans la prise en compte de son rôle dans les écoles.

Cette semaine, un sous-comité de la Chambre des États-Unis entendra des témoignages sur un projet de loi visant à créer une commission "Vérité et guérison" sur le modèle d'une commission au Canada. Plusieurs groupes religieux soutiennent la législation.

XS
SM
MD
LG