Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

NBA: Nikola Jokic MVP pour la 2e saison d'affilée


L'intérieur des Denver Nuggets Nikola Jokic lors d'un match contre les Portland Trail Blazers, USA, le 3 juin 2021.

Comment dit-on "back-to-back" en serbe ? "Drugi put zaredom!". Nikola Jokic, incarnation de la domination des basketteurs étrangers en NBA et de l'ère des géants ultra-polyvalents, est devenu le 13e joueur de l'histoire désigné MVP de la saison régulière pour la deuxième saison d'affilée.

Agé de 27 ans, le pivot des Denver Nuggets fait désormais partie du même club que Bill Russell, Wilt Chamberlain, Kareem Abdul-Jabbar, Moses Malone, Larry Bird, Magic Johnson, Michael Jordan, Tim Duncan, Steve Nash, LeBron James, Stephen Curry et Giannis Antetokounmpo. Tous des légendes, qui à l'exception de Nash et de lui-même, ont été aussi champions.

"Juste être en compagnie de Bill (Russell) et de tous les gars qui ont marqué l'histoire de cette ligue et de ce sport... Je veux dire, juste ça, ça en dit long. Ca signifie beaucoup", a réagi, dans l'émission NBA on TNT, le "Joker" qui a enregistré des moyennes de 27,1 points à 58,3% de réussite, 13,8 rebonds et 7,9 passes cette saison, améliorant ses statistiques dans quasiment chaque secteur par rapport à l'exercice précédent.

Au-delà des chiffres, il est récompensé pour son considérable impact sur les performances des Nuggets, pourtant affaiblis par les absences de Jamal Murray et Michael Porter Jr, blessés de longue date, et qu'il a menés à la 6e place à l'Ouest, certes sans pouvoir ensuite empêcher une élimination au 1er tour des play-offs face à Golden State.

- Embiid: "Nikola l'a mérité" -

Plébiscité par 65 journalistes sur 100 à la première place, il a, comme l'an passé, devancé le pivot camerounais de Philadelphie Joel Embiid. La troisième place est revenue au Grec Giannis Antetokounmpo, double lauréat en 2019 et 2020.

Deux doublés s'enchaînent donc au palmarès de cette récompense individuelle, consacrant pour la 4e année consécutive un joueur non-américain. Derrière ce trio, le prodige slovène Luka Doncic, appelé à connaître un jour pareille consécration, occupe la 5e place à 23 ans seulement.

Embiid, que beaucoup voyaient devenir le deuxième joueur né en Afrique à recevoir le trophée Maurice Podoloff après Hakeem Olajuwon, ce Nigérian naturalisé américain en 1993 et désigné MVP l'année suivante, n'a pas manqué de féliciter Jokic, malgré la déception.

"C'est la deuxième année consécutive que je me mets dans cette position, à ce stade, c'est presque: +peu importe+. Ce qui arrive, arrive. Nikola l'a mérité. Il a fait une saison incroyable. Il n'y a pas de bon ou de mauvais choix. Il y avait beaucoup de candidats, cela aurait pu aller dans un autre sens", a-t-il dit.

La nouvelle consécration de Jokic prolonge l'hégémonie de ces géants ultra-dominants et polyvalents. Ce qui aurait également été le cas si Embiid ou Antetokounmpo avait été désigné MVP à ses dépens.

- Contrat record ? -

Le Serbe, qui excelle en tout sur un parquet, marquer, passer, créer, prendre des rebonds, contrer, défendre... est "la réincarnation de Larry Bird", aux yeux d'un de ses admirateurs et sacré connaisseur, Gregg Popovich, l'entraîneur de San Antonio.

Les points communs ne manquent pas, en effet, avec l'ancienne idole des Celtics, précurseur du basket moderne. Jusqu'à cette façon incontrable de shooter le ballon au-dessus de sa tête avec une précision diabolique, et dans l'apparence, avec ce nez qui rougit invariablement dans l'effort sous le teint palot.

Le physique de ce gaillard (2,11 m, 128 kg), né à Sombor dans le nord de la Serbie, a longtemps suscité des moqueries pour son embonpoint. D'autant que le jeune Nikola pouvait boire jusqu'à trois litres d'un célèbre soda par jour.

"Pour être honnête, je ne pensais même pas à être en NBA quand j'ai commencé à jouer au basket chez moi", avait-il confié l'an passé en recevant son premier trophée.

Drafté en 41e position en 2014 par Denver, Jokic est devenu une superstar aussi discrète qu'indispensable chez les Nuggets. Il négocie actuellement une prolongation de contrat avec la franchise du Colorado et pourrait signer, selon les médias américains, pour plus de 240 millions de dollars sur cinq ans. Ce qui serait un record en NBA.

"Tout le monde sait que je suis le même gars, alors j'espère que je vais rester le même après ça", a-t-il dit mercredi, avec une modestie qui n'a d'égal que son talent.

XS
SM
MD
LG